DES MARCHES ET DES HOMMES

vendredi 26 août
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 8 ans - Le 26/08/2011 à 09h14

LE FONDATEUR D’APPLE ERIGE EN DEMI-DIEU Pluie d’hommage pour Steve Jobs qualifié de génie de la révolution numérique, de visionnaire, d’icone de la bourse qui a emmené la capitalisation boursière de la marque à la pomme vers les sommets. A 56 ans, celui qui fascine par sa créativité, et sa success story tire sa révérence. L’image d’Apple est à tel point lié au charisme de son fondateur qu’on se demande si Apple peut survivre longtemps sans Steve Jobs. Il semblerait en tout cas que la passation de pouvoir à son bras droit Tim Cook a été minutieusement préparée.

WARREN BUFFET, CHEVALIER BLANC

L’homme providentiel vole au secours des grandes banques américaines en proie aux turbulences des marchés. Après Goldman Sachs en 2008, Warren Buffett va investir cinq milliards de dollars dans Bank of America, signe de sa confiance dans le groupe alors que le titre de l'établissement a perdu jusqu'à la moitié de sa valeur depuis le début de l'année, plombé par les coûts liés aux problèmes hérités des prêts hypothécaires de sa filiale Countrywide et par des doutes sur la solidité du capital de la banque. Un investissement qui a rassuré les marchés et fait grimper l'action, de 8,23% à 7,57 dollars.

L’ORACLE DES MARCHES

Ben Bernanke, le patron de la Fed est attendu comme le messie lors de la conférence des banquiers centraux à Jackson Hole. L’année dernière, son discours qui avait envoyé de multiples signes présageant d’un QE2 avait marqué les esprits. Cette année, le contexte a complètement changé. La Fed n’a plus beaucoup de marges de manœuvres.

LA FED N’A PLUS DE CARTOUCHES

Les taux resteront à zéro jusqu’en 2013, les craintes d’une déflation qui avait jeté les bases d’un QE2 ont complètement disparu. Pis encore, le dernier chiffre connu sur l’inflation s’inscrivait à 3.6%. Un QE3 risquerait d’être l’assouplissement quantitatif de trop qui enverrait le dollar à la cave et relancerait l’hydre inflationniste alors que l’augmentation exponentielle de la taille du bilan de la Fed ne lui permet pas de mettre en place un QE équivalent. Un élément en revanche n’a pas changé dans le paysage : La santé chancelante de l’économie américaine avec une consommation et des perspectives de croissances qui se dégradent au fil des mois. D’ailleurs, les marchés eux-mêmes se sont résignés, ils n’y croient plus et achètent du dollar.

TOLLE GENERAL CONTRE LA CURE D’AUSTERITE

Le plan concocté par le gouvernement a suscité une levée de bouclier général. Ce qui agace le plus concerne la proposition de taxer les boissons sucrées (qui devrait rapporter aux caisses de l’état 100 millions d’euros, une goutte d’eau), ou encore plus farfelue, une TVA à 19.6% pour les parcs à thèmes. Les secteurs concernés par les mesures tapent du poing sur la table, et appelle le gouvernement à revoir sa copie.

PENDANT CE TEMPS LA, LE CHOMAGE BONDIT…

… et n’épargne aucune classe d’âge. Comme les deux mois précédents, les chiffres sont très mauvais. +1.3% en juillet ce qui porte le nombre de chômeurs largement au delà du seuil des 4 millions. Sans croissance économique, pas d’emplois. Avec une progression nulle au deuxième trimestre et un taux de chômage en hausse de 4 .3% depuis le début de l’année, Xavier Bertrand vient d’apprendre à ses dépends que l’objectif de faire refluer le chômage sous la barre des 9% d’ici la fin de l’année relève quasiment de la mission impossible.

INTERDICTION DE SHORTER LES FINANCIERES.

Les gendarmes boursiers de France, d’Italie et d’Espagne ont annoncé qu’ils prolongeaient l’interdiction de vente à découvert sur certaines valeurs financières, ce qui a suscité la nervosité chez les opérateurs. Une interdiction qui était survenue dans un contexte d’affolement des marchés et de perte de confiance dans la solidité du système bancaire. Toutefois, 15 jours après la mise en place de cette mesure, force est de constater que la baisse des valeurs financières européennes s’est poursuivie puisqu’on on ne s’est pas attaqué aux racines du mal, la défiance des marchés sur la solidité du système bancaire.

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com