L'ULTIMATUM DU G7

lundi 14 avril
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 11 ans - Le 14/04/2008 à 07h04

Le G7 a pris les choses en main tant pour le dollar que pour la crise des banques

Les marchés attendaient beaucoup du G7 de ce week end à Washington, est ce qu'ils ont de quoi être satisfaits?
On peut dire que ce n'était pas, comme c'est souvent le cas un G7 pour rien. Commençons d'abord par le dollar. Sans le désigner spécifiquement, le G7 a clairement fait comprendre dans son communiqué qu'il fallait stopper sa chute quitte à intervenir de façon concertée sur le marché des changes. C'est une bonne chose. Autre élément majeur: un ultimatum. Les banques ont 100 jours pas un de plus pour révéler l'ampleur de leurs pertes et de leurs risques à l'occasion de la publication de leurs résultats semestriels. Ce type d'avertissement brutal est une première, à la mesure de la gravité de la crise financière actuelle.

On va donc assister à des annonces brutales de pertes des banques dans les mois qui viennent.
C'est certain. Mais c'est plus sain. On va surtout assister de ce fait, et c'est le but poursuivi par le G7, à une énorme vague de recapitalisation des banques. Si elles affichent des pertes importantes, les banques devront toutes ou presque procéder à un renforcement de leurs fonds propres par augmentations de capital.

Les résultats de Citigroup et de Merrill Lynch vont donc être suivis avec beaucoup d'attention cette semaine.
Les investisseurs vont retenir leur souflle. Il faut rappeler que Merrill Lynch et Citigroup sont les deux banques qui ont affiché les pertes les plus gigantesques depuis la crise du subprime. Ce sont celles qui sont également souvent citées, à tort d'ailleurs, comme les candidates possibles à une semi faillite à la Bear Stearns. Et on s'attend à ce qu'elles chargent encore la barque cette semaine pour accélérer le nettoyage de leurs bilans. Le G7 demandent donc un nouveau passage d'une maxi benne à subprimes. Cela risque de secouer un peu au début mais c'est une démarche nécessaire pour sauver le systéme financier.
A lire également
Immobilier : Faut-il être propriétaire ou locataire ?

Payer un loyer plutôt que détenir sa résidence principale, c’est jeter l’argent par la fenêtre. Cette idée préconçue, on vous l’a sûrement martelée tout au long de votre vie. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui le paradigme immobilier qui prévalait à l'époque de nos parents a volé en éclats. En 2015, être propriétaire de sa résidence principale n’est plus la voie royale pour se constituer un patrimoine solide comme un roc. Ce n’est pas la meilleure solution non plus pour s’enrichir avec l’immobilier. On vous explique pourquoi :

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com