L'Espagne n'a pas de gouvernement, mais elle a de bons résulats

lundi 04 juillet
Auteur: Rédaction MonFinancier
Il y a 3 ans - Le 04/07/2016 à 11h07

L’Espagne a beau ne pas avoir de gouvernement, l’embellie économique se confirme. Après plusieurs années de crise, l'Espagne est sortie de la récession et affiche actuellement l'un des taux de croissance les plus élevés d'Europe. Un dynamisme qui se confirme avec une décrue significative du chômage, au plus bas depuis 2009.

En Espagne, le nombre de chômeurs a en effet nettement reculé de 3,2% en juin par rapport à mai, soit de 124.349 personnes en moins.
Il s'agit du quatrième mois consécutif de diminution du nombre de chômeurs recensés dont le nombre tombe à 3,77 millions.
Hormis l'agriculture, tous les secteurs d'activité ont enregistré une baisse du nombre de chômeurs, avec au premier chef celui des services, où le nombre de personnes sans emploi a reculé de 84.760.

Cette baisse est notamment le fait de la bonne tenue du tourisme en Espagne, secteur qui embauche traditionnellement des dizaines de milliers de personnes supplémentaires pendant la période estivale.

Fin avril, l'institut des statistiques nationales a dit que le taux de chômage s'était établi à 21% en Espagne au premier trimestre contre 20,9% au dernier trimestre 2015.

Si le taux de chômage reste à un niveau dramatiquement élevé, il faut remonter à septembre 2009, pour retrouver un nombre de chômeurs aussi bas.

L’embellie économique se confirme avec les premiers effets positifs sur le front de l’emploi. Une nouvelle d’autant plus saluée que l’Espagne est ingouvernable depuis 7 mois.

Le 26 juin dernier, de nouvelles élections ont eu lieu afin de tenter de dégager une majorité. Le chef du gouvernement conservateur espagnol sortant, Mariano Rajoy a vu son Parti populaire (PP) remporter 137 sièges sur 350 à la chambre basse, soit 33% des suffrages exprimés.

Pas suffisant pour autant pour obtenir la majorité absolue, fixée à 176 députés. Le parti de Mariano Rajoy pourrait éventuellement s’allier avec le parti centriste Ciudadanos ("Citoyens"), lui aussi affaibli puisqu'il n'a obtenu que 32 sièges (contre 40 en décembre).

Les négociations s’annoncent tendues, alors qu’une coalition avec le PSOE (le PS espagnol) est difficilement envisageable. Le pays devrait donc rester ingouvernable pendant encore quelques semaine, voir mois. Mais qu’importe puisque le pays retrouve le chemin de l’emploi et de la croissance.

A lire également
Bolloré : l’investissement dans Vivendi est payant

Bolloré peut dire merci à Vivendi et à Havas. Le groupe diversifié a vu son bénéfice net part du groupe a plus que doublé à 564 millions d'euros, dopé par les dividendes perçus au titre de sa participation dans Vivendi. Bolloré qui détient près de 15% du groupe de médias, a touché 325 millions d'euros de dividendes nets de Vivendi en 2015, contre 44 millions d'euros en 2014.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com

visuel-morning
JOURNAL DE MONFINANCIER Chômage : l'exception française
visuel-morning
GESTION ACTIVE Et de 5 !
visuel-morning
GESTION ACTIVE La journée des taux