LES ETATS FONT LA QUEUE POUR EMPRUNTER SUR LES MARCHES

mercredi 21 avril
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 9 ans - Le 21/04/2010 à 07h04

Tous les jours, les principaux Etats sont obligés de venir sur les marchés pour emprunter de l'argent. Et les investisseurs se font de plus en plus tirer l'oreille. Ils n'ont pas aucune confiance dans la capacité des Etats à réduire leurs endettements et leurs déficits.

Succés pour l'emprunt grec hier mais à un taux trés élevé
Les cendres du volcan, l'affaire Goldman et les résultats des entreprises américaines ont fait oublier pendant quelques jours ce qui se passe sur la dette Grecque en particulier mais sur les emprunts d'Etat en général. Depuis deux ou trois jours les taux des emprunts d'état à 5, 10 ans et plus montent. De façon spectaculaire pour la Grèce, mais de façon toute aussi inquiétante pour l'Irlande, le Portugal, et de façon plus discrète pour les Etats Unis. Mais on sent que les investisseurs n'ont plus envie de prêter aux Etats. Ils n'ont pas confiance. Pas confiance dans leur capacité à réduire le déficit et à diminuer leurs dettes. Seule l'Allemagne et quelques pays émergents échappent pour l'instant à cette défiance.

Il faut dire que tous les jours c'est la ruée sur le marché pour les Etats
On parle des emprunts de la Grèce parce que la Grèce a été au centre des préoccupations. Mais tous les jours, vraiment tous les jours, ce n'est pas juste une expression, tous les pays ou presque font la queue au guichet des marchés pour emprunter de l'argent pour financer des déficits totalement incontrolés et incontrolables tant que l'économie ne rebondit pas trés fortement. Et cela commence à provoquer une véritable indigestion.

Quelles peuvent être les conséquences de cet afflux permanent d'emprunts
Une hause inéluctable des taux longs. Aujourd'hui, à part pour la Grèce peut être, les taux longs ne reflètent pas le risque réel qu'on a à prêter aux Etats. Et les notes des agences de notation ne reflétent pas non plus le risque réel qu'on a à prêter aux Etats. Il y a un paradoxe tout de même. La seule solution pour que les Etats puissent se financer facilement et moins cher. C'est une chute de la bourse. Car en cas de chute de la bourse, on a ce qu'on appelle le flight to quality. En gros les Etats ont le choix entre la peste et le choléra.
A lire également
Epargne : Pourquoi ouvrir une assurance-vie avant 30 ans ?

Enfin le premier salaire ! Oui, mais il faut penser à payer son loyer, financer ses loisirs ou bien (et c’est moins drôle) rembourser un prêt étudiant. Dans ces conditions, comment épargner pour l’avenir sans pour autant rogner ses envies de bouger aux quatre coins du monde et profiter de la vie ? Le Livret A ? Rapporte plus un rond surtout depuis le début du mois. Le Livret Jeune ? Passé 25 ans, vous devez tirer un trait dessus et le clôturer…Difficile alors de trouver le placement qui allie rendement et capacité d’épargne réduite ? Pas si sûr. Pour les jeunes actifs de moins de trente ans, il y a des solutions. Faut-il encore les connaître.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com