Quelle est la meilleure enveloppe pour investir en OPCVM ?

vendredi 01 septembre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 2 ans - Le 01/09/2017 à 17h09

En quelques années, les OPCVM, ou fonds d'investissement, sont devenus des éléments incontournables du patrimoine financier des épargnants français. Ils permettent d'investir en titres financiers diversifiés (actions, obligations,...), en confiant la gestion à une société qualifiée. Mais s'ils sont si populaires, c'est aussi parce qu'on les retrouve à l'intérieur de la plupart des enveloppes chères aux épargnants (assurance-vie, PEA, PEE etc.). Alors quelle enveloppe privilégier quand on veut investir en OPCVM ?

Au fond qu'est-ce qu'un OPCVM ?

Les OPCVM, plus généralement appelés fonds d'investissement, sont des organismes de placement collectif de valeurs mobilières. Concrètement, il s'agit d'une entité qui va investir sur des produits de placement (actions, obligations, taux…), le capital qu'elle a obtenu en émettant des titres auprès des épargnants. Le fonds appartient ainsi aux épargnants, appelés « les porteurs de parts », qui pourront jouir des rendements et des performances* qui seront offerts par l'actif du fonds.

Les OPCVM sont gérés par des sociétés de gestion, indépendantes (Carmignac Gestion, La Compagnie Financière Edmond de Rothschild, etc...), ou filiales de grands groupes (Natixis Asset Management, AXA Investment Managers,…).

La plupart des sociétés de gestion gèrent plusieurs fonds d'investissement correspondant chacun à un type de placement. On retrouve donc, dans la plupart des sociétés de gestion, plusieurs OPCVM qui vont être uniquement investis en actions, classifiés selon leur univers d'investissement (France, Europe, Asie, Monde…), mais aussi des fonds investis en obligations ou en produits de taux. Il y a également des fonds qui investissent indifféremment sur différents actifs en fonction des opportunités. On les appelle les « fonds patrimoniaux » et leur objectif est de capturer une partie du potentiel de hausse des marchés en limitant les risques.

>> Découvrez notre sélection de fonds actions

Les enveloppes bancaires : Compte-titres et PEA

Les OPCVM permettent aux épargnants d'investir indirectement sur les marchés financiers (actions, obligations,...). Comme pour un investissement en direct sur ces titres, l'épargnant peut investir sur des fonds à sa banque ou chez un courtier en ligne, en ouvrant un compte-titres ou un PEA.

Avec un compte-titres, l'épargnant aura un choix quasiment illimité: fonds d'actions internationales (Europe, Etats-Unis, Asie,...), d'obligations, fonds monétaires ou encore fonds diversifiés : Tous les OPCVM du marché sont éligibles au compte-titres.

La fiscalité est la même que sur les autres titres financiers (exemple actions). Elle est lourde : les revenus et les plus-values sont intégrés au barème de l'impôt sur le revenu (en plus des 15,5 % de prélèvements sociaux).

L'intérêt du PEA (plan d'épargne en actions) réside principalement dans sa fiscalité : Les gains (revenus et plus-values) sont exonérés d'impôt sur le revenu au bout de 5 ans. Mais cette enveloppe est bien plus contraignante : Pour bénéficier de l'exonération, aucun retrait ne doit être fait du PEA les 5 premières années. Les versements dans un PEA sont limités à 150.000 euros. Par ailleurs, beaucoup de fonds ne sont pas éligibles à cette enveloppe : seuls les fonds investis à hauteur d'au moins 75 % en actions de sociétés ayant leur siège en Union européenne (+ Norvège, Islande et Liechtenstein) peuvent être mis dans un PEA.

Les nombreux frais des PEA/Comptes-titres

Un épargnant qui souhaite investir en OPCVM dans un compte-titres ou un PEA sera généralement confronté à des frais particulièrement élevés : La banque prendra des frais de courtage sur les achats et vente de fonds, en plus des frais d'entrée qui peuvent aller jusqu'à 5 % pour les fonds les plus spécialisés (même si la banque a pu négocier des frais avec des fonds « partenaires » ). Et alors que les sociétés de gestion prennent des frais de gestion (généralement compris entre 1 et 2 % de la valeur liquidative du fonds), de nombreuses banques facturent en plus des droits de garde pour la gestion administrative des comptes.

