mardi 23 octobre

Décidément, les SSII ne font plus recette. Après Sopra Steria la semaine passée, c'est au tour d'Atos qui essuie les plâtres. Le groupe mené par Thjerry Breton a été contraint de renoncer à ses objectifs annuels après avoir affiché une croissance organique de 0,1% au troisième trimestre. La sanction a été immédiate, après avoir été réservé à la baisse à l'ouverture, le titre lâche plus de 20%, de retour sur des niveaux de juillet 2016.

Faiblesse persistante

Sur son troisième trimestre, le chiffre d'affaires d'Atos est ressorti à 2,88 milliards d'euros, en croissance de 1,8% à taux de change constants et retraité d'IFRS 15 et de 0,1% à périmètre et taux de change constants et retraité d'IFRS 15. Le consensus visait de son côté une croissance à périmètre et taux de change constants de 1,9%....Atos est bien loin du compte...

Ce coup de mou de l'activité du groupe est principalement imputable à la baisse de 4,6% à périmètre et taux de change constants du chiffre d'affaires en Infrastructure & Data Management (IDM). Les revenus de la principale division de la SSII sont ainsi ressortis à 1,53 milliard d`euros, celle-ci ayant pâti de l'arrêt du contrat avec Marriott International en Amérique du Nord , ainsi qu'en Allemagne avec la décroissance des activités "Unified Communication & Collaboration (UCC)". Atos explique que cette division a également été impactée par le marché Télécoms, Médias & Services aux collectivités avec l'effet de base du contrat BBC au Royaume-Uni, des litiges sur le contrat avec un important opérateur téléphonique en Allemagne et la baisse du contrat Standard & Poor's en Amérique du Nord.

Révision des objectifs

Cette croissance moins forte que prévu conduit Atos à ajuster à la baisse ses objectifs pour 2018. La croissance organique du chiffre d'affaires est attendu de l'ordre de +1% (contre +2% à +3% précédemment) et l'objectif de marge opérationnelle est anticipée dans le bas de la fourchette comprise entre 10,5% et 11% du chiffre d'affaires. Seul l'objectif d'un flux de trésorerie de l'ordre de 60% de la marge opérationnelle n'a pas été écrêté par la faiblesse de l'activité du groupe.

A découvrir également

  • visuel-morning
    Un point bas atteint sur un fonds exceptionnel, est-ce le moment d’investir ?
    29/04/2022
  • visuel-morning
    La pépite de la semaine par Euroland Corporate
    09/05/2022
  • visuel-morning
    30 % de réduction d’impôt et durée de blocage réduite : est-ce le meilleur moment pour investir en FIP Corse ?
    06/05/2022
  • visuel-morning
    Novapierre Allemagne : une belle revalorisation, mais certainement pas la dernière
    08/04/2022
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt