LE MARCHE REBONDIT, SOUTENU PAR L'ESPOIR D'UN RENFORCEMENT DU FESF

lundi 26 septembre
Auteur: Rédaction Monfinancier
Il y a 8 ans - Le 26/09/2011 à 18h09

Drôle de séance. Le marché ne savait pas du tout où aller. Il a d’abord commencer par plonger pour aller tester les 2753 au plus bas avant de s’envoler de 3%, à 2916 au plus haut, puis il est repassé dans le rouge avant de rebondir pour clôturer à 2859.3 points, en hausse de 1.75% avec 3.8 milliards échangés.

Ailleurs, le rebond était plus convaincant, notamment à Francfort qui s’adjuge 1.79% grâce à l’ifo qui bien qu’en baisse, est ressorti au dessus des attentes. Londres progresse de 0.43%, l’euro stoxx 2.09% Milan bondit de 2.83%, dans son sillage Madrid s’adjuge 2.66%.

Par ailleurs, sur le front de la crise souveraine, il y a du nouveau. Alors que les taux des pays périphériques continuent de se tendre, Olli Rehn a admit que les européens réfléchissaient à la possibilité de doter le Fonds de soutien européen (FESF) d'un effet de levier plus important pour lui conférer plus de force", une idée prônée par les Etats-Unis, de plus en plus impatients face aux atermoiements européens dans la réponse à apporter à la crise.

Doté d'une capacité effective de prêts de 440 milliards d'euros, ce Fonds n'a pas les reins assez solides pour venir en aide à l'Italie ou l'Espagne, aujourd'hui menacées par la crise de la dette. Plusieurs pistes sont évoquées: doter le mécanisme d'outils nouveaux pour accroître son effet de levier en gardant inchangées ses réserves financières, augmenter sa capacité de prêts, voire une combinaison des deux.

Des rumeurs de presse faisaient état d'un projet de quadruplement de la capacité de prêt du fonds à 2,000 milliards d'euros. Une autre option serait d'accorder au FESF une licence de banque traditionnelle qui lui permettrait d’emprunter de l'argent frais auprès de la BCE pour ensuite aider des pays en difficulté, dont il rachète la dette sur le marché obligataire dit "secondaire".

Cette perspective, ou tout du moins cette prise de conscience de la nécessité d’agir a permis au marché de rebondir au delà des 2800 après avoir perdu plus de 7% la semaine dernière .

Du coté des valeurs, le secteur bancaire termine la course en tête. Axa s’envole de 8.18%, à 8.97euros Société Générale bondit 5.44%, à 17.55 euros, BNP 3.99% à 26.32 euros, Crédit agricole 3.66%, à 4.58 euros.

A l’inverse, les cycliques sont encore malmenées. Peugeot recule de 2.45%, Vallourec -2.33%, Bouygues -1.97%

L’euro, victime collatérale de la crise de la dette a également joué au yoyo, et termine sur un repli de 0.1%, à 1.3512. L’euro cède également 0.45% à 103.12 face au yen. Le billet vert recule de 0.3% face au yen, à 76.31.
Le WTI perd 0.78%, à 79.22$, tandis que le Brent évolue non loin de l’équilibre et grappille 0.32% à 104.26$

L’once d’or poursuit sa spectaculaire correction en plongent de 2.06%, à 1605$. Quant à l’argent, le mouvement est encore plus impressionnant avec une chute de 3.69%, à 28.99$.
A lire également
Le CAC termine la semaine en trombe grâce au commerce

Le CAC 40 a terminé la semaine par une hausse de 1,73 % à 5665,62 points grâce au regain de confiance des investisseurs sur les discussions commerciales entre la Chine et les États-Unis, qui ont repris hier. Wall Street grimpait aussi : +1.86% pour le Dow Jones et + 1.69% pour le Nasdaq.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com

visuel-morning
JOURNAL DE MONFINANCIER De l'or et du pétrole
visuel-morning
GESTION ACTIVE La journée de la pâleur