ISF 2017 : comment débroussailler votre impôt avec la forêt

mardi 13 décembre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 3 ans - Le 13/12/2016 à 16h12

Anticiper c'est prévoir. Pour réduire son impôt sur la fortune à payer au printemps prochain, c'est toujours mieux de prendre les devants. Et rien de mieux que d'associer placement refuge et défiscalisant. C'est le cas de l'achat de parts de Groupements fonciers forestiers (GFF). Ce dispositif original offre la possibilité de réduire son ISF et de transmettre son patrimoine à moindre coût. En souscrivant dès maintenant, vous bénéficierez d'une durée d'investissement plus courte et d'une exonération totale de votre investissement de votre patrimoine net taxable au 1er janvier 2017.

Un actif rassurant



La forêt ne vole pas son statut de valeur refuge. A l’image de la pierre, les forêts sont des actifs tangibles, considérés comme plus rassurants en ces temps de volatilité sur les marchés financiers. En 2008, le prix de l’hectare de forêt n’a pas été impacté par la crise financière. Pas à la baisse, plutôt à la hausse. Toutefois, l’investissement doit se concevoir sur le long terme, la nature doit faire son œuvre pour en récolter les fruits.

Un investissement qui peut être performant



Les groupements fonciers forestiers ne présentent donc aucun souci de gestion et forêts offrent une rentabilité brute moyenne de 2 %*. Surtout, leur valeur a augmenté régulièrement avec : (i) la pousse des peuplements et (ii) l'évolution du marché des Forêts, environ 4%* par an depuis plus de quinze ans (évolution non garantie). Il est donc possible d'offrir une bonne bouffée d'oxygène à votre portefeuille avec un placement décorrélé des marchés financiers. Surtotout à l'heure actuelle où on ne sait vraiment plus sur quel pied danser.

Une forêt pour débroussailler votre impôt



Mais on peut comprendre que l’achat d’une forêt en direct peut être onéreux et peu aisé. Seulement 1 % de la forêt française est vendu chaque année. Alors pourquoi ne pas se tourner vers l’achat de parts de groupements fonciers forestiers (GFF) pour se construire un patrimoine tangible, rentable, diversifié, décorrélé des marchés financiers, en utilisant les avantages fiscaux qui y sont liés et de la transmission de patrimoine (donation/succession) .Les parts de groupements fonciers forestiers permettent :

-une réduction de l’ISF de 50 % (non cumulable avec la réduction d'IR) de la valeur des parts, plafonnée à 45.000 euros. C’est le même dispositif que pour l’investissement dans les PME, mais avec un couple risque rendement très différent.

- une économie fiscale liée à l'exonération d'ISF, sans limite de montant : chaque année, vous n'avez pas à déclarer votre souscription dans votre patrimoine ISF.

-une réduction de 75% des droits de donation et de succession, sans limite de montant.

Outre l’avantage fiscal, l’'investissement dans un groupement forestier permet à ses souscripteurs de bénéficier d'un abattement de 75% sur les droits de donation et de succession, sans limite de montant, sur la valeur des bois et forêts. Oui, sans plafonnement, ni limite d'âge ! Contrairement à l'assurance-vie, placement sur lequel l'abattement est réduit à 30.500 euros passé 70 ans.




Pour les plus indécis, si vous investissez maintenant dans des parts de Groupements Forestiers, deux arguments peuvent vous scier :

- le montant n'entre pas dans l'assiette ISF

- et surtout vous gagnez six mois de durée de blocage !

Investir dans un Groupement Forestier, permet à la fois de défiscaliser son ISF, mais également de placer son argent sur un bien tangible.


>> Je demande une information détaillée sur les Groupements Forestiers




Communication non contractuelle à but publicitaire

L'investissement dans des parts de Groupements Fonciers Forestiers (GFF) est réservé aux personnes susceptibles par leur connaissance et leur souci de diversification des placements financiers de prendre en compte les particularités de cette forme d'investissement. L'investissement dans des parts de GFF présente un certain nombre de risques, dont notamment les risques suivants :<

Risque de perte d'une partie ou de la totalité du capital

Risques d'exploitation et sur les revenus




A lire également
Epargne : Pourquoi ouvrir une assurance-vie avant 30 ans ?

Enfin le premier salaire ! Oui, mais il faut penser à payer son loyer, financer ses loisirs ou bien (et c’est moins drôle) rembourser un prêt étudiant. Dans ces conditions, comment épargner pour l’avenir sans pour autant rogner ses envies de bouger aux quatre coins du monde et profiter de la vie ? Le Livret A ? Rapporte plus un rond surtout depuis le début du mois. Le Livret Jeune ? Passé 25 ans, vous devez tirer un trait dessus et le clôturer…Difficile alors de trouver le placement qui allie rendement et capacité d’épargne réduite ? Pas si sûr. Pour les jeunes actifs de moins de trente ans, il y a des solutions. Faut-il encore les connaître.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com