Plutôt que le PEA bancaire, privilégiez le PEA assurance pour investir en OPCVM. Le PEA assurance est soumis aux mêmes règles de détention et de durée qu’un PEA en banque : Exonération des plus-values sous réserve de respect d’une durée de conservation du PEA (sans aucun retrait de 5 ans). Mais le PEA assurance offre plusieurs avantages, dont la possibilité de demander une avance plutôt qu'un rachat (et éviter la fiscalité avant 5 ans), ainsi qu'une exonération ISF pour les intérêts accumulés du plan.

Aussi, chez MonFinancier, le PEA assurance est disponible sans aucun frais d'entrée ni frais de dossier, aucun frais d'arbitrage et autre frais de courtage, aucun frais de gestion (hors frais des OPCVM) ni droit de garde.

>> Je demande une documentation gratuite sur MonFinancier PEA

A lire également :

Chez votre employeur : Le PEE ou le PERCO

Votre entreprise peut avoir mis en place des systèmes d'épargne collective qui permettent à ses salariés d'épargner (et d'investir en OPCVM) avec des conditions avantageuses. Le PEE (plan d'épargne entreprise) est un système d'épargne collective et facultative. Il permet au salarié d'épargner pour le long terme avec l'aide de l'entreprise à des conditions avantageuses. Le PERCO (Plan d'Epargne Retraite Collectif) est un autre plan proposant plus ou moins les mêmes avantages.

Le salarié peut verser librement dans son PEE (plan d'épargne entreprise) ou dans son PERCO (Plan d'Epargne Retraite Collectif) jusqu'à 25 % de sa rémunération brute. Mais l'intérêt réside surtout dans les autres versements : les salariés peuvent en effet y verser la participation ou l'intéressement, c'est-à-dire des primes versées annuellement en fonction des résultats commerciaux de l'entreprise. Et dans ce cas ces revenus bénéficient d’une exonération d’impôt sur le revenu (sous certaines limites). Par ailleurs, l'employeur peut abonder les versements du salarié, c'est à dire verser lui aussi sur le PEE pour encourager l'effort d'épargne (dans la limite de 300 % du versement, plus 8 % du PASS pour le PEE, et 16 % du PASS pour le PERCO). L’abondement versé par l'entreprise est exonéré de charges sociales (hors CSG-CRDS et hors forfait social) et d’impôt sur le revenu. Enfin les plus-values et les revenus générés par l'épargne placée sur un plan d’épargne salariale sont exonérés d’impôt (hors prélèvements sociaux).

Le blocage des fonds sur les PEE et PERCO

Principale contrainte : les sommes sont bloquées. Pour un PERCO, les fonds sont bloqués jusqu’à la retraite et disponibles à cette date, au choix du titulaire, soit sous forme de rente viagère, soit en capital. Il existe néanmoins des cas de déblocage anticipé : Décès du conjoint, invalidité, surendettement, acquisition de la résidence principale, expiration des droits au chômage. Le PEE n'est lui bloqué que 5 ans. Et les cas de déblocage anticipé sont plus nombreux, avec par exemple le mariage, le divorce, la naissance d'un 3ème enfant ou la rupture du contrat de travail.

Enfin la qualité d'un PEE et d'un PERCO dépend surtout des supports proposés dans l'enveloppe. Et généralement les solutions sont bien maigres : Quelques FCPE (fonds communs de placement d'entreprise) sont disponibles. Il s'agit tout simplement d'OPCVM, destinés à l'épargne salariale. Ces actifs peuvent être «dédiés», c'est-à-dire conçus spécialement pour une seule entreprise. Ils peuvent également être «multi-entreprises». Ils sont alors ouverts aux salariés de plusieurs entreprises. Les fonds proposés dans le cadre de ces plans peuvent appartenir à différentes catégories, définies selon la composition des actifs qu'ils ont en portefeuille (actions, obligations, titres monétaires) ou le profil de risque (fonds prudents, équilibrés ou dynamiques).

