Optimisme et pessimisme

mercredi 16 octobre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 4 mois - Le 16/10/2019 à 07h01

Quel contraste. Entre les marchés et la macroéconomie. 5700 points sur le CAC. Le plus haut niveau de l'année. Du jamais vu depuis décembre 2007. Même ambiance aux États-Unis et dans le reste de l'Europe. Au même moment, le FMI révisait une nouvelle fois la croissance mondiale à la baisse. A 3% pour 2020.

OPTIMISME

L'optimisme règne sur les marchés.
Du fait des perspectives d'accord commercial, de façade certes, entre la Chine et les États-Unis.
Du fait des perspectives d'accord sur le Brexit avant la deadline du 31 octobre.
Et du fait bien sûr du refrain "il n'y a pas d'alternative" aux actions dans un monde à taux négatifs.

PESSIMISME

Heureusement qu'il y a les consommateurs américains.
Si on voulait caricaturer, et vous savez que ce n'est pas mon habitude, on pourrait dire que tout ralentit à part la consommation américaine boostée par les mesures fiscales et le plein-emploi.
Le FMI a révisé encore à la baisse ses prévisions de croissance.
Ce sera 3% seulement.
Du fait de la guerre commerciale, du fait des tensions géopolitiques (NDLR: et, plus structurellement, du fait de la démographie, de la technologie et des changements sociétaux, vous connaissez l'histoire).

ZONE PAR ZONE

C'est un peu tristounet.
1.2% seulement pour la zone euro, la France fera pareil, la Grande-Bretagne aussi.
0.5% seulement pour l'Allemagne.
6.1% seulement pour la Chine (le chiffre réel doit être plus proche des 2.5 ou 3%).
Pareil pour l'Inde, ex-champion de la croissance.
Heureusement qu'il y a les États-Unis et leurs 2.4%.

LA SAISON DES RÉSULTATS

C'est la saison des résultats trimestriels des entreprises américaines.
Et les marchés continuent à voir le verre à moitié plein.
Hier, c'est le match JP Morgan - Goldman Sachs qui a passionné les investisseurs.
JP Morgan qui rit avec une hausse de 8% du produit net bancaire et des bénéfices, très au-dessus des attentes des analystes.
Goldman Sachs qui pleure, un peu, avec une baisse de 8% du PNB et de 27% du bénéfice, en cause, entre autres, le report de l'introduction en Bourse de WeWork.
Si vous avez le temps, jetez un coup d’œil au parcours phénoménal de JP Morgan depuis la crise de 2008.
Cette banque est très impressionnante.
Pas étonnant qu'elle capitalise plus de 380 milliards de $ quand les banques européennes ne valent plus grand chose.

ON ATTEND

la parole de notre oracle, de notre Président, sur la laïcité après la nouvelle "affaire" du voile et le "buzz" du RN Julien Odoul.
Les médias s'étendent ce matin sur la division du gouvernement sur le sujet.
Mais le Patron va trancher.
Dans le vif.

LE PRÉSIDENT DES CLASSES MOYENNES

Pas mal ce titre du Figaro Eco.
Macron ne veut plus être le Président des riches.
Il veut être le Président des classes moyennes.
Et selon l'Institut des politiques publiques, ça commence à marcher, notamment en matière de politique sociale.
Depuis le virage des "gilets jaunes".
Les revenus situés entre 1360€ et 2560€ (par mois, pour un célibataire) progresseront de 3% entre 2017 et 2020 alors que ce sera 1% seulement pour les 20% les plus aisés.
Au début du quinquennat on était sur une hausse de 6% pour les 1% les plus riches.

TOUT ÇA GRACE

à la distribution post gilets jaunes
à la hausse de la prime d'activité
à la baisse de l'impôt sur le revenu pour les premières tranches
à la défiscalisation des heures supplémentaires
à la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages
etc etc.

18 MILLIARDS DE DOLLARS

C'est le montant d'une transaction entre certains états américains et trois distributeurs d'opioïdes, McKesson, AmerisourceBergen, Cardinal Health pour l'arrêt des poursuites.
Il y a plus de 2000 procédures en cours contre des groupes pharmaceutiques menées par des états et des collectivités locales.
Ce sujet est tout simplement hallucinant.
Plus de 400 000 personnes sont mortes aux États-Unis en 20 ans du fait de la consommation de ces produits.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Sur fond d'espoir d'un accord sur le Brexit dans les jours à venir, le CAC 40 a terminé la séance d’hier en hausse de 1.04 % à 5 702 points. Les statistiques du moral allemand ont aussi été accueillies avec enthousiasme par les investisseurs.
Après la publication de résultats d'entreprises globalement solides, le Dow Jones et le Nasdaq ont clôturé en hausse de respectivement 0.89 % et 1.24 %.
Ce matin, à Tokyo, le Nikkei a fini en hausse de 1.20 %, profitant de la dépréciation du yen, qui a favorisé les valeurs tournées vers l'export.
Ce matin, le CAC 40 est attendu à l’équilibre après avoir atteint ses plus hauts depuis décembre 2007 durant la séance d’hier.
Le Brent se négocie à 58.99 $ le baril exactement comme hier matin. L'once d'Or est à 1479.60 $ contre 1490.00 $ précédemment et la parité euro/dollar est à 1.1047 contre 1.1043 hier dans la matinée.

ON S'EN FOUT?

Quand on lit la liste des noms de ceux qui réfléchissent à la présidentielle de 2022, on a envie de pleurer; En tête des sondages, Elizabeth Warren a été la cible de toutes les attaques lors du nouveau débat télévisé des primaires démocrates; Pas de solidarité féminine: Ocasio Cortez et Ilhan Omar soutiennent la candidature de Bernie Sanders; L'avocat de Guy Georges est accusé de viol; Selon l'étude menée dans un laboratoire de l’École des Ponts Paris Tech, l'urine peut servir d'engrais pour le blé; On s'acheminerait vers une conciliation entre Laeticia et David et Laura, on commence à respirer; Sur France 5 ce soir "L'art du bordel" ou Paris capitale des bordels il y a plus d'un siècle.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com