L'Allemagne : la locomotive à quai ?

vendredi 07 décembre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 11 mois - Le 07/12/2018 à 10h12

Il y a encore un an, les observateurs étaient dithyrambiques sur la santé économique outre-Rhin. Mais voilà, les nuages noirs planent désormais dans le ciel clément du voisin allemand. Très dépendante de son secteur automobile et de l’export, l’économie allemande a connu un ralentissement de sa croissance. Les normes environnementales en vigueur et la joute commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ternissent l’image d’Epinal d’une Allemagne prospère. On en parle d'ailleurs dans notre mag' de décembre.

Un investissement dans une action ou un fonds allemand est plus accessible à un investisseur français qu’un fonds russe ou d’un pays autre pays émergent. L’investisseur qui souhaite avoir des actions allemandes dans son portefeuille ne sera pas à court d’idées entre les actions en direct et les fonds plus ou moins investis sur ce pays.

Pour s’exposer à l’Allemagne, il est possible d'investir en direct dans les plus grandes valeurs de ce pays avec votre PEA ou votre compte-titre comme n’importe quelle action française. Tous les courtiers de la place proposent d'investir en direct dans les plus grandes valeurs allemandes à l'aide de votre PEA ou compte-titre.

Le stock picking action n'étant pas évident pour un particulier, il est également possible d'investir sur le marché allemand à l'aide de fonds communs de placements. Pour un investisseur qui ne se sent pas à l’aise avec les valeurs allemandes, il peut s’attacher les services d’un gérant professionnel et profiter de son expertise sur ce marché.

Parmi les fonds qui existent sur le marché, on peut citer le fonds German Fund de la société de gestion Fidelity (ISIN : LU0261948227). L’objectif de ce fonds est d’investir dans des entreprises en fonction de leur potentiel de croissance à long terme plutôt que pour leur appartenance à un secteur précis. Les principales positions de ce fonds sont des entreprises bien familières des investisseurs français. L’éditeur de logiciels SAP occupe la première place de ce fonds (9,88%) suivi du laboratoire pharmaceutique Bayer (7,43%), Infineon Technologies (4,91%) ou de Deutsche Boerse, la bourse allemande (4,79%).

Le fonds DWS Aktien Strategie Deutschland de la société de gestion Deutsche Asset & Wealth Management Investment (ISIN : DE0008490962) Le fonds commun de placement se compose majoritairement d’actions d’entreprises allemandes prometteuses. Le fonds privilégie à cet effet aussi bien les valeurs vedettes (blue chips) que les valeurs de petites et moyennes entreprises. L’éditeur de logiciels SAP occupe une nouvelle fois la première place de ce fonds (9,01%) suivi de l’assureur Allianz (7,96%). Viennent ensuite Siemens (6,90%) et enfin le chimiste Basf (5,49%).

Pour les investisseurs qui souhaitent investir sur les valeurs allemandes, mais sans pour autant choisir entre les nombreux titres et OPCVM, la solution la plus simple et la plus adaptée est sans doute d'investir dans les trackers. Le tracker Lyxor UCITS ETF DAX émis par Lyxor de code ISIN LU0252633754 réplique fidèlement l'indice Dax sans effet de levier ni couverture contre le risque de change. Il est éligible au SRD, qui n’est pas forcément le cas de tous les trackers et également au PEA.

Retrouvez ces différents fonds dans notre contrat MonFinancier Retraite Vie

>> Je souhaite être recontacté par un conseiller MonFinancier

Attention, cet article ne constitue en aucune manière une incitation à acheter et ne peut être considéré comme des recommandations personnalisées.

Nous restons bien évidemment à votre entière disposition afin de répondre à vos éventuelles questions, vous apporter une explication détaillée, valider la pertinence de cette solution au regard de vos objectifs et bien-sûr étudier d'autres alternatives en adéquation avec votre sensibilité : effectuer une demande de rappel.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com