Pour faire des affaires, pensez marché japonais

vendredi 12 octobre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 an - Le 12/10/2018 à 10h10

Croissance faible, déficits publics abyssaux, depuis plus de 20 ans, le Japon s'est longtemps débattu avec ses démons…Le pays a été contraint de mettre les bouchées doubles pour enrayer cette spirale avec un programme qui se décline sous la forme imagée de trois flèches à décocher successivement. Une politique économique qui a porté ses fruits.Malgré un Nikkei qui a inscrit récemment des plus hauts de 27 ans, les valorisations du marché nippon sont encore considérées parmi les moins chères des pays développés. On en parle dans notre mag' du mois d'octobre.

Un investissement dans une action ou un fonds japonais est destiné aux investisseurs risquophiles, et pour une faible partie de leur portefeuille. L’investisseur qui souhaite avoir le pays du soleil levant dans son portefeuille ne sera pas à court d’idées entre les actions en direct et les fonds plus ou moins investis sur le Japon.

Il est possible d'investir en direct dans les plus grandes valeurs de la troisième économie mondiale à l'aide de votre compte-titres. Hormis, Saxo, très peu de courtiers proposent cette solution. Et quand bien même, les frais de courtage sont élevés. En outre, l’investisseur qui souhaite placer ses billes en direct dans les actions japonaises sera exposé au risque de change.Le stock picking action n'étant pas évident pour un particulier, il est également possible d'investir sur le marché du pays du soleil levant à l'aide de fonds communs de placements. Pour un investisseur qui ne se sent pas à l’aise avec les valeurs japonaises, il peut s’attacher les services d’un gérant professionnel et profiter de son expertise sur ce marché.

Parmi les fonds qui existent sur le marché, on peut citer le fonds Comgest Japan de la société de gestion Comgest (ISIN : FR0000281495) dont le but est de rechercher la valorisation du capital dans une optique à moyen/long terme, en investissant dans des valeurs mobilières japonaises de croissance au travers d'une sélection discrétionnaire de sociétés de larges, moyennes ou petites capitalisations boursières en fonction de caractères propres aux entreprises. Les principales lignes du fonds sont Fast Retailing, le spécialiste du prêt à porter qui propriétaire des marques Comptoir des Cotonniers, Princesse tam.tam ou Uniqlo (3,76%), Nidec, le fabricant de moteurs électriques (3,69%), Sysmex Corp, spécialisé dans les soins de santé (3.51%) et Start Today (3,47%).

On peut également revenir sur le fonds M&G Japan Fund A-EUR de la société de gestion M&G (ISIN : GB0030938582). Ce fonds a pour objectif la croissance du capital à long terme en investissant dans un large éventail de titres d’émetteurs japonais, couvrant la plupart des aspects économiques. Il fait ainsi la part belle à de grands noms de l’économie japonaise à l’image des bancaires Mitsubishi UFJ Financial Group Inc (5,90%), Sumitomo Mitsui Financial Group Inc (4,45%). Des sociétés connues du grand public français sont également présentes dans cet OPCVM comme Honda Motors (5,22%), Hitachi (4,27%) et NEC (4,18%) deux fabricants de produits électroniques.

Mais investir dans un seul pays peut présenter des risques (risque politique, économique, risque sur la devise...). De nombreux investisseurs préfèrent alors, plutôt que d'investir sur un seul pays, investir sur une zone géographique.

Il existe ainsi de nombreux OPCVM qui investissent sur plusieurs pays d’Asie Pacifique. Il s’agit par exemple de Fidelity Funds Pacific Fund A-Acc-EUR (ISIN LU0049112450) de la société de gestion Fidelity. Le fonds est investi principalement dans un portefeuille géré activement d’actions mises dans la région Pacifique, essentiellement au Japon, dans le Sud-Est asiatique et les Etats-Unis d’Amérique. On retrouve par exemple la bancaire Softbank (3,03%).





Tous les OPCVM cités ci-dessus sont éligibles à au moins un de nos contrats d'assurance vie. Attention, cet article ne constitue en aucune manière une incitation à acheter et ne peut être considéré comme des recommandations personnalisées.

Nous restons bien évidemment à votre entière disposition afin de répondre à vos éventuelles questions, vous apporter une explication détaillée, valider la pertinence de cette solution au regard de vos objectifs et bien-sûr étudier d'autres alternatives en adéquation avec votre sensibilité demande de rappel
A lire également
Immobilier : Faut-il être propriétaire ou locataire ?

Payer un loyer plutôt que détenir sa résidence principale, c’est jeter l’argent par la fenêtre. Cette idée préconçue, on vous l’a sûrement martelée tout au long de votre vie. Mais ça c’était avant. Aujourd’hui le paradigme immobilier qui prévalait à l'époque de nos parents a volé en éclats. En 2015, être propriétaire de sa résidence principale n’est plus la voie royale pour se constituer un patrimoine solide comme un roc. Ce n’est pas la meilleure solution non plus pour s’enrichir avec l’immobilier. On vous explique pourquoi :

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com