Placements : 'Epargner plus pour gagner moins'

lundi 08 janvier
Auteur: Gauthier Maes
Il y a 2 ans - Le 08/01/2018 à 17h01

Le montant épargné par les ménages a baissé de 40% par rapport à son niveau d'avant crise, en Europe comme en France, selon le dernier rapport du groupe Allianz « Rendements des actifs privés dans certains pays de la zone euro ». Cette étude se penche comportement d’épargne des ménages dans neuf pays européens depuis 2003. Et avec des rendements moyens sur leurs actifs de 4,6%, les ménages français sont dans la moyenne européenne.

Des plus-values en hausse et une épargne en baisse

Au cours des cinq dernières années, tandis que les plus-values ont augmenté de près de 50 % par rapport à leur niveau d’avant-crise, l’épargne par tête a reculé, elle, de plus de 40 % pour atteindre 1060 euros par an. À l’exception de l’Allemagne, où l’épargne des ménages a progressé d’un tiers, cette tendance est commune à tous les pays étudiés. Les baisses les plus significatives des montants épargnés concernent les ménages italiens, espagnols et portugais.

En France, l’épargne des ménages (1190 euros par tête et par an) a diminué d’environ 40%, en comparaison avec son niveau d’avant-crise. Les plus-values moyennes ont en revanche légèrement augmenté à 1550 euros par tête. " La crise a bouleversé les comportements d’épargne en Europe, explique Ludovic Subran, chef économiste adjoint du groupe Allianz. Dans l’ensemble, les ménages mettent beaucoup moins d’argent de côté. Dans le même temps, ils bénéficient de la hausse des prix des actifs en droite ligne avec les faibles taux d’intérêt. En d’autres termes, la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) compense en partie les efforts d’épargne des ménages. "

Des stratégies d’épargne différentes

Afin d’atteindre leurs objectifs d’épargne, les ménages peuvent utiliser les revenus de leurs investissements ou leurs revenus du travail. Les revenus de l'investissement sont restés globalement stables sur la période dans tous les pays : l’augmentation de deux tiers du patrimoine financier entre 2003 et 2016 a compensé la baisse constante des rendements.

A lire également :

Épargne: Pas de risque, pas de rendement

Le recours important aux revenus du travail dans le cadre de l’épargne peut permettre de compenser la faiblesse des rendements des actifs. Pendant les années caractérisées par une politique monétaire accommodante, les rendements des actifs ont atteint les plus bas niveaux en Allemagne et en Autriche, à 3,4 % et 2,6 % respectivement. Seul le Portugal a affiché des rendements aussi bas (3,2 %), en raison des performances négatives de son marché boursier.

Selon l'étude, la meilleure stratégie est "de faire une croix sur les livrets d’épargne peu rémunérateurs et de se tourner vers des investissements plus risqués pour obtenir de meilleurs rendements et faire durablement fructifier ses actifs."

C’est ce qu’ont compris les ménages finlandais. Ils ont engrangé les rendements les plus élevés (7,9 % au cours des cinq dernières années) parmi tous les pays en investissant le plus dans les actions. En 2016, plus d’un tiers de leur portefeuille était composé d’actions, tandis qu’en Autriche et en Allemagne, les actions ne représentent respectivement que 4,7 % et 6,8 % des actifs financiers. Avec des rendements s’élevant à 4,6 %, les ménages français se classent dans le milieu de tableau des pays étudiés. Les actions représentent 14 % de leur portefeuille, soit plus de deux fois plus qu’en Autriche et en Allemagne.

Les épargnants allemands, portugais et autrichiens se situent quant à eux en bas de tableau, avec des rendements réels moyens s’élevant à 2,4 %, 2,3 % et 1 % respectivement. Même les ménages espagnols durement touchés par la crise ont obtenu des rendements nettement supérieurs (4,9 %) malgré des efforts d’épargne moindres. « Les Allemands épargnent beaucoup, sans grand succès, ajoute Kathrin Brandmeir. C’est la hausse du prix des actifs qui influe réellement sur les rendements. »

Ce qu’il faut retenir : les actifs financiers peuvent fructifier même lorsque les taux d’intérêt sont bas. Deux solutions s’offrent aux épargnants : engranger des rendements élevés en investissant principalement dans les marchés de capitaux (stratégie finno-néerlandaise) ou limiter leur consommation et injecter une plus grande part de leurs revenus professionnels dans l’épargne (stratégie germano-autrichienne).

Nos conseillers répondent à vos questions en agence, par téléphone ou par email, à votre convenance. Nos experts en gestion de patrimoine vous accompagnent en toute indépendance et en toute transparence.

>> Je prends un rendez-vous avec un conseiller

A lire également
Assurance-vie : Comment récupérer une partie de vos fonds ?

L’assurance-vie a beau avoir le vent en poupe, elle souffre d’une idée reçue bien forte : les sommes placées sur un contrat d'assurance-vie sont bloquées. Ce qui est totalement faux. Si vous avez un besoin ponctuel d’argent pour financer un projet, vous pouvez à tout moment piocher dans votre assurance-vie sans attendre l'échéance fiscale de 8 ans. Il existe alors 2 possibilités pour récupérer des liquidités sur son contrat : le rachat partiel ou une solution plus simple, rapide et pourtant méconnue : l’avance.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com