Le milliard! Le milliard!

mercredi 23 octobre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 5 mois - Le 23/10/2019 à 07h10

Les chiffres de septembre sont tombés. Et ils sont spectaculaires. Vous avez déposé plus d'un milliard d'euros sur vos livrets A. Du jamais-vu depuis 8 ans.

LE GRAND RUSH

Les épargnants français se sont rués, encore plus qu'à leur habitude, sur le livret A en septembre.
Pour l'année, on dépasse 15 milliards d'euros.
C'est 40% de plus que l'année dernière.
15 milliards sur 9 mois !
1 milliard sur 1 mois.
C'est dingue.

POURQUOI ?

Plusieurs explications :
1. L'année blanche. Je me tue à le répéter, 2018 a été une année blanche, les Français n'ont pas payé d'impôts sur leurs revenus habituels et ils ont donc un surplus d'épargne. En septembre, ils n'ont pas eu à payer leur solde d'impôts.
2. Les Français épargnent toujours plus. Quoiqu'il se passe, les Français épargnent.
En période de crise, comme en période de croissance. Et les craintes sur l'avenir de leur retraite ne vont pas freiner le mouvement. Le taux d'épargne dépasse les 15%, 15% des revenus, c'était 14% en 2018.
3. C'est encore la preuve éclatante de l'aversion des Français pour le risque.

QU'EST-CE QU'ON EN PENSE ?

D'un côté, c'est bien.
Mieux vaut mettre son argent sur le livret A, même à 0.75% et bientôt 0.50%, que de le laisser dormir à 0 comme les 500 milliards d'euros qui dorment sur vos comptes bancaires.
D'un autre côté, c'est nase.
Même si les rendements des fonds en euros des contrats d'assurance vie glissent, ils offrent des taux supérieurs à 2%. C'est mieux que 0.75%, non ?
Bien sûr, touts les Français ne lisent pas encore notre newsletter, et n'ont donc pas compris qu'on pouvait gagner deux fois plus que les 0.75% nets d'impôt du Livret A avec la même liquidité et la même sécurité en plaçant dans le fonds euros d'un contrat d'assurance-vie. Mais en choisissant un bon contrat d'assurance-vie sans frais d'entrée.
Demandez une documentation détaillée sur le contrat d'assurance-vie sans droit d'entrée

ARGENTINE : L’HISTOIRE SE RÉPÈTE

Élections en Argentine dimanche.
Et le candidat « Péroniste » Alberto Fernández devrait battre le Président sortant Mauricio Macri.
Et les marchés financiers paniquent.
L’Argentine a une dette colossale de 101 milliards de $, une dette de plus en plus lourde, surtout avec un peso en chute libre.
Le FMI avait prévu un package de sauvetage de 57 milliards de $.
Mais ça c’était avant.
Quand le FMI pensait que Macri allait gagner les élections et s’engager sur une politique de réduction du déficit budgétaire.

LE CERCLE VICIEUX

Alberto Fernandez préfère sacrifier les prêteurs internationaux et maintenir son déficit.
On estime à 60% la perte que pourraient subir les prêteurs.
En 2002, l'Argentine décidait de ne pas honorer 95 milliards de dollars de sa dette. Le plus grand défaut de paiement de l’histoire avec des créanciers privés.
Mais sur les marchés, chat échaudé ne craint pas l’eau froide.
Et les investisseurs sont revenus.
Et ils ont reperdu.
Et ils reviendront quand même dans quelques années.
Et il y aura à nouveau une faillite 10 ans plus tard…
L’appât du gain et la vision à court terme des investisseurs.

MERCI QUI ?

Ils peuvent remercier Trump.
Et remercier le fait que les États-Unis soient devenus indépendants en matière de pétrole.
Trump fuit le Moyen-Orient et offre sur un plateau la région à tous les leaders autoritaires intéressés.
Poutine et Erdogan l'ont bien compris.
Ils sont même devenus potes, ils se sont rencontrés hier et se sont découpés la Syrie. Entre potes.
Les États-Unis sont totalement cyniques.
Mais les Européens sont totalement nuls.

