jeudi 14 juin

Rien ne va plus pour l’Espagne et l’Italie, dont les taux longs ne cessent de grimper, reflet de l’angoisse des investisseurs, alors que l'Europe, les yeux rivés sur la Grèce retient son souffle

La veille au soir, l’agence d'évaluation financière Moody's a abaissé la note de l'Espagne de trois crans à Baa3, contre A3, juste au dessus des obligations considérées comme étant à très haut risque. Moody’s justifie sa décision en soulignant une hausse de l’endettement du pays suite au plan de sauvetage de 100 milliards destiné à renflouer son secteur bancaire.

Quelques heures avant Moody's, l'agence de notation Egan-Jones avait encore abaissé la note de l'Espagne, qu'elle avait déjà classée parmi les plus risquées. C'est la quatrième fois qu'Egan-Jones abaisse la note de l'Espagne en seulement six semaines, reléguant ainsi la note dans la catégorie spéculative.

Des dégradations en série qui provoquent des turbulences sur les rendements. Ainsi, le 10 ans espagnol bondissait de 15 points pour s’inscrire à 6,83% après avoir franchit pour la première fois dans la matinée le seuil fatidique des 7%.

La pression monte également sur l’Italie menacée de contagion. Plombée par la crise de la dette souveraine et par une récession économique de 0,8% au premier trimestre, Rome peine à convaincre les marchés de la qualité de sa signature.

Sur le marché secondaire, le 10 ans italien s’inscrit à 6,1%, son plus haut niveau depuis juin janvier. Par ailleurs Rome passait un test de crédibilté majeur en émettant 4,5 milliards d’euros de dette à moyen terme.

Dans le détail, le Trésor a vendu 3 milliards d'euros de bons à échéance 2015 à un rendement moyen très élevé de 5,30% contre 3,91% le 14 mai. Le ratio de couverture s'est établi à 1,59 contre 1,52 le mois dernier. 627 millions d'euros de bons à échéance 2019 ont également été émis à un rendement moyen de 6,10% contre 5,21% le 27 avril. Les investisseurs ne se sont pas bousculés au portillon, avec une demande représentant 1,99 fois l'offre contre 2,27 auparavant. Enfin, 873 millions d'euros de bons à échéance 2020 ont été levés à un taux moyen de 6,13% en très nette hausse par rapport aux 5,33% le 14 mai. La encore, le ratio de couverture s’inscrit en nette baisse à 1,66 contre 2,08 le mois dernier.

Dans ce contexte, nul doute que les élections législatives pourraient provoquer une poussé de fièvre sur les taux longs espangols et italiens si l’hypothèse d'une sortie d'Athènes de la zone euro en cas d'incapacité à former un gouvernement favorable aux mesures d'austérité se réalisait

A découvrir également

  • visuel-morning
    Que devient votre PERCO après votre départ de l’entreprise ?
    10/06/2022
  • visuel-morning
    La pépite de la semaine par Euroland Corporate
    20/06/2022
  • visuel-morning
    6 raisons de défiscaliser avec le PER
    10/12/2021
  • visuel-morning
    Habitation, commerce, logistique, etc… quels actifs immobiliers sont les plus performants ?
    20/05/2022
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt