Le wake-up call

jeudi 16 juin
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 3 ans - Le 16/06/2016 à 07h06

Les marchés viennent de découvrir qu’il y aura un referendum en Grande-Bretagne le 23 juin et qu’un Brexit est possible. Conséquence logique : sauve qui peut sur les indices boursiers et ruée vers les emprunts d’État même avec des taux négatifs. Rajoutez à cela la FED totalement perdue depuis les derniers chiffres du chômage américain et qui repousse mois après mois sa hausse des taux...

TOUS LES TAUX NE BAISSENT PAS

...et vous comprenez pourquoi les taux d’intérêt en Grande-Bretagne, aux États-Unis mais aussi en Allemagne, continuent leur chute sans qu’on sache vraiment où elle s’arrêtera. Jusque-là tout semble plutôt logique. Mais les taux ne baissent pas partout. Au contraire. En fait le Brexit n’inquiète pas seulement les investisseurs sur la Grande-Bretagne. Non. Elle les inquiète aussi sur l’Europe. Et du coup on reparle à nouveau de pays qu’on avait oubliés, le Portugal, l’Espagne, la Grèce encore.

L'EUROPE "PÉRIPHÉRIQUE"

Tous ces pays qui nous ont fait peur en 2010 et 2011 et qui ont provoqué la crise de la dette et de l’euro. Le raisonnement est simple là encore. Si la Grande-Bretagne part, les partis anti-européens vont connaître un boost sans précédent dans des pays où la situation politique est totalement instable. Rappelons que les Espagnols passent aux urnes le 26 juin, 3 jours après l’Angleterre par exemple. Les taux remontent donc à toute allure dans tous ces pays dits périphériques.

PAR ICI LA SORTIE

Et inquiétude aussi sur les pays qui auraient envie de suivre la Grande-Bretagne. La Pologne par exemple. Son gouvernement actuel est résolument anti-européen. Et il pourrait se ruer dans la brèche. Et les investisseurs s’inquiètent et les taux de la dette remontent. On peut dire que le marché connaît un wake-up call : il s’est aperçu, un peu tard, qu’il y avait un referendum britannique, mais il s’aperçoit aussi que les pays faibles de l’Europe sont toujours aussi faibles, toujours aussi endettés et toujours aussi instables politiquement. Bienvenue dans le monde réel.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

La réunion de la FED hier n'a bien évidemment pas débouché sur une hausse des taux. La FED continue à s'inquiéter de l'emploi et du contexte international. Elle évoque toujours une nouvelle hausse des taux mais la repousse en permanence. Le dollar chute donc logiquement et lourdement. Notamment contre le yen à 104, l'euro flirte avec les 1.13... Et les indices qui, d'habitude, réagissent bien quand la FED ne monte pas ses taux, rechutent. Le Japon flanche ce matin et les indices européens devraient rebaisser après un mini-rebond hier.

LE YEN FLAMBE

Acculée par la flambée du yen depuis des semaines (des mois), la Banque du Japon a pourtant choisi hier de laisser inchangée sa politique monétaire, par crainte référendum sur le Brexit, qui peut, en cas de sortie du Royaume-Uni de l'Union, faire violemment chuter les marchés et booster encore plus le yen, valeur refuge. Mais la situation est intenable pour le Japon et ses exportations. Elle va devoir intervenir, avant ou après le Brexit. C'est pourquoi on conseille aux profils risquophiles de jouer la hausse du dollar yen avec le turbo call H964Z

ON S'EN FOUT ?

Hollande serait "prêt" à interdire les manifestations (prêt seulement dans le style "retenez-moi ou je fais un malheur"), Lelo le spécialiste Suédois du préservatif s'apprête à lancer la capote indéchirable, Cristiano Ronaldo a dragué une hôtesse du stade de Sainte Étienne, Les Allemands essaient après les Français de draguer les financiers de Londres post Brexit.

SEULE LA CHINE RÉSISTE

La Chine ne respecte pas les règles de la mondialisation et de la globalisation. Et on se demande si dans le cas des GAFA, elle n'a pas raison. Dès le début, la Chine a fermé de fait sa porte aux Amazon, Google et équivalents. Pour favoriser ses champions nationaux. Résultat: les Alibaba, Baidu et autres connaissent une croissance phénoménale. Hier le rival Chinois d'Uber, Didi, a levé 7 milliards de dollars sur une valorisation de 25 milliards. L'Europe aurait dû faire la même chose.

PREMIER DÉRAPAGE

Trump n'est plus à un dérapage verbal près, mais là c'est son premier vrai dérapage dans les sondages. Clinton le devance de 12 points dans les sondages et il devient presque aussi impopulaire qu'Hollande avec 70% d'opinions défavorables.

TOUT LE CONTRAIRE

Sur le pétrole j'en étais resté à une surcapacité et trop de pétrole et pas assez de demande. Mais j'ai dû louper une étape. Le secteur pétrolier, du fait de la baisse des cours, n'investit pas assez dans l'exploration et, conséquence logique, il va y avoir des tensions sur l'offre de pétrole...En fait personne n'en sait rien car on nous raconte une chose et son contraire tous les mois.

BRAVO

La Grande-Bretagne a encore battu un record sur l'emploi avec un taux de chômage à 5%. Les États-Unis sont à 4.6%. Nous à plus de 10%. Mais c'est nous qui avons raison...Ultime argument de ceux qui nient l'évidence de l'échec de notre modèle: l'Allemagne, les États-Unis et la Grande-Bretagne ne créeraient que des emplois « low cost ».

LE TTSO DU JOUR

"Les quadras, laissées pour compte de la révolution sexuelle". Tout le monde s'éclate, sauf elles. Alors que selon l'Ifop, 66% des femmes de 18-24 ans déclarent faire l'amour au moins une fois par semaine (13% 1x/jour) et que 90% des femmes de plus de 50 ans ont des rapports réguliers (vs 53% seulement en 1970), la fréquence des rapports des quadras n’a, elle, pas évolué en cinquante ans. Du coup, 40% des femmes de plus de 35 ans envisagent de prendre un amant (ou l'ont déjà fait). Qui pourrait le leur reprocher ? N'oubliez pas de vous inscrire à l'excellente newsletter du soir de TTSO. C'est simple et c'est ici

L’IDÉE DU JOUR

Le Financial Times nous livre la nouvelle technique des usuriers chinois. Pour être certains d'être remboursés, ils demandent aux femmes qui empruntent de l'argent ou aux épouses des hommes qui empruntent de l'argent des photos d'elles nues comme garanties. En cas de non-paiement, ils menacent de diffuser les photos.

SOURIEZ, VOUS AVEZ FAIT UN BEAU CADEAU

Personne n'en parle mais c'est aujourd'hui que les ministres de la zone euro vont donner leur accord pour l'aide de 10.3 milliards d'euros à la Grèce. Premier paiement la semaine prochaine. 7.5 milliards. Ils ne seront jamais remboursés bien sûr. Enfin si, par vous.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com