QUELLE SEANCE!

jeudi 04 août
Auteur: Rédaction Monfinancier
Il y a 8 ans - Le 04/08/2011 à 18h08

Rien n’a pu endiguer le torrent vendeur à la Bourse de Paris qui recule pour la 9ème séance consécutive. C’est un triste record pour le CAC qui n’avait pas enchainé 9 séances de baisse d’affilée depuis septembre 2002 et la fin de l'éclatement de la bulle internet

Paris abandonne encore 3.9% pour revenir à 3320 points, soit une baisse de 135 points qui s’est faite avec beaucoup de volumes, plus de 6 milliards. Ailleurs, l’ampleur de la baisse est du même acabit. Francfort recule -3.4%, Londres -3.43%, Milan -3.2%, Madrid -3.6%, Helsinki plonge de plus de 5%.

Les indicateurs ressortis mieux que prévu, sont passé complètement inaperçus. Depuis maintenant 9 séances, on assiste à des dégagements violents et massifs ainsi que des shorts de la part de hedge funds qui en profitent pour racheter le marché au plus bas. De plus, beaucoup de stops sont automatiquement exécutés ce qui alimente la baisse.
Tout porte à croire que les investisseurs sont passés d’un excès d’optimisme à un excès de pessimisme. On a vraiment l’impression que le marché a besoin de consolider pour finir sa purge, éventuellement tester ses plus bas de 2010, à 3287points le 25 mai 2010, avant de se stabiliser.
D’autre part, Wall street subit un violent décrochage et enfonce tous ses supports, avec un dow Jones qui plonge de plus de 300 points, -2.55% à 11 593 points. Idem pour le Nasdaq -3.51%. On casse également des niveaux importants sur le S&P qui plie de -3.34% qui est d’ailleurs en passe de signer sa plus forte baisse depuis 1 an, et c'est suffisant pour faire baisser les places financières mondiales.
D’un point de vue macroéconomique, les marchés sont en train de digérer le fait que la reprise économique outre atlantique s’essouffle au moment même où le QE2 de la Fed censée relancer la croissance prend fin. Fondamentalement, les zones d’incertitudes sur l’économie planent toujours, la crise des dettes souveraines en Europe est montée d’un cran après l’intervention de Barroso qui dit qu’elle ne se limite plus aux pays périphériques, suivie de l’intervention de la BCE qui va racheter des obligations, pour limiter les turbulences sur le marché obligataire, ce qui s’apparente à un aveu de la gravité de la crise.
S’y ajoute des plongeons spectaculaires de la part de sociétés qui publient des résultats décevants. Chaque jour, une valeur se fait massacrée, hier c’était la soc gen, aujourd’hui c’est Veolia qui plombe le CAC en s’effondrant de 18.88%, à 11.60 euros.

Le secteur parapétrolier pénalisé par la chute du baril se fait massacrer. Bourbon -9.44%, CGG Veritas -8.96%, Technip -8.26%. Le WTI perd d’ailleurs 2.05%, à 90$, tandis que le Brent recule de 2.11%, à 110.87$

Sur le SBF 120, seulement deux valeurs parviennent à s’extirper du marasme. Areva +1.41% et Bic +0.44%

Sur le marché des changes, la baisse du yen après l’intervention du gouvernement japonais commence à se dissiper. Le dollar gagne 2.3%, à 78.90. L’euro s’adjuge 0.92%, à 111.74. L’euro perd 1.33%, à 1.4156.
L’once termine la séance sur une nouvelle hausse, à 1674 $.
A lire également
Eiffage : la filiale autoroute résiste

APRR, filiale autoroutière d'Eiffage, a enregistré une croissance de 2,2% de son chiffre d'affaires hors construction au premier trimestre à 552,5 millions d'euros. Le trafic total, mesuré en nombre de kilomètres parcourus, a connu au 1er trimestre 2017 une hausse globale de 0,1 % par rapport à la même période de 2016. C'est mieux qu’anticipé par les analystes qui eux tablaient sur un repli de cet indicateur.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com