ECHEC DU PLAN DE SAUVETAGE AUTOMOBILE

vendredi 12 décembre
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 10 ans - Le 12/12/2008 à 07h12

Panique sur les marchés aprés l'échec du plan de sauvetage de l'automobile cette nuit au Sénat. Cette panique est irrationnelle et n'est pas justifiée

Chute sur les marchés boursiers aprés l'échec inattendu des négociations sur l'aide à l'automobile
Les républicains ont fait avorter le déblocage des 14 milliards de dollars avant la fin d'année à General Motors et Chrysler. Et les marchés rechutent. Et cela risque de continuer aujourd'hui. Mais c'est une suréaction qui n'est pas justifiée. Et il n'y a pas de quoi paniquer. Pour plusieurs raisons. Tout d'abord le gouvernement peut décider de piocher dans les 700 milliards du plan Paulson pour permettre aux constructeurs de passer la fin d'année. Ceci jusqu'à l'arrivéé d'un Congrés plus largement démocrate et favorable au plan de sauvetage.

George Bush n'est pas favorable à cette aide mais George Bush n'est plus le président américain depuis plusieurs semaines déjà. Obama n'a pas attendu le 20 janvier pour prendre les rênes et c'est lui qui mettra la pression sur Bush pour que le déblocage se fasse. George Bush n'a surement pas envie de laisser un mauvais souvenir de plus le mois de son départ. Mais au delà de cette aide que l'automobile finira par obtenir, je pense que l'option Chapter 11, protection sur les faillites, n'était pas la plus mauvaise option pour les constructeurs automobiles car la réalité c'est qu'ils sont déjà en faillite et que 14 ou 25 ou 50 milliards de dollars ne changeront rien.

Une faillite c'est tout de même des centaines de milliers d'emplois supprimés
Mais ces suppressions d'emplois sont inévitables. Un Chapter 11 pour les constructeurs automobiles leur permettrait de geler le paiement de leur dette pour la renégocier, d'alléger leur dette pour le paiement des retraites, de procéder aux licenciements massifs qui sont de toutes façons inévitables et probablement d'accélérer les rapprochements. L'aide à l'automobile sera débloquée. Le marché réagira favorablement mais c'est de l'argent jeté par les fenêtres.
A lire également
Idée reçue numéro 4 : l'assurance-vie, ce n'est qu'un produit de long terme

On complète notre série sur les idées reçues sur l'assurance-vie, sur un nouveau préjugé quasi-incontournable sur le produit d'épargne préféré des Français : l'assurance-vie, ce n'est qu'un produit de long terme. Ce qui est (une nouvelle fois) faux ! Elle peut être utilisée comme un produit d’épargne extrêmement souple, mais aussi comme un outil de gestion et de transmission du patrimoine dans des conditions particulièrement clémentes.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com