POUR UN GRAM EMPRUNT D'ETAT

mercredi 21 janvier
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 10 ans - Le 21/01/2009 à 07h01

L'idée a été évoquée hier: le lancement d'un grand emprunt Européen par plusieurs Etats. A creuser.

On reparle de lancements de grands emprunts d'Etat et notamment d'euro obligations lancés par plusieurs Etats en commun
Nous sommes confrontés actuellement en Europe à une difficulté et à une opportunité. La difficulté c'est que les investisseurs craignent de plus en plus qu'un pays, notamment d'Europe du Sud, soit un jour incapable de lever de l'argent pour rembourser sa dette. Et ce jour là, ce n'est pas la pays en question mais toute l'Union Européenne qui sera touché. L'opportunité c'est que les investisseurs ont tellement peur du risque qu'ils préfèrent investir dans des obligations d'Etat même à des taux proches de zéro. Il faut donc procéder au plus vite à l'émission d'Obligations d'Etat notamment auprés des particuliers avec des avantages fiscaux.

Je suis favorable à un grand emprunt Français par exemple.
Pour commencer. Avec la baisse des taux du livret A à 2.5%, les Français investiraient massivement dans un grand Emprunt de relance à 10 ans à 4% nets d'impots. L'état y trouverait son compte avec une source de financement stable et peu coûteux. Et cet argent pourra directement être réinjecté dans le circuit économique

Cela ne résoud pas le problème des pays Européens en difficulté
EN partie si. Car chaque pays pourrait lancer un grand Emprunt National, y compris les pays en difficultés, car il y a encore, malgré les difficultés et du fait même des difficultés, énormément de liquidités dans les ménages grecs, portugais ou espagnols. Et on pourrait même imaginer qu'une partie de ces emprunts nationaux viennent alimenter une caisse Européenne de solidarité en cas de difficulté d'un état. Une chose est sure. Le contexte n'a jamais été aussi favorable à des grands emprunts commercialisés avec des grandes campagnes de publicité. Comme en temps de guerre.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com