lundi 13 août

En hausse de 20,5% depuis le début de l’année, le titre Iliad comme ses résultats font un parcours sans fausse note depuis le début de l’année. Alors que selon l’Arcep, l'Observatoire de l'Autorité de régulation des télécoms, la France a atteint un parc total de 70,4 millions de cartes Sim en circulation au deuxième trimestre.

Avec un taux de pénétration de 107,9% par rapport au niveau de la population nationale, Iliad devrait maintenir sur le premier semestre un rythme de croissance à deux chiffres. A la fin mars, 2,6 millions de personnes s’étaient d’ores et déjà abonnés à Free mobile ce qui avait permis au groupe d’enregistrer une croissance organique de 29% au premier trimestre.

Une tendance qui devrait se poursuivre selon Morgan Stanley qui confirmait la semaine dernière son avis à Surpondérer sur Iliad avec un objectif de cours de 132 euros. Le bureau d'études s'appuie sur les données de l'Arcep qui prévoit 1,15 million d'abonnés mobiles supplémentaires au deuxième trimestre, supérieur aux prévisions initiales de Morgan Stanley qui anticipait 700 000 abonnés et un consensus de place de 684 000. L'analyste a par ailleurs relevé ses anticipations de chiffre d'affaires dans les services mobile à 241 millions d'euros au premier semestre contre 214 millions précédemment. Le consensus de place table pour sa part sur un chiffre d’affaires de 235 millions.

Néanmoins, l'Ebitda devrait être négatif de 90 millions d'euros (consensus à -84 millions) s'appuyant sur les résultats semestriels publiés par France Telecom. Selon l'analyste, Free Mobile a pratiquement atteint l'équilibre au niveau de la marge brute.

Au deuxième trimestre, 900 000 nouvelles cartes Sim ont été vendues, soit une croissance de 6,7% sur un an. En plus de la forte hausse des ventes, l'Arcep a également constaté une hausse des demandes de portabilité, c’est-à-dire la possibilité de changer d'opérateur tout en gardant son numéro de mobile, de 1,4 million, soit le double des demandes par rapport au deuxième trimestre 2011. Un phénomène en nette augmentation, pratiquement exclusivement liée à l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile.

En témoigne le fait que le nombre de demandes de portabilité d'un opérateur vers un autre a littéralement explosé au premier trimestre avec l'arrivée de Free, progressant de 233% sur un an, à 2,6 millions.

Autre conséquence de l'arrivée de Free, qui propose tous ses abonnements sans engagement, et qui a été suivi par d'autres opérateurs sur certaines de leurs offres, le parc de clients libres d'engagement s'accroit d'1,1 million au deuxième trimestre, atteignant ainsi 30,5 millions, en comptant les cartes prépayées.

Si les analystes sont unanimes quant aux atouts du dossier, beaucoup d’analystes considèrent que le titre a besoin de faire une pause. 58% des analystes sont encore à l’achat sur le dossier, mais avec un PER de 43,5, le potentiel d’appréciation du titre leur semble extrêmement limité.

L’objectif moyen s’établit en effet à 115,84 euros pour un titre qui s’échange à 115,40 euros, en hausse de 0,48% dans un marché parisien à l’équilibre.

A découvrir également

  • visuel-morning
    Une opportunité d’investissement majeure : le Private Equity dans l’assurance vie
    17/06/2022
  • visuel-morning
    Le point sectoriel par Euroland Corporate
    22/06/2022
  • visuel-morning
    Défiscalisation : votre calendrier de fin d’année
    17/12/2021
  • visuel-morning
    Comment faire face aux galères qui s'accumulent sur l'investissement immobilier locatif
    10/06/2022
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt