L'OAT français et les autres emprunts d'états

vendredi 16 novembre
Auteur: Rédaction Monfinancier
Il y a 7 ans - Le 16/11/2012 à 09h11

Depuis 2010, les emprunts d'Etats Long terme sont régulièrement au centre des attentions, et les taux ont souvent touché des records, à la hausse ou à la baisse. Comment interpréter ces mouvements ?

Les Obligations Assimilables du Trésor, aussi connues sous leurs initiales OAT, sont des titres représentant une part d'un emprunt de l'Etat français, émis pour une durée variant de 7 à 50 ans. Les émissions d'OAT réalisées par l'agence française du trésor sont réservées aux institutionnels, mais les particuliers peuvent y accéder sur le marché secondaire par un intermédiaire financier. Chaque OAT est émise pour un nominal de 1 €, et pour un coupon fixe exprimé en pourcentage de nominal.

Comme toute obligation à taux fixe, le rendement réel n'est pas forcément égal au coupon, car il dépend du cours de cotation de l'obligation. Ainsi, une OAT ayant un nominal d'1 euro, un coupon de 5% et qui cote 120% du nominal s'achètera 1.20 euros. Pour 1.20 euros, vous recevrez chaque année le coupon de 5 centimes et 1 euros à l'échéance. Le rendement réel sera alors bien plus faible que 5%. Plus le cours de l'obligation sera élevé, plus le rendement réel sera faible et inversement. C'est logique, si les investisseurs ne sont pas intéressés par une obligation, son cours va baisser, ce qui fera grimper son taux réel et pourra attirer des investisseurs.

Le tec10 (ou taux OAT 10 ans) correspond au taux de rendement actuariel d'une obligation fictive du Trésor Français dont la maturité est en permanence égale à 10 ans. Il se calcule sur la base des taux constatés la veille des différentes OAT ayant une maturité de 10 ans. Vous pouvez voir son évolution en cliquant ici .

Chaque obligation a un nom différent selon le pays. En France, il s'agit de l'OAT mais en Allemagne, c'est le Bund, aux Etats-Unis, c'est le TNote et en Italie c'est le BTP. L'évolution des taux de ces emprunts d'Etats va dépendre de deux choses :

- Le moral des investisseurs. Lorsque les marchés sont moroses, les investisseurs déprimés vont privilégier les placements refuges (par exemple, l'Eurobund allemand) et délaissés les placements jugés plus risqués (par exemple, une action ou une obligation d'un pays émergent)

- La qualité de la signature de l'Etat : Des pays comme l'Allemagne, les Etats-Unis et l'Angleterre, mais aussi la France, sont actuellement jugés comme des pays refuges. C'est ainsi que depuis la crise, les investisseurs privilégient des placements comme l'Eurobund, le T note ou l'OAT même s'ils ne rapportent pas grand-chose. Inversement, en cas de reprise économique, les investisseurs revendront leurs positions sur ces placements pour se tourner vers des actifs plus risqués, mais qui rapportent plus. Inversement, si le pays est jugé risqué par les investisseurs, ses taux vont alors grimper lorsque l'inquiétude règne sur le marché.

La qualité de la signature d'un Etat peut évoluer. C'est ainsi qu'avant la crise, des pays comme l'Espagne et l'Italie étaient jugées très sûres. La France, qui est actuellement jugée sûres avec des taux proches de 2%, n'a pas toujours eu les faveurs des marchés. Ce fut par exemple le cas en Novembre 2011, en pleine inquiétude sur le triple A français, lorsque les taux OAT étaient fortement remontés de 2.5%, jusqu'à 4% le 17 Novembre.

Les bourses de produits dérivés (CME, Eurex,…) ont développé ces dernières années des produits indexés sur les emprunts d'Etats, afin de proposer aux institutionnelles des solutions pour se couvrir, voir pour profiter de l'évolution des taux des emprunts d'Etat. L'Eurex a par exemple créé cette année un contrat future sur l'OAT. Il s'agit d'un contrat à terme dont le sous-jacent est une obligation fictive émise par le Trésor Français d'une durée de vie comprise entre 8.5 et 10.5 ans. La cotation de ce future va dépendre des taux français. Plus ils baissent, plus le contrat va monter et inversement.

C'est ainsi que lorsqu'on joue la hausse de l'OAT, on joue en fait la baisse des taux français et lorsqu'on joue la baisse de l'OAT, on joue en fait la hausse des taux. Cette hausse des taux peut avoir lieu dans deux conditions : Soit les marchés reprennent des couleurs, et les investisseurs vendent leurs placements refuges. Soit les marchés restent moroses, mais la France perd son statut de valeur refuge.

A lire également
La métaphore du jour

Suite aux bons chiffres US publiés entre 14H30 et 16H00, le CAC 40 a terminé la séance du jour en gain de 1.13 % à 5 929 points, mettant de côté le risque sanitaire pouvant être engendré par la propagation de l'épidémie de coronavirus. Pourtant, en Chine le nombre de cas de victimes du coronavirus déclarés aurait bondi de 60% en 24h, poussant le Président Xi-Jinping à déclarer : « le virus, c'est le diable ».

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com