La peur de l'inflation

mercredi 12 mai
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 mois - Le 12/05/2021 à 07h14

Nous l'avons dit ici à plusieurs reprises.
Le seul évènement qui peut changer la donne, tant sur l'économie que sur les marchés, c'est le retour de l'inflation.
Un retour qu'on aurait dû déjà avoir depuis des années compte tenu des baisses des taux et des injections massives de liquidités par les banques centrales.
Elle n'est jamais venue.
Mais elle semble maintenant pointer son nez.

L’ARLÉSIENNE

La peur de l'inflation ne date pas d'hier.
Les analystes ont commencé à l'évoquer à la sortie des crises des subprimes et de l'euro.
Avec un raisonnement académique simple.
Si on accroît massivement les liquidités en circulation, la masse monétaire augmente et si la masse monétaire augmente, c'est inéluctable, l'inflation dérape.

SEULEMENT VOILÀ

Ça ne s'est pas produit.
Pour une raison simple.
Que nous avons souvent expliquée ici.
Il ne pouvait pas y avoir d'inflation tant les pressions déflationnistes structurelles étaient fortes.
Du fait de la démographie, effondrement des taux de fécondité et vieillissement de la population.
Du fait de la digitalisation de l'économie.
Et du fait de la révolution sociétale, et notamment la prise de conscience écologique qui pèse sur la surconsommation.

MAIS AVEC LA CRISE SANITAIRE

La situation a évolué.
Les masses d'argent mobilisées par les gouvernements et les banques centrales ont atteint des niveaux tellement délirants qu'à la sortie de la crise sanitaire, la consommation et l'investissement explosent.
On le voit en Chine.
On le voit aux États-Unis.
La pression est tellement forte que, cette fois, la hausse de l'inflation est inéluctable.

LE PARI DES BANQUES CENTRALES...

...est que cette hausse de l'inflation ne sera pas durable.
Elle sera conjoncturelle.
Du fait de la sortie de crise et du retard de consommation et d'investissement accumulé pendant la crise.
Hier encore, la FED et la BCE ont tenté de rassurer sur les craintes d'inflation.
Elle ne sera pas durable, et ils ne monteront pas les taux pour la contrer, car elle ne sera pas durable...

NOUS PENSONS...

...qu'il y aura un dérapage de l'inflation, car il y a trop d'argent en circulation dans l'économie.
Nous pensons aussi qu'elle ne sera pas durable, car les facteurs déflationnistes structurels sont toujours aussi puissants et la crise sanitaire a même eu tendance à accélérer les tendances démographiques, technologiques et sociétales.
Mais cela risque néanmoins de provoquer des turbulences.
Comme nous vous le disons depuis des mois, nous suivons de près un seul indicateur : l'inflation aux États-Unis.
Si elle dérape, il faudra se mettre aux abris.

QUESTION

On m'a posé la question récemment et j'avoue que j'ai été très embêté pour répondre.
Où investir si l'inflation revient ?
La réponse académique est simple : il faut acheter de l'or, de l'immobilier, des actions de sociétés avec un "pricing power" (la possibilité d'augmenter les prix) et certains ont rajouté récemment les cryptomonnaies.

MAIS EN FAIT CE N'EST PLUS AUSSI SIMPLE

Si l'inflation revient, les banques centrales vont devoir réduire leurs injections de liquidités.
Or, ce qui a permis aux marchés, à l'immobilier et, de façon générale, à tous les actifs de monter, c'est justement la liquidité.
Prenons l'immobilier par exemple.
En théorie un rempart contre l'inflation.
Et pourtant l'immobilier a flambé en période de désinflation, voire de déflation, du fait de la baisse des taux.
Si l'inflation revient et que les taux remontent, alors la hausse de l'immobilier pourrait être freinée même si l'immobilier devrait profiter de la hausse de l'inflation.
Les règles académiques d'investissement en période d'inflation risquent donc de changer.
À suivre de très près.

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

SPAC

Un nouveau SPAC, un chèque en blanc coté, va être créé avec un montant record en Europe de 400 millions d'euros.
Par un anglais, Ian Osborne.
Rappelons que les SPACs représentent plus de 50 % des levées de fonds par introduction en Bourse depuis un an.

J'AIME CE TITRE

La une des Échos : "La Chine rattrapée par le vieillissement".
La démographie est ma passion.
Et l'impact de la démographie sur l'économie est massif.
La chute des naissances et le vieillissement de la population vont entraîner la Chine dans une spirale économique à la japonaise.
Pour l'Europe, c'est déjà le cas.

COUP D’ÉTAT

Une première depuis le début du quinquennat.
Le gouvernement n'a pas pu faire passer son projet de pass sanitaire à l'Assemblée Nationale.
Le Modem l'a lâché.
Sacré Bayrou.
Le texte a été représenté rapidement et il a été voté après quelques concessions aux centristes.
Sacré Bayrou.

J-7

7 jours !
Dernière semaine à tenir.
Avant la libération.
Accrochez-vous encore un peu, c'est bientôt terminé.

L'ACTUALITÉ DE VOTRE ARGENT

Par notre partenaire MoneyVox :
"Assurance vie : quels revenus déclarer aux impôts ?
« Couteau suisse de l'épargne », l'assurance vie séduit par ses multiples facettes.
Revers de la médaille, la complexité du produit.
Un constat qui vaut aussi pour les impôts : si vous avez retiré de l'argent de votre assurance vie en 2020, pas moins de 12 cases doivent être vérifiées dans la déclaration !"
Découvrez comment déclarer aux impôts vos gains d'assurance-vie ici

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse MP
Hier, les principaux indices mondiaux ont fortement baissé. Les investisseurs craignent une explosion de l'inflation dans les prochaines semaines. Les données dévoilées ce mercredi seront donc cruciales ; la France, l'Allemagne et les États-Unis dévoileront leurs indices de prix à la consommation pour le mois d'avril. C'est l'un des indicateurs clés de l'inflation.
Wall Street a clôturé en territoire négatif : -1,36% pour le Dow Jones, -0,09% pour le Nasdaq. L'indice japonais Nikkei clôture également à la baisse ce matin (-1,61%). Le CAC40 est attendu en petite hausse à l'ouverture, après avoir lâché 1,86% hier.
Le Brent se négocie à 68,70 $.
L'once d'Or s'échange à 1 833 $.
L'euro/dollar est à 1,213 $.

ON S'EN FOUT ?

Vous verrez dans tous les médias économiques les classements des pays en fonction de leurs impôts sur les successions et les donations, guess what? La France est en tête de peloton, troisième derrière la Corée et la Belgique; LVMH se lance sur le marché du spritz avec sa marque Chandon; NKM a rejoint un fonds d'investissement; Ben Smith : "Air France KLM a beaucoup d'atouts", interdit de rigoler; 5,7 millions de retraités reçoivent une retraite inférieure à 1 000 euros; Bagarre au sein de LREM sur la présence d'une candidate voilée sur une affiche de campagne, en même temps...; Le Parisien explique comment faire sa propre lessive, "un jeu d'enfant"; On a retrouvé 16 kilos de plastique dans une baleine qui s'est échouée dans les Landes; On connaît la voix d'Alexa, elle s'appelle Nina Rolle et c'est Jeff Bezos qui l'a choisie en personne.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com

visuel-morning
JOURNAL DE MONFINANCIER La nouvelle idolâtrie