INTRODUCTIONS EN BOURSE: DEUX POIDS, DEUX MESURES....

mardi 21 juin
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 8 ans - Le 21/06/2011 à 07h06

Saint Gobain vient de reporter l'introduction en Bourse de sa filiale Verallia. ET pourtant les introductions de PME et d'ETI, principalement sur Alternext continuent à se multiplier avec une forte demande du public et, dans le cas, de sociétés de qualité, d'excellentes performances post introduction...

Situation paradoxale sur les introductions en Bourse à Paris
Il se passe quelquechose d'étrange à Paris. D'un côté les grosses entreprises ont du mal à s'introduire. On se rappelle l'échec de l'introduction du Groupe Barrière, le report de l'introduction de Canal Plus et hier l'annonce par Saint Gobain du report de l'introduction de sa filiale Verallia faute d'une demande suffisante. De l'autre un afflux de PME et d'ETI, entreprises de tailles intermédiaires, sur le marché, notamment sur Alternext. 5 rien que sur les derniers jours. Plus d'une trentaine depuis le début d'année. Et là pas de report, ni même d'échec.

Qui participe à ces introductions de sociétés de taille moyenne, les professionnels?
Non. Et c'est cela qui est le plus surprenant. C'est principalement les petits porteurs qui font le succés de ces introductions sur Alternext ou même sur le marché libre. Certaines opérations ont même l'objet d'une demande des particuliers largement supérieurs à la demande avec en plus, cerise sur le gâteau, des performances plutôt favorables quelques semaines ou quelques mois après les introductions. Toutes n'ont pas vu leurs cours se multiplier par 8 comme le groupe Carmat, spécialiste du cœur artificiel, mais il n'est pas rare de voir des introductions sur alternext dont le cours a progressé de 10 à 50% en quelques jours.

Qu'est ce qui explique la différence de succès des introductions des grosses entreprises et des entreprises de taille moyenne?
Plusieurs facteurs. Les investisseurs institutionnels, les fonds, préfèrent dans le climat actuel se tenir à l'écart des introductions. Du coup, il faut compter principalement sur le public et le public a une capacité d'investissement limité. Sur Alternext par exemple on va lever en moyenne 5 à 10 millions d'euros, c'est faisable à coup de tickets de 3,000 à 5,000 euros. Pour Verallia il fallait lever environ 800 millions d'euros. C'est plus compliqué. D'autre part, les introductions sur les petites sociétés bénéficient de la surperformance très marquée des small caps par rapport aux indices de grandes valeurs depuis 3 ans, une surperformance qui existe encore en 2011. Reste cependant que pour que le marché des introductions reparte réellement qu'il faut un succés sur une grande entreprise. Espérons que Verallia pourra revenir rapidement sur le marché et réussir son introduction car cela donnera un signal positif pour tout le marché.
A lire également
Epargne : placez les étrennes de vos enfants dans une assurance-vie !

Le Père Noël est passé avec ses nombreux cadeaux. Et parmi ces présents, un gros chèque ou un petit billet s’y sont glissés. Outre les fêtes de fin d’année, les occasions sont nombreuses pour épargner les étrennes que reçoit votre enfant. Parmi les solutions d’épargne, l’assurance-vie vient en tête pour l’aider à anticiper ses projets à long terme. Ce placement plus rémunérateur qu’un Livret A offre en effet de nombreux avantages, parfaitement adaptés aux futurs besoins d'un enfant.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com