RAS LE BOL DES CHAMPIONS DU RETROVISEUR

mercredi 07 juillet
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 9 ans - Le 07/07/2010 à 07h07

Je suis fatigué de voir défiler dans les médias les spécialistes de l'explication a posteriori de tous les mouvements aprés qu'ils se soient produits. Des grands spécialistes qui une fois que le problème de la dette est évident écrivent des articles ou des libres sur le problème de la dette, qui une fois que l'euro a baissé nous explique qu'il va disparaître...

Remontée spectaculaire de l'euro avec une hausse au dessus des 1.26 hier
Je voudrais qu'on prenne le temps de s'arrêter quelques secondes sur cette hausse. Pas tant pour chercher des explications a posteriori comme le font nos grands spécialistes . Non, juste pour se rendre compte à quel point nous sommes sous la pression, même sur la finance de la pensée unique et du consensus. Il y a moins d'un mois l'euro atteignait un plus bas à 1.1875. A ce moment, dans tous les médias, dans tous les journaux, se répandaient pseudo spécialistes et professionnels qui devisaient sur l'explosion imminente de l'euro ou au moins l'évidence de la parité avec le dollar. Tout avis contraire était inaudible et personne n'osait vraiment l'exprimer. Un mois aprés, on n'entend plus ces grands prévisionnistes de l'aposteriori. Ils sont tout d'un coup trés silencieux.

Il faut dire qu'il est quand même trop tôt pour dire que l'euro est sauvé et que la tendance s'est inversée
Ce rebond de 1.1875 à 1.2650 n'est peut être qu'un rebond technique dans une rendance baissière mais même cela personne ne l'envisageait. Ce qui est pénible en ce moment, c'est ces vérités qu'on nous asséne en permanence, qui alimente un consensus, qui se révèle presque toujours faux. Et pourtant les causes d'inquiétudes sur le dollar sont largement supérieures et c'était aussi le cas il y a un mois que les causes d'inquiétudes sur l'euro. 50 états américains sont en situation financière difficile, une dizaine est en quasi cessation de paiements et la Californie est au bord du gouffre et elle représente 8% de l'économie mondiale quand la Grèce représente 2% du PIB européen et pourtant on nous a harcelés tous les jours avec la Gréce.

Quelle conclusion en tirer ?
Qu'il faut garder un peu de distance en permanence et se méfier de l'instinct grégaire. On nous a répété pendant des mois que l'Europe était le problème alors que ce sont les Etats Unis qui sont en difficulté. Et on continue à nous asséner des vérités par la voix de spécialistes qui hurlent avec les loups et disparaissent dans la nature dés qu'ils ont tort. L'euro n'est peut être pas sauvé, mais il n'est pas mort et le dollar n'est certainement pas la valeur refuge qu'on nous a vanté pendant des mois.
A lire également
Idée reçue numéro 3 : les fonds en euros peuvent perdre de leur valeur en cas de baisse de l’euro

Après l’assurance-vie, c’est pour les vieux, on continue notre série sur les idées reçues concernant le produit d’épargne préféré des Français avec un nouveau préjugé : les fonds en euros peuvent perdre de leur valeur en cas de baisse de l’euro. Ce qui est encore et toujours faux…

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com