L'ASBURDITE AU SERVICE DE LA FINANCE

mercredi 16 avril
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 11 ans - Le 16/04/2008 à 07h04

La crise n'a rien changé. Les banques continuent leurs opérations de haute voltige et poussent l'absurdité à l'extrême.

Les banques américaines et Européennes les plus exposées ont décidé de vendre leurs portefeuilles de prêts pour réduire leur risque
Aprés Citigroup la semaine dernière, c'est Deutsche Bank cette semaine et nul doute que la plupart des banques vont suivre. Je me suis dit que même si le sujet était de prime abord un peu hermétique et technique, il fallait que j'explique cette opération car elle illustre dans toute sa splendeur la créativité et l'absurdité du système financier actuel. A l'origine il y a donc des banque qui ont prêté de l'argent dans la phase d'euphorie de 2005 et 2006 à des fonds de private equity pour leur permettre de racheter à crédit des entreprises. Ca c'est simple. C'est ce qu'on appelle un LBO, un leveraged buy out. Traduisez une acquisition d'entreprise avec effet de levier. Et quel effet de levier, puisque les banques étaient prêtes à financer parfois l'intégralité de l'acquisition dans des conditions ultra préférentielles.

On imagine qu'avec la crise, ces crédits deviennent problématiques.
Aprés les subprimes, les banques voient arriver à grand pas le spectre d'une crise des crédits de rachats d'entreprises. Avec la crise financière, et la crise économique, les entreprises rachetées dans ces conditions sont surendettées et ne pourront probablement pas rembourser leurs dettes intégralement. Et les banques vont devoir provisionner.

ET c'est pour cela qu'elles vendent ces portefeuilles de crédit. Quel est le problème?
On pourrait se dire qu'elles font une opération intelligente. Plutot que prendre des pertes liées à des provisions et de conserver ce risque sur leurs bilans. Elles cédent ce risque à des fonds. En leur accordant bien évident un discount important. Mais c'est là que cela devient trés trés drôle. D'abord elles revendent ces crédits aux mêmes fonds de private equity qui ont contracté ces crédits et qui menacent de ne pas les rembourser. Un crédit de 100 est donc vendu 80 par exemple. Mais le plus hilarant, ou le plus déprimant, au choix, c'est que les banques reprêtent à ces fonds l'argent pour leur permettre de racheter leurs crédits. Ce tour de passe passe est le summum de l'absurdité d'un système et prouve à ceux qui croyaient que la crise allait permettre de provoquer une véritable prise de conscience des risques que le monde de la finance ne changera jamais.
A lire également
Idée reçue : L'assurance-vie est bloquée pendant 8 ans

On peut être aimé...mais aussi être victime de préjugés. L’assurance-vie a beau avoir le vent en poupe avec une collecte positive pour le 22ème mois consécutif, il y a encore des épargnants qui rechignent à ouvrir un contrat d'assurance-vie, trompés par des idées reçues. En tête, celle d’un placement bloqué pendant huit ans. Ce qui est totalement faux…

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com