WEWORK : SUITE ET FIN ?

Vous allez être contents.
Je vais arrêter de vous en parler.
Clap de fin pour le fondateur de WeWork.
Adam Neuman.
Il s'en tire tout de même avec 1.7 milliard de $ mais, en janvier, sa part valait, sur le papier, 13 milliards de $.
Softbank sauve WeWork et en prend le contrôle.
Avec 8.5 milliards de $ de dettes et de capital.
Sur une base de valorisation de 8 milliards de $.
Un vrai "Wake-up call" pour les start-ups qui ne vivent que sur les levées de fonds.

BREXIT. SUITE ET PAS FIN

Donc Johnson a eu dans la même journée une victoire et une défaite.
Une victoire parce que le Parlement a autorisé l'étude de son plan Brexit.
Une défaite parce que le Parlement a refusé une étude de ce plan dans l'urgence.
Un report du Brexit est donc inéluctable...
Encore un report.
Avec en plus, une menace d'élections anticipées...
What the f... !

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR

La France revient dans la course.
Elle est plus compétitive en termes de coût du travail.
Et ça c'est une excellente nouvelle.
Grâce à l'allègement de charges sur les bas salaires.
Un allègement qui "concerne 1.6 million d'entreprises et 9.8 millions de salariés" (Échos).
C'est top ça.

20%

Cette semaine, 20% des valeurs de l'indice S&P 500 publient leurs résultats trimestriels.
Pour l'instant c'est moins bien que l'année dernière mais c'est mieux que prévu.
Pour l'instant.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Le CAC 40 a terminé la séance d’hier à l’équilibre en gain de 0.17 % à 5 657 points, complètement figé après 5 heures sans volatilité. Le phénomène a été plus vaste que l’indice de Paris, puisque l’EuroStoxx 50 et le DAX ont fini, eux aussi, sans réelle direction.
Outre-Atlantique, le Dow Jones et le Nasdaq ont terminé dans le rouge en perte de 0.15 % et 0.72 %, fragilisés par plusieurs résultats trimestriels d'entreprises inférieurs aux attentes, dont ceux de McDonald's et de l'assureur Travelers (tous deux membres du Dow Jones).
Ce matin à Tokyo, le Nikkei a fini en hausse de 0.34 %, après un jour off en raison des cérémonies d'intronisation formelle de l'empereur Naruhito.
Le CAC 40 est attendu en baisse cette matinée, affectée par une nouvelle vague d'incertitude autour du calendrier du Brexit.
Le Brent se négocie à 59.50 $ le baril contre 58.87 $ hier matin. L'once d'Or est à 1 488.30 $ contre 1 484.20 $ précédemment et la parité euro/dollar est à 1.1121 contre 1.1150 hier dans la matinée.

ON S'EN FOUT ?

Banijay, le groupe de production audiovisuelle de Stéphane Courbit, prend le contrôle d'Endemol Shine, champion du secteur pour 2 milliards d'euros; OUT: la patronne d'Hong Kong, Carrie Lam, devrait se faire virer rapidement par Xi Jinping; Excellentes critiques pour le film "Hors Normes" de Nakache et Toledano; François Baroin fait son comeback chez Les Républicains, dans un comité "stratégique", bigre; J'adore ce titre dans le Parisien: "la revanche des pois chiches", c'est énorme; Hausse de 32% des vols à la tire dans le métro et ils sont de plus en plus violents, je ne lâche pas mon scooter; Il va y avoir deux émissions sur les séries: sur France Inter "Une heure en séries" avec Xavier Leherpeur et sur Canal "Le cercle des séries" avec Augustin Trapenard; Certains se sont étonnés que je fasse l'impasse sur la nouvelle bande annonce du dernier Star Wars qui sort le 18 décembre, je dois avouer que je ne suis pas super fan des derniers Star Wars et j'en souffre.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com