LE SAUVETAGE DE CITIGROUP: UN NOUVEAU STANDARD

mardi 25 novembre
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 11 ans - Le 25/11/2008 à 07h11

Le sauvetage de Citigroup va devenir une réference du type de deal de sauvetage que le gouvernement Américain adoptera en cas de défaillance d'un grand établissement

On revientsur le sauvetage de Citigroup et la spectaculaire performance de l'action hier
Plus 58% en un une seule journée pour l'action de cet ex leader de la banque américaine. Une envolée qui a fait flamber tous les indices boursiers dans le monde. C'est vrai que depuis quelques mois, on s'habitue à tout et que plus rien ne nous étonne. Mais tout de même. Voir en quelques jours, Citigroup passer du statut de pilier de la refondation du système bancaire américain à la quasi faillite pour finir par une nationalisation partielle de fait, cela reste un événement incroyable. Rappelons pour mémoire que l'action est passée d'un plus haut cette année à 35 dollars à 3 dollars vendredi avant de rebondir hier à 6 dollars. Même à 6 dollars, c'est une chute vertigineuse

Le package de sauvetage va t'il servir de modèle ?
Oui. C'est ce que les investisseurs anticipent maintenant. En cas de difficulté d'une grande banque américaine, c'est le nouveau standard Citigroup qui sera appliqué. Une combinaison d'une entrée directe dans le capital et une garantie de rachat des dettes pourries. Mais ce sont surtout les contraintes collatérales qui ont été analysées de prés. Plus de dividendes versés pendant trois ans, des restrictions drastiques sur les rémunérations des dirigeants, un contrôle sévère des bonus: voilà ce qu'il en coutera de faire appel à l'état

En deux mots, comment peut on expliquer la chute de géant de la finance
Absence totale de controle et appat du gains sont les deux maux qui ont terrassé Citigroup. Ce géant considéré il y a encore trois ans comme le modèle du supermarché financier était en fait une juxtaposition de baronnies non controlées, opposées entre elles, et tournées vers les profits rapides avec des risques maximum. Une fois de plus ce sont les actionnaires qui paient les erreurs des managers. Le contribuable lui ne saura que dans 3 à 5 ans si il a fait une excellente affaire ou si il a été le pigeon de l'affaire.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com