Au final l'intérêt de ses solutions réside surtout dans le versement de la participation, de l'intéressement et dans l'abondement de l'employeur. Et a condition que les fonds proposés dans le plan soit de qualité...

Chez un assureur : L'assurance vie et le contrat de capitalisation

Un contrat d'assurance-vie multisupport est, comme son nom l'indique, un contrat permettant d'investir sur plusieurs supports, dont le fonds en euros garanti, mais aussi des OPCVM.

On trouve des contrats d'assurance vie qui proposent plusieurs centaines de supports. Outre le fonds en euros, on peut loger dans son contrat des fonds d'actions, des fonds d'obligations ou encore des fonds « mixtes » (investis en actions et en obligations).

Dans des contrats « à architecture ouverte », vous trouverez des fonds de différentes maisons de gestion indépendantes (Carmignac, Rothschild, Fidelity,...), sur différentes zones géographiques (France, Europe, États-Unis, Émergents,...) et différents styles de gestion (Secteur, Value, Flexible,...). Quantité et qualité donc...

On retrouve par exemple sur le contrat MonFinancier Vie, de l'assureur Generali, 304 OPCVM dont 56 notés par 5 étoiles Morningstar® au 19-06-2017. Il s'agit d'un des meilleurs ratios du marché s’agissant du nombre de fonds notés 5 étoiles Morningstar / nombre total de fonds éligibles au contrat.

>> Je demande une documentation gratuite sur MonFinancier Vie

En plus d'une gamme d'OPCVM large et diversifiée, l'assurance-vie, chez MonFinancier, permet d'investir en fonds d'investissement en minimisant les frais : Aucun frais de versement. Aucun frais d'arbitrage. Seulement 0,60 % de frais de gestion.

Au delà de l'offre financière, l'assurance-vie est également connue pour sa fiscalité très douce. Seuls les retraits sont imposés, et uniquement pour la part de gain incluse dans ce retrait. Et dès lors que le contrat a plus de 8 ans, les gains des rachats sont imposés au taux de 7,5 % (ou à l'IR si c'est plus intéressant) après un abattement de 4600 euros pour une personne seule et 9200 euros pour un couple (ils subissent par contre les prélèvements sociaux de 15,5%). Enfin, l'assurance-vie est un formidable outil de transmission : au décès de l'assuré, les sommes sont transférées au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) qui bénéficient d'un abattement sur les droits de succession de 152.500 euros (par bénéficiaire).

>> Je reçois une information détaillée sur l'assurance-vie by MonFinancier

Le contrat de capitalisation fonctionne comme une assurance vie : Les sommes qui y sont versées peuvent être investies sur un fonds en euros ou en OPCVM. La fiscalité sur les gains est la même que l'assurance-vie.

Par contre, le contrat de capitalisation n'offre pas d'abattement sur les successions. Cela ne signifie pas qu'il est sans avantage fiscal : la valeur à déclarer pour les successions, mais aussi à l'ISF, correspond à la valeur nominale du contrat, c'est à dire sans compter les intérêts et plus-values.

L'offre financière sur un contrat de capitalisation peut-être la même que pour une assurance-vie. Ainsi le contrat MonFinancier Retraite Capitalisation propose plus de 680 supports sélectionnés par MonFinancier. Et ce toujours sans frais d'entrée ni frais d'arbitrage.

>> Je demande une documentation gratuite sur MonFinancier Retraite Capitalisation


Communication non contractuelle à caractère publicitaire
* Les investissements en unités de compte présentent un risque de perte en capital, doivent s’envisager dans une optique long terme et porter sur une petite partie d’un patrimoine global.Contrairement au fonds en euros, la valeur de ces unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com