LE BRESIL VICTIME DE SON SUCCES

mercredi 21 octobre
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 10 ans - Le 21/10/2009 à 07h10

Tout le monde en veut! Il n'y en aura pas pour toute le monde. Le Brésil est devenu aussi populaire dans la communauté financière internationale que Vuitton aux plus belles heures du Japon...

Secousse hier sur les marchés brésiliens aprés les mesures gouvernementales
Le Brésil de Lula est victime de son succés. Ce pays dirigé par un homme qui décidément fait un parcours remarquable depuis son élection en 2002, est devenu la coqueluche des investisseurs internationaux. Jusqu'à l'excés. Tous les fonds spéculatifs mais également les investisseurs institutionnels les plus conservateurs veulent être de la partie: ils veulent avoir dans leur portefeuille du real, des obligations brésiliennes et des actions brésiliennes. Le résultat c'est une progression du real de 35% contre le dollar en un an et un explosion de la bourse de 120% depuis le début de l'année.

En quoi ces progressions sont problématiques pour le Brésil?
La première raison, la plus simple, c'est l'impact sur les exportateurs brésiliens. La force du real, la baisse du dollar, les rendent moins compétitifs. Mais la raison la plus importante c'est que le Brésil craint la versatilité de ces fonds internationaux. Un jour on est la vedette et l'argent coule à flot, le lendemain on devient un paria, ce qui est arrivé au Brésil assez souvent dans son histoire moderne, et l'argent fuit le pays en quelques jours provoquant des crises sans précédent.

Le gouvernement peut il vraiment agir efficacement ?
Il réagit comme il le peut et c'est déjà bien. En imposant hier une taxe de 2% sur les investissements étrangers il envoie un message assez fort. Le real a baissé de 2% et la bourse de 4% mais il faudra d'autres mesures pour tempérer l'enthousiasme débordant des investisseurs. Mais le Brésil a envoyé également un message fort hier aux Etats Unis. La hausse du real c'est aussi la baisse du dollar. Et tous les pays attendent aujourd'hui que Ben Bernanke prennent des mesures pour stopper cette inondation de dollars sur les marchés. Il est temps que la FED remonte les taux d'intérêt.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com