Ce message n’est pas lisible ? Consultez sa version en ligne.
Afin de vous assurer de recevoir nos communications ajoutez contact@news.monfinancier.com à votre carnet d'adresses.

 LA PREMIERE RÉACTION...

... de la Bourse à l'annonce de la dissolution avait été étonnante.
Certes, le CAC avait baissé mais la baisse avait été limitée.
Comme nous vous l'expliquions en début de semaine, les précédents Trump et Brexit avaient joué à plein, et le précédent Meloni tempérait les craintes sur les conséquences économiques d'une victoire du RN, on évoque même le terme de "mélonisation" du programme économique du RN.

 MAIS L'AMBIANCE A CHANGÉ

La chute du CAC s'accélère, entraînant dans son sillage les bourses européennes.
L'ambiance a changé car les scénarios d'une majorité absolue du RN avec des alliés et maintenant d'une victoire du Front Populaire ne sont plus exclus.
Et ces deux scénarios de même que celui d'une majorité introuvable à l'Assemblée ne sont pas des bonnes nouvelles.
Ni pour l'économie.
Ni pour les finances du pays.
Ni pour la bourse.

 LA QUESTION QUI SE POSE

Evidemment se pose la question de l'impact de la victoire du RN ou du Front Populaire sur l'économie française.
Et la réponse n'est pas totalement évidente car le RN a un programme économique qui n'était déjà pas clair et sur lequel il est en train de revenir (cf le changement par rapport à l'âge de la retraite) et le Front Populaire, coalition de programmes différents, voire opposés, n'a pas réellement de programme économique.

 MAIS DANS TOUS LES CAS

On peut déjà avoir des certitudes.
En cas de victoire du RN, le pays sera probablement bloqué par les syndicats et on aura probablement des violences dans les banlieues, un contexte extrêmement défavorable à l'économie. Le sujet du programme économique du RN ne sera plus qu'un sujet secondaire surtout qu'on peut imaginer qu'ils mettent à la tête de l'économie un transfuge LR pour rassurer l'Europe et les marchés.
En cas de victoire du Front Populaire, on aura sûrement un climat de défiance des entreprises et un climat de défiance des investisseurs. Et le programme économique, s'il y a programme économique, sera un désastre pour les dépenses publiques.

 INCERTITUDE

Nous sommes donc dans une incertitude totale. Totale.
Et les marchés détestent l'incertitude.
La bonne nouvelle, il faut bien essayer d'en trouver une, est que les taux français ne s'envolent pas (encore) pour deux raisons : nous sommes dans un contexte de désinflation et la crise politique française va plomber la croissance économique et donc peser sur l'inflation, nous sommes protégés en partie par l'euro et les marchés de taux sont le refuge du "flight to quality" des investisseurs qui fuient les actions.

 QUE FAIRE ?

Comme vous le savez, nous avions déjà réduit notre poche actions à un % qui est dans le bas de la fourchette de notre gestion pilotée.
Par prudence.
Pas par panique, car la panique est toujours mauvaise conseillère.
Nous envisageons de réduire encore la part des actions françaises.
Et nous sommes proches du haut de la fourchette sur les placements taux pour bénéficier de taux relativement élevés alors que l'inflation baisse.
Cet équilibre convient à l'environnement actuel.
Nous aviserons et vous tiendrons au courant en fonction de l'évolution de la situation.

 WEBINAIRE

Les conséquences des élections législatives sur l'économie, la finance et les placements.
Ce sera le thème de notre webinaire le vendredi 21 juin à 13h30 que j'animerai en compagnie de Patrick Thiberge, Directeur Général de Meilleurtaux Placement. 
Nous vous donnerons nos anticipations sur les conséquences des élections législatives pour vos placements (chute des actions ? Hausse des taux ? Quid de l'immobilier ? etc.) et nous vous donnerons nos conseils pour adapter vos placements à ce nouvel environnement.
Je m'inscris au webinaire spécial élections du vendredi 21 juin

 LES VALEURS BANCAIRES

Elles sont particulièrement attaquées cette semaine.
Comme le note Les Echos, 10 milliards de capitalisation se sont évaporés avec des baisses par exemple de la BNP de 9,60% depuis le début de la semaine et de 11,72% pour la Société Générale.
Pourquoi ?
Incertitude économique comme on l'évoquait ci-dessus.
Ralentissement de l'investissement public et privé mais aussi de la consommation à prévoir.
Et le risque sur la dette des entreprises.
Bref, ce n'est pas la joie.

