VIRAGE A 180° DEGRES POUR LES BANQUES

mardi 27 octobre
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 10 ans - Le 27/10/2009 à 07h10

Vous avez connu le big is beautiful, puis le too big too fail, voici venu, à nouveau, le temps du break up et du small is business pour les banques. La finance, c'est un éternel recommencement...

Nouveau mot d'ordre pour les banques en Europe: la scission
L'économie et la finance sont faits de cycles et de modes. Dans la banque, la mode était au gigantisme, aux mélanges de genre avec la bancassurance, à la course au classement. Et les investisseurs, les autorités de controle, et les politiques applaudissaient. La crise est passée par là. Et maintenant c'est le virage à 180 degrés. Dans l'excés comme à l' habitude. Aprés le big is beautiful, le too big too fail voici venu le temps du small is beautiful. On va redéfaire ce qu'on a fait pendant 10 ans. Le nouveau mot d'ordre est simple: les banques doivent être plus petites et concentrées sur un seul métier.

Cela commence avec la décision de la commission Européenne sur la banque hollandaise ING.
ET ce n'est que le début. ING doit vendre sa partie assurance et une partie de ING direct. En Angleterre c'est également la mode du break up et les prochains candidats affluent en commençant par la Royal Bank of Scotland et la Lloyds.

Est ce que cette vague va s'étendre?
C'est un mouvement qui va s'amplifier. C'est la règle. Changer de cap, faire le contraire de ce qu'on a proné pendant 10 ans et le faire dans l'excés. On va également assister au grand retour dans le monde entier du Glass Steagall Act, cette loi américaine de 1933 qui avait entrainé la séparation de banques commerciales et des banques d'investissement, à la suite du krach de 29 et qui avait été pourtant abandonnée en 1999. Mais il ne faut pas s'inquiéter. En 2019, il faudra recoller à nouveau tous les morceaux de ce qu'on découpe aujourd'hui car on nous expliquera qu'il faut à tout prix avoir des banques gigantesques puisque le break up aura été la cause de la crise de 2018.
A lire également
Idée reçue numéro 3 : les fonds en euros peuvent perdre de leur valeur en cas de baisse de l’euro

Après l’assurance-vie, c’est pour les vieux, on continue notre série sur les idées reçues concernant le produit d’épargne préféré des Français avec un nouveau préjugé : les fonds en euros peuvent perdre de leur valeur en cas de baisse de l’euro. Ce qui est encore et toujours faux…

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com