Il faut organiser la sortie de la Grèce

jeudi 10 mai
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 8 ans - Le 10/05/2012 à 07h05

On reparle à nouveau de sortie de la Grèce de la zone euro. Ne laissons pas cette occasion passer. Les Grecs en ont ras le bol de la zone euro et la zone euro en a ras le bol de la Grèce. C'est un divorce par consentement mutuel qui coûtera moins cher que le maintien à tout prix d'un pays qui n'aurait jamais dû entrer.

Le scénario de sortie de la Grèce de la zone euro est à nouveau évoqué
Et j’ai envie de dire enfin. Si on avait utilisé toute l’énergie et l’argent dépensés depuis des mois pour tenter de sauver la Grèce à organiser sa sortie de la zone euro, la crise de la zone Euro serait peut-être déjà finie. Rappelons tout de même, une fois de plus, que la Grèce n’aurait jamais du rentrer dans la zone euro. Jamais. Et qu’elle est entrée grâce à une falsification de ses comptes publics. Il est peut-être trop tard, mais il faut tenter de sauver la zone euro en organisant au plus vite l’expulsion de la Grèce de la zone euro.

Cette sortie serait selon les spécialistes extrêmement couteuse pour la zone euro
Sûrement. Mais combien de centaines de milliards d’euros avons-nous déjà perdus directement ou indirectement en tenant de la maintenir artificiellement dans la zone euro. Et combien cela nous coûtera-t-il encore dans les mois qui viennent. Il vaut mieux utiliser l’argent destiné à un sauvetage impossible pour une sortie organisée. Le maintien de la Grèce au sein de la zone Euro est intenable pour la zone euro, mais il est intenable aussi pour la Grèce. La situation de la population Grecque est dramatique. Elle a mené à une explosion des partis extrêmistes les plus effrayants et cela pourrait encore empirer. La Grèce ne peut s’en sortir que par une annulation totale de sa dette, une sortie de la zone euro et une dévaluation massive de sa monnaie.

Le problème aussi c’est de créer un antécédent et de provoquer un effet domino
Il faut une soupape pour la zone euro. On a créé un zone euro en prévoyant l’entrée de pays, mais sans prévoir de sortie. C’est une erreur fondamentale qui provoque un phénomène d’asphyxie totale. Si la Grèce sort de l’euro, cela créera un précédent et c’est une bonne nouvelle. En cas de difficulté insurmontable pour un pays membre, la zone euro ne sera pas systématiquement plombée et tirée vers le bas et le pays aura la possibilité de sortir de la zone euro. Quitte à revenir plus tard quand sa situation financière se sera améliorée. Il faut créer une meilleure fluidité dans la zone euro. Elle existe à l’entrée, mais pas à la sortie. Je suis prêt à parier que si on annonçait clairement qu’on allait organiser une sortie contrôlée de la Grèce, l’euro remonterait et la situation en Europe se détendrait. C’est la peur de l’inconnu qui effraie les marchés. Le sentiment qu’il est impossible de sortir de la zone euro. Or c’est possible, c’est faisable et il faut le faire.
A lire également
Immobilier : le meilleur placement, c’est réduire son crédit

Une rentrée d’argent inattendue ? Au lieu de laisser dormir cet argent sur des comptes dont la rémunération est au plus bas, pourquoi ne pas utiliser ces fonds pour rembourser un crédit immobilier par anticipation, soit en partie ou dans sa totalité ? Mais attention, le contrat de prêt peut prévoir une indemnité pour ce remboursement anticipé. Sauf si l’emprunteur a su négocier (et ce n’est pas évident) pour réduire cette pénalité ou mieux ne pas s’en acquitter…

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com