LA POLEMIQUE DES STRESS TESTS

jeudi 10 mars
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 9 ans - Le 10/03/2011 à 07h03

A peine évoqués, les nouveaux stress tests pour les banques sont déjà l'objet d'une vive polémique tant les critères utilisés sont laxistes et aberrants.

La polémique sur les stress tests des banques européennes a pris de l'ampleur et le superviseur bancaire européen tente de se justifier
On attendait des vrais stress tests pour les banques. On a à nouveau, comme dans le précédent stress test, un remarke de l'école des fans où toutes les banques sont assurées d'avoir 10 sur 10. Rappelons que les banques irlandaises avaient passé avec succés le précédent test quelques jours avant que certains tombent en quasi faillite. Au cœur de la polémique le fait que les dettes dites souveraines, c'est-à-dire les emprunts d'état soient toujours pris à 100% de leur valeur ce qui est absurde.

François Perol, le président de la Fédération bancaire Française, dit qu'il ne peut pas y avoir de défaut de paiement d'un pays européen
Il n'a pas intérêt à dire le contraire car si on prenait par exemple les emprunts d'Etat grecs, portugais ou irlandais, à leurs vraies valeurs, les banques européennes devraient faire des provisions massives et afficher quelques pertes. Or, les prendre à 100% de leur valeur est une aberration totale. Prenons l'exemple de la Grèce. La dette Grecque se traite déjà avec un décote de 30% minimum. C'est-à-dire que personne ne croit que la Grèce va échapper à une restructuration de sa dette.

Une restructuration c'est-à-dire une perte pour les détenteurs d'emprunts Grecs.
L'Union Européenne, et surtout pas l'Allemagne, ne va accepter de donner de l'argent aux détenteurs d'emprunt Grec pour les compenser sur une perte qui est déjà constatée. D'ailleurs d'après les déclarations de membres de la Bundesbank, la question n'est pas de savoir si la dette Grecque sera restructurée mais de combien elle sera décotée et les paris vont de 30% à 50%. Ignorer un état de fait sur les dettes des pays périphériques pour les stress tests les disqualifie automatiquement. Mais reconnaître la possibilité d'une restructuration ouvre une boîte de Pandore que personne n'a le courage d'ouvrir.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com