Mardi 22 mai

Air France-KLM reprend encore 3,66% à 3,57 euros à moins d’une demi-heure de la clôture. La veille, la compagnie aérienne était étroitement surveillée par le Marché alors que des informations de presse avaient indiqué qu’Air France-KLM prévoirait un total de 5 000 suppressions de postes d'ici à 2015, sans licenciement sec, grâce à un plan de départ volontaires.

Un plan de licenciement formellement démenti par la compagnie aérienne mais qui rappelle toutefois que la situation économique d'Air France-KLM est préoccupante. C’est que la compagnie aérienne perd de l’argent depuis de nombreuses années, une situation qui s’est aggravée depuis la crise de 2008. Pour mémoire, l’exercice 2010 s’était achevé par la pire perte de l’histoire du groupe depuis le rapprochement avec KLM avec une perte nette de 1,56 milliard d’euros ! En cause, la hausse du prix du baril de pétrole mais aussi l’arrivée de nouveaux concurrents sur les plates-bandes du groupe avec leur politique tarifaire plus qu’agressive. Et comme attendu, les résultats annuels d'Air France-KLM n’ont pas déchaîné les foules. Sur l’année précédente, la facture de kérosène s’est appréciée de 16% malgré les couvertures mises en place pour limiter cette hausse. Et quand ce n’est pas une conjoncture économique difficile qui vient jouer les trouble-fête, ce sont les évènements politiques, climatiques ou autres qui viennent brouiller la visibilité. Le printemps arabe, le tremblement de terre au Japon mais aussi l’irruption d’un volcan en Islande ont été là pour le faire rappeler.

Alors pour ne pas assister impuissant à la déroute d’un groupe, le directeur général a été laissé sur le tarmac à l’automne dernier, remplacé par Alexandre de Juniac, censé redresser la barre. Mais le chantier est titanesque, le groupe traine comme un boulet un endettement net qui culmine désormais à 6,5 milliards d’euros, alors que les capitaux propres s’élèvent à 6 milliards d’euros. Pas facile de piloter un groupe dans ces conditions surtout qu’Air France-KLM anticipe une nouvelle dégradation de ses comptes durant le premier semestre 2011/2012. Le groupe escompte récolter dans la deuxième partie de l'année les premiers fruits de son plan de restructuration visant à économiser deux milliards d'euros d'ici 2014.

Mais le mal est fait en Bourse. Le titre a piqué du nez ces dernières années, son parcours boursier a été plombé par nombre de déceptions faisant échos des publications ternes. A un peu plus de 3,50 euros, ce cours correspond à une capitalisation de seulement de 1,03 milliard d’euros pour un chiffre d’affaires est de 24 milliards d’euros, soit un ratio VE/CA de…0,04x. L’absence de visibilité et d’éventuelles provisions pour restructurations vont surement continuer à peser sur un dossier déjà bien mal en point.

A découvrir également

  • visuel-morning
    Quelle performance pour Pilot ? La gestion pilotée par Marc Fiorentino, conçue pour vous
    16/02/2024
  • visuel-morning
    Le point sectoriel par Euroland Corporateint sectoriel par Euroland Corporate
    21/02/2024
  • visuel-morning
    Quelle est la performance réelle d’un investissement en FCPI ?
    30/11/2023
  • visuel-morning
    SCPI : après les baisses de 2023, qu’attendre de 2024 ?
    22/02/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt