LE PREMIER MINISTRE CHINOIS DOUTE

vendredi 11 septembre
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 10 ans - Le 11/09/2009 à 07h09

Wen Jiabao a surpris hier. On attendait un discours triomphaliste au vu des indicateurs économiques récents, on a eu un discours de doute.

S: Pour le premier ministre Chinois, la reprise de la croissance chinoise est loin d'être une certitude. Et pourtant, au moins en apparence, les signaux de la reprise en Chine sont tous au vert. Explosion de plus de 12% de la production industrielle, hausse de 30% des ventes de voitures tout ceci menant à une révision à la hausse à 8% de la croissance pour l'année, Le Chine est même aux yeux de beaucoup d'économistes en train de devenir la locomotive de la reprise mondiale.

Alors pourquoi cette inquiétude exprimée hier ?
La reprise en Chine est indéniable. Mais elle est uniquement la conséquence du plan de relance et ce plan de relance a été principalement bénéfique aux investissements industriels, des investissements souvent faits dans des secteurs déjà en surcâpacité. En Chine, un moteur ne fonctionne toujours pas. C'est la consommation. La Chine continue à investir pour répondre à la demande mondiale mais ne parvient pas à faire réellement démarrer sa demande intérieure, seul véritable espoir pour l'avenir

On peut s'attendre à un autre plan de relance Chinois. Un plan qui sera orienté uniquement vers la consommation. Malgré les chiffres officiels, la Chine est confronté à des déséquilibres profonds, notamment sociaux, qui contraignent les ménages Chinois à épargner de plus en plus. Le chômage, l'absence de couverture sociale, l'absence de véritable systéme de retraite expliquent les taux d'épargne records en Chine et tant que le gouvernement ne rassurera pas les Chinois, les Chinois ne consommeront pas. Vaste chantier donc pour le gouvernement.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com