vendredi 05 février

Sale temps pour les valeurs bancaires européennes : ce début d’année est tellement chaotique qu’on s’est à peine rendu compte qu’on assistait à un véritable krach bancaire en Europe. Les investisseurs, particulièrement nerveux, n'hésitent pas à sanctionner brutalement les banques en général et certaines banques comme le Crédit Suisse ou Deutsche Bank en particulier.

LES DOMINOS BANCAIRES

En Italie c’est tout simplement la débandade avec un effondrement de 20 à 40% en quelques semaines. Les investisseurs fuient de peur que les banques italiennes ne puissent obtenir le remboursement de milliards de prêts qu’elles ont faits et que la vague de consolidation nécessaire ne se fasse pas assez rapidement. Cette chute de l’Italie a servi de prétexte à la chute des valeurs bancaires françaises sous pression également du fait de leur possible exposition au secteur pétrolier. Toutes les raisons sont bonnes pour vendre les valeurs bancaires.

LA PRESSION DES TAUX BAS

L’environnement des taux bas n’améliore pas le sentiment général. Les banques sont en pleine mutation. On ne parle même pas de la révolution technologique, mais c’est vrai que les investisseurs se posent une question simple : comment une banque peut elle gagner de l’argent dans un environnement de taux nuls ou négatifs. La hausse des tarifs bancaires sur les clients particuliers ne peut pas tout compenser. Et on rajoute à cet environnement général des cas particuliers de grandes banques européennes en difficulté. Comme Deutsche Bank qui a annoncé cette semaine une perte de près de 7 milliards d’euros et qui ne semble toujours pas trouvé de stratégie de sortie de crise. Ou comme hier le Crédit Suisse avec l’annonce d’une perte massive de 2.6 milliards d’euros. Son patron a essayé de rassurer en disant qu’il avait nettoyé ses comptes une fois pour toutes mais là encore le marché a été sans pitié. Sanction immédiate et brutale avec une chute de 11%.

QUEL AVENIR POUR LES BANQUES?

Au-delà des situations particulières, c’est donc tout le secteur bancaire qui est sous pression. On ne peut pas dire qu’il y avait une bulle sur les valeurs bancaires mais c'est la pérennité de leur modèle qui est en cause. Les banques doivent se réinventer et se réinventer dans le contexte actuel de taux d’intérêt n’est pas simple.

DES SANCTIONS BRUTALES

Ce qui est frappant dans ces marchés de début d'année, c'est la brutalité des sanctions sur le marché à l'annonce de résultats décevants. Hier soir Linkedin a chuté de 30% suite à la publication de ses résultats et des ses perspectives. Le titre a perdu 50% de sa valeur en 3 mois. Go Pro a perdu 50% de sa valeur depuis le début d'année et 85% par rapport à son niveau le plus élevé. Même tarif pour Ralph Lauren qui a perdu 50% de sa valeur en 14 mois. Plus le temps de tergiverser pour les investisseurs.

LE NIVELLEMENT PAR LE BAS

Touche pas à mon accent circonflexe.
Touche pas à mon nénuphar.
Touche pas à mon oignon.
Touche pas à mon trait d'union.

HULOT PRÉSIDENT. SUITE ?

Il a refusé de devenir ministre pour Hollande. On le comprend.

FORMIDABLE PÉRIODE

Pour devenir obèse et rouler en 4x4.
Les prix alimentaires sont au plus bas depuis 7 ans (les Echos) et le pétrole est bon marché.

AUJOURD'HUI C'EST VOTRE ARGENT EXCEPTIONNEL

Nous rejouons la semaine avec Emmanuel Lechypre, Virginie Robert de Constance et Associés, Jérôme Fauvel de la Française AM et la lumineuse Laure Closier. Les Américains ont la Silicon Valley, nous avons la Silver Valley. Jérôme Arnaud et Benjamin Zimmer sont les patrons de cet accélérateur d'entreprises de l'économie des séniors. Une émission absolument Exceptionnelle!!!!

L'EUROPE NE S'EN TIRE PAS MAL

1.7% de croissance pour 2016. C'est la prévision hier de la Commission Européenne. Et même 1.9% en 2017. Si, et seulement si, nous dit la Commission, la déflation ne vient pas tout gâcher et si les gouvernements mènent les reformes structurelles. La prévision pour la France n'est que de 1.3%. Nous sommes les plus mauvais avec la Grèce, la Finlande et la Belgique.

EN FRANCE

on ne peut même pas réformer l'Opéra de Paris. Millepied franchit le pas (jeu de mots) et claque la porte devant l'impossibilité de faire bouger sans risquer grèves et blocages.

À LIRE

Le dossier du FT sur la situation des pays pétroliers face à l'effondrement du pétrole. "From boom to bailout?". Comment les pays concernés réagissent, quand ils le peuvent en adoptant des réformes ou en privatisant leurs entreprises, et sombrent, comme le Venezuela, quand ils ne font rien.

J'AI CHERCHÉ UNE BONNE NOUVELLE

Aujourd'hui et ce n'était pas simple. Je vous conseille d'ailleurs d'éviter la presse économique internationale aujourd'hui : elle est totalement déprimante. Je n'en ai finalement trouvé qu'une bonne nouvelle: TGIF. Thank God It's Friday.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    L’or sous les 1 700$, comment investir facilement sur la valeur refuge par excellence ?
    22/09/2022
  • visuel-morning
    La pépite de la semaine par Euroland Corporate
    26/09/2022
  • visuel-morning
    Incendies de forêts : les parts de groupements forestiers sont-elles impactées ?
    09/09/2022
  • visuel-morning
    Avec près de 3% de performance au 1er semestre, les SCPI montrent une fois encore leur solidité
    24/09/2022
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt