LES FRANCAIS SONT MOINS BETES QUE LEURS POLITIQUES

jeudi 28 janvier
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 10 ans - Le 28/01/2010 à 07h01

Je sais... Ce n'est pas un exploit... mais c'est quand même rassurant. A l'heure où Nicolas Sarkozy Chavez Bruni lance une conférence sur la réduction des dépenses publiques, les Français, selon un sondage du Figaro, sont favorables à 95% à une réduction des dépenses publiques.

Réunion d'une conférence sur le déficit budgétaire aujourd'hui
J'ai envie de dire enfin. Le président de la République va peut être se décider à s'occuper de la France et arrêter de rêver d'être le président du monde et de la planéte. Et à s'occuper des deux problèmes majeurs du moment, le chomage et le déficit budgétaire. Car la situation budgétaire est dramatique et le mot n'est pas trop fort. Et rien ne va dans le sens d'une amélioration car tous les fronts de recettes se fissurent et que nous dansons sur une bombe à retardement liée au vieillissement de la population: les retraites et la sécurité sociale. Il faut espérer que pour une fois une conférence dont le président prend l'initiative ou la direction morale ne se termine pas en échec.

Le modéle de référence c'est l'Allemagne
L'Allemagne est la référence absolue. C'est un pays qui exporte des produits à forte valeur ajoutée, c'est un pays qui soutient un réseau de PME puissantes, c'est un pays où les syndicats négocient parfois durement avec le patronat mais toujours dans l'intérêt du pays, c'est un pays où on ne passe pas son temps à stigmatiser les entrepreneurs. Et c'est un pays enfin où au plus fort de la crise, Angela Merkel a refusé le populisme et a continué à considérer que la défense d'un équilibre public était une priorité car les déficits d'aujourd'hui sont les récessions de demain.

On parle de 50 milliards d'euros d'économies d'ici 2013 pour la France
Ce serait une bonne première étape. Mais je n'y crois pas. Il manque la volonté politique de dire aux Français la vérité. La vérité c'est que les impots vont augmenter fortement, que les services publics doivent être réduitrs, que nous devrons travailler jusqu'à 65 ans voire 67 pour tenter d'avoir une retraite équivalente et qu'une grande partie des soins actuels ne pourront plus être couverts par la Sécurité Sociale. C'est l'heure, au sens propre du terme, de vérité. Les Français ne sont pas idiots et sont prêts à l'entendre puisque 95% selon le Figaro sont d'accord pour des réductions des dépenses publiques, mais on ne peut pas dire la même chose des politiques.
A lire également
Succession : 3 astuces pour une succession réussie

Les droits de succession sont élevés que son patrimoine soit important ou plus modeste. D’où l’utilité de s’y prendre le plus tôt possible avec une stratégie patrimoniale adaptée à sa situation. Alors pour alléger la facture à ses héritiers, plusieurs solutions existent pour transmettre un patrimoine à moindre coût.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com