LA TENTATION ISLANDAISE

mercredi 06 janvier
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 9 ans - Le 06/01/2010 à 07h01

Le président Islandais veut demander, par voie de référendum, aux Islandais s'ils veulent rembourser que l'Islande rembourse, comme elle doit le faire, une partie de sa dette. Au prix d'une politique sévère d'austérité. On peut imaginer la réponse des Islandais... Une brèche est elle en train de s'ouvrir ?

Le refus du président islandais relance les inquiétudes sur les dettes d'Etat
Dans l'euphorie boursière de ce début d'année, on avait volontairement oublié les problèmes qui pèsent sur l'économie mondiale et notamment le problème de la dette des Etats. C'est par une petite porte, celle de l'Islande, que ce problème s'est rappelé à notre souvenir. Le problème Islandais en lui même est, oserais le je dire, marginal car on ne parle que de 4 milliards de dollars, une broutille rapportée à la dette de certains pays européens ou encore de l'Angleterre ou des Etats Unis. Mais il ouvre une brèche. Avec une question simple: un pays surendetté doit il rembourser sa dette au prix de sacrifices difficiles pour la population, tant en termes de hausses d'impôts que de restrictions budgétaires drastiques? Et L'Islande va probablement répondre non par référendum.

Un état doit tout de même honorer sa signature ?
En théorie oui. Mais en pratique, certains pays vont, comme l'Islande, se poser la question. Si les entreprises surendettées peuvent elles se mettre en procédure de sauvegarde, c'est à dire geler leur remboursement de dettes et renégocier fortement à la baisse leur endettement, comme un General Motors ou encore certaines grandes banques, pourquoi un Etat ne pourrait il pas le faire? Plutôt que de subir des années de rigueur brutale imposée par un FMI ou la communauté financière internationale?

C'est tout de même la remise en question d'une des clés de voute de tout le système financier international
Vous avouerez que depuis deux ans, on en a vu d'autres!! On sait aujourd'hui qu'une large majorité des pays sont surendettés, que la croissance prévue est trop molle pour permettre avant des années de générer un surplus budgétaire suffisant à réduite l'endettement. Certains vont être tentés de se dire que ce qui est bon pour l'Islande est bon pour le reste du monde, et même que ce qui est bon pour General Motors est bon pour l'Amérique. Une brèche vient de s'ouvrir. Il sera intéressant de voir si d'autres pays s'engouffreront dedans.
A lire également
Succession : 3 astuces pour une succession réussie

Les droits de succession sont élevés que son patrimoine soit important ou plus modeste. D’où l’utilité de s’y prendre le plus tôt possible avec une stratégie patrimoniale adaptée à sa situation. Alors pour alléger la facture à ses héritiers, plusieurs solutions existent pour transmettre un patrimoine à moindre coût.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com