Les 5.300 points ne sont plus très loin

jeudi 21 juin
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 2 ans - Le 21/06/2018 à 17h06

La Bourse de Paris ne parvient pas à s'extraire de sa tendance baissière, les éléments de marché ne plaident pas pour un rebond. Bien au contraire... Le repli des cours du pétrole, la nomination de deux eurosceptiques à des postes clés en Italie et le regain de tensions sur le terrain commercial pèsent sur la tendance.

AMBIANCE SCEPTIQUE
L'Italie se rappelle au bon souvenir des boursiers. Deux eurosceptiques ont été nommés à des postes clés en Italie : Alberto Bagnai à la tête de la commission des Finances du Sénat et Claudio Borghi Aquilini à la présidence de la commission du budget de la Chambre basse. La réaction ne s'est pas faite attendre sur le 10 ans italien dont le rendement s'est tendu à plus de 2,70%.

UN TON PLUS FAUCON QUE PRÉVU
La Banque d'Angleterre maintient ses taux directeurs mais suggère un resserrement de sa politique monétaire et ce dès la réunion du mois d'août. La livre sterling rebondit de 0,7% à 1,3257 dollar, ce qui fait plier le Footsie, chargé en valeurs exportatrices, de près de 1%.

SORTIE DE ROUTE
Le secteur automobile a connu une journée particulièrement difficile suite à l'avertissement sur résultats lancé par Daimler. Le constructeur allemand a été contraint de réviser à la baisse ses prétentions annuelles en raison des nouveaux tarifs douaniers sur les voitures exportées des Etats-Unis vers la Chine. Les voitures les plus margées sont en première ligne de ce changement tarifaire... d'où ces dégagements sur le titre à Francfort.

DES RUMEURS QUI FONT BONDIR EDF
Des rumeurs de scission font bondir l'action EDF. Selon Challenges, l'Etat qui détient 83,5% du groupe, plancherait sur une scission de l’entreprise, « avec une ‘sanctuarisation du nucléaire’ et une cotation des énergies renouvelables.»

L'IRAN PRÊTE A UN COMPROMIS
Le Brent est en baisse de près de 2% à la veille de la réunion de l’Opep+ à Vienne. L’Iran serait encline à un compromis sur une augmentation de la production souhaité par l’Arabie saoudite et la Russie.
A lire également
Un nouvel acteur dans la crise : la Cour de Karslruhe

Le CAC 40 a terminé la séance du jour en hausse de 2.05 % à 4 468 points, malgré l'arrêt de la Haute Cour Constitutionnelle de Karlsruhe (l’équivalent de notre Conseil constitutionnel) qui a estimé aujourd’hui que le programme d’aide de la BCE violait, en partie, la Constitution allemande. Plus exactement, les juges ont souligné que certaines décisions de la BCE outrepassaient ses compétences, telles que définies par l’Union européenne. La Cour a donc donné trois mois à la BCE pour justifier son programme d’aide, faute de quoi la Bundesbank (la Banque fédérale d'Allemagne) ne pourra plus y participer au regard de la loi fondamentale allemande.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com