 ABSURDE

Quel que soit le talent incontesté du visionnaire Elon Musk, son package de rémunération qui vient d'être approuvé pour Tesla est absurde.
56 milliards de $ en cas de performance très positive de Tesla.
Et le déplacement du siège au Texas a également été approuvé. Tesla quitte le Delaware.

 C'EST VOTRE ARGENT SPÉCIAL ÉLECTIONS

Trois questions :
Quel impact pour l'économie ?
Quel impact pour la Bourse et les taux ?
Quelle stratégie de placement ?
Avec nos Jedi de l'économie et de la finance: Ana Boata, Directrice de recherche économique d’Allianz Trade
Léa Dunand-Chatellet, Responsable de l'investissement responsable chez DNCA Finance, Andrzej Kawalec, Directeur Général de Moneta et l'incontournable Emmanuel Lechypre.
À ne pas manquer.
Sur BFM Business, ce soir à 20h et en replay samedi à 9h, et dimanche à 11h et 21h.
Et en podcasts sur toutes les grandes plateformes.

 DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Sélina Seremet, Analyste Bourse Meilleurtaux Placement
"Hier, l'indice parisien a subi une forte baisse de près de 2%, toujours influencé en partie par l'incertitude politique suite à la dissolution de l’Assemblée. Cela a conduit à un écart record depuis 2017 entre les taux obligataires français et allemands à 10 ans. Au sein du CAC 40, à l'exception d'Hermès, toutes les entreprises ont enregistré une baisse, avec plus de deux tiers ayant chuté d’au moins 1,5%. L'indice a également été affecté dans l'après-midi par les nouvelles projections de la Réserve fédérale, qui anticipe désormais une seule baisse des taux d'intérêt pour cette année. Du côté des valeurs, Tesla a progressé de près de 3% après que les actionnaires aient approuvé le plan de rémunération de 56 milliards de dollars du directeur général Elon Musk.
Aujourd'hui, le marché parisien ouvre sur une note prudente, en baisse de 0,31% à 7 684 points, les investisseurs digérant encore les impacts de l'instabilité politique et des récentes annonces économiques.
En Asie, la Bourse de Tokyo gagne 0,24% à 38 814 points.
Le Brent s'échange à 82,3$ (+0,05% vs hier matin).
L'once d'or se négocie à 2 313,1$ (-0,04%).
L'euro/dollar évolue à 1,072$ (-0,83%)."

 ON S'EN FOUT ?

Le G7 réuni en Italie a accordé un prêt de 50 milliards à l'Ukraine garanti par les avoirs russes gelés; 85% des Bleus vont voter par procuration; Donald Trump a 78 ans aujourd'hui; 35 000 candidats vont passer le bac Français mais on connaît déjà les notes: 20/20 pour tout le monde; La guerre entre Israël et le Liban/Hezbollah paraît imminente; François Hollande hier soir, no comment; Ciotti s'est barricadé; Le titre du jour dans le Parisien : "L'IA meilleure que le médecin ?"; L'autre titre du jour "À Blois, les salariés de Poulain sont chocolat"; Jean-Louis Aubert va sortir un nouvel album solo; Je vais finir la série "Eric" sur Netflix mais je n'accroche pas vraiment; Joe Biden ne graciera pas son fils; Je vous souhaite, quand même, un excellent week-end ; Suivez-moi sur X et linkedin en cliquant sur les liens.