La reprise en K

mardi 25 août
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 2 mois - Le 25/08/2020 à 08h59

Je connaissais la reprise en V.
La reprise en U.
En W.
Et même la reprise en racine carrée inversée.
Mais je ne connaissais pas la reprise en K.

JE L'AI DÉCOUVERTE...

...dans les notes de conjoncture des banques d'affaires américaines et dans le Financial Times.
Et c'est très intéressant.
La reprise en V, c'est simple : après un effondrement de l'économie, on a un rebond tout aussi puissant que la chute du fait d'un effet rattrapage et du fait des mesures prises par les banques centrales et par les gouvernements.
La reprise en U, c'est la chute, puis une période de stagnation et d'incertitude, puis le rebond.

LA REPRISE...

...en W, c'est la chute, puis un rebond lié uniquement à l'effet rattrapage, puis une rechute et enfin le vrai rebond structurel de l'économie.
La reprise en racine carrée inversée, c'est la chute, le rebond rattrapage, une petite rechute derrière et enfin une longue période de stagnation à un niveau inférieur au niveau de croissance pré-crise.

EN K...

...c'est tout autre chose.
La barre verticale du K c'est l'arrêt de l'économie, décidé volontairement pour se protéger du virus.
Et c'est ensuite la reprise.
Mais pas pour tout le monde.
Pour certaines entreprises, certains secteurs, certains pays, c'est le rebond.
Pour d'autres c'est la chute non plus conjoncturelle mais définitive.
En anglais "K-shaped recovery".

UN K DARWINIEN

Les plus forts, les plus agiles, les mieux armés pour l'avenir, rebondissent et profitent même de la crise.
On le voit par exemple avec le secteur de la tech aux États-Unis.
Les autres, ceux qui étaient déjà faibles avant la crise, s'enfoncent.
Pour certains de façon temporaire.
Pour d'autres de façon durable, voire même définitive.

LA CRISE...

...du Covid comme révélateur des faiblesses et comme accélérateur de tendances qui existaient déjà avant la crise.
Une reprise en K, c'est une sélection brutale entre les "haves" et les "have-nots", entre les winners et les losers.
Sur la Bourse, c'est déjà clairement le cas.
Dans l'économie réelle, ça l'est aussi.

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

SANS SURPRISE

Trump a été désigné comme le candidat du parti Républicain pour la présidentielle.
Il a déjà prévenu : s'il perd ces élections, c'est que les Démocrates l'auront volée en trafiquant le vote par correspondance.

L'INDE...

...a décidé à son tour de boycotter Huawei et certaines entreprises chinoises.
Officieusement certes.
Mais c'est un boycott tout de même.
Huawei était un des trois plus gros fournisseurs en Inde dans le marché du mobile qui compte 850 millions d'utilisateurs, le deuxième marché du monde.
Rappelons que les deux pays se disputent une frontière et que 20 soldats indiens ont été tués lors d'un affrontement à la frontière.
Rassurant quand on sait que les deux pays sont des puissances nucléaires.

INTERVIEW DE BRUNO LE MAIRE

Dans les Échos.
Pour lui, c'est "la crise économique la plus grave de l'histoire contemporaine".
Il faudra deux ans pour retrouver le niveau économique d'avant crise.
La croissance sera de -11% en 2020.
Et il veut que les Français dépensent les 100 milliards d'euros qu'ils ont accumulés en épargne pendant la crise.

ET IL A DÉJÀ ANNONCÉ...

...la couleur pour le PGE.
Il a bien compris, tout le monde le sait, que certaines entreprises ne pourront pas le rembourser, et que certaines ne pourront même pas supporter la hausse du taux d'intérêt au bout de la première année.
Le gouvernement va demander aux banques de garantir un taux toujours bas en cas de non remboursement, "entre 1% et 3%".

MAIS NOUS SAVONS...

...et il le sait aussi, que ça ne suffira pas.
Certains PGE vont donc être transformés en prêts participatifs d'une durée d'au moins 7 ans, assimilables à des fonds propres.
On va continuer à raser gratis...

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Richard Garnier, Analyste Bourse MP.
Une semaine écoulée difficile pour l'indice parisien.
Puis, une hausse marquée pour la première séance de cette nouvelle semaine.
Le balancier.
Le CAC 40 a terminé la séance d'hier en gain de plus de 2 % à 5 007 points.
Les marchés européens ont profité d'un « effet rattrapage », suite à la publication vendredi d'indicateurs économiques plus solides qu'attendus aux US.
Mais, c'est surtout l'accélération de la politique américaine sur le front sanitaire qui a enthousiasmé les investisseurs hier.
Outre-Atlantique, le Dow Jones et le Nasdaq ont terminé en hausse de 1,35 % et 0,60 %.
Le Président Trump pressurise la FDA (Food and Drug Administration) pour obtenir rapidement de nouveaux traitements contre la Covid-19.
Ce matin, à Tokyo, le Nikkei a fini en hausse de 1,35 %.
Le CAC 40, lui aussi, est attendu dans le vert cette matinée, porté par des signaux positifs venus des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine.
Le Brent se négocie à 45,3 $.
L'once d'Or se négocie à 1 928 $.
L'euro/dollar est à 1,181.

ON S'EN FOUT ?

Les Champs-Élysées sont devenus un terrain d'entraînement à disposition pour les casseurs ; Les ventes de rouge à lèvres s'effondrent, les ventes de mascara explosent du fait du port du masque; Les coupures de courant en Californie posent de sérieuses questions sur la transition énergétique ; La soeur de Trump a dit que Donald était cruel et qu'il aurait fait passer ses examens par une autre personne; Melania va s'exprimer pour le deuxième jour de la convention républicaine ; Documentaire sur Arte sur la nuit des longs couteaux ; Les Républicains s'interrogent sur le principe de la primaire, ils ont raison, il ne faut pas changer une technique qui perd ; J'espère qu'ils ne vont pas imposer le masque sur les plateaux télé, reprise de C'est Votre Argent le 4 septembre; Darmanin veut utiliser des drones pour identifier les casseurs, bon courage

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com