Mercredi 15 novembre

"Patience you must have, young Padawan".
C'est ce que nous répétons depuis des mois, comme Yoda dans Star Wars.
La patience d'attendre que l'inflation recule.
Car elle devait reculer.
Et hier la publication de l'indice des prix à la consommation aux États-Unis a confirmé la baisse, et une baisse même plus forte qu'anticipée.
Explications.

RETOUR EN ARRIÈRE

L'inflation a fait son retour au début de l'année 2022.
Ce fut d'abord une inflation par la demande, avec l'effet rattrapage massif post-Covid.
Puis nous avons eu l'inflation par l'offre avec la guerre en Ukraine et la flambée du prix de l'énergie et des matières premières alimentaires.
S'est rajoutée ensuite l'inflation par les salaires avec les hausses de salaires post grande démission.
Et en parallèle la greedflation, l'inflation par les marges puisque de nombreuses entreprises ont profité de l'inflation pour amplifier la hausse des coûts qu'elles subissaient et augmenter largement leurs prix.

RIEN DE STRUCTUREL...

...dans ces 4 composantes de l'inflation.
Du conjoncturel pur et de l'exceptionnel.
Et il était prévisible, sans être un grand devin, mais en s'appuyant simplement sur les bases de l'économie, que l'inflation recule.
C'est ce que nous anticipons et que nous vous écrivons ici depuis des mois.

POURQUOI ?

Reprenons les 4 composantes de l'inflation.
L'inflation par la demande post-Covid : l'effet rattrapage post-Covid est terminé, les goulets d'étranglement ont disparu, l'économie ralentit, la consommation aussi, la demande chute.
Plus d'inflation par la demande.
L'inflation par l'offre : le cours de l'énergie et des matières premières a rebaissé, il redevient "normal". Sauf choc extérieur nouveau comme une extension du conflit au Moyen-Orient.
Plus d'inflation par l'offre.

IL RESTE

L'inflation par les salaires : les salaires ont augmenté mais c'était un rattrapage par rapport à l'inflation, avec le ralentissement de l'économie, l'emploi se détend largement, et les salaires vont augmenter moins vite, pas de boucle prix salaires, pas d'inflation de second tour.
Moins d'inflation par les salaires donc.
Reste l'inflation par les marges des entreprises : nous sommes arrivés aux limites de l'exercice, et aux basiques de l'économie et notamment la sensibilité de la demande par rapport aux prix : les prix ont atteint de tels niveaux qu'ils ont un impact sur la consommation avec des baisses de volumes. Et donc plus de marges de manoeuvre à la hausse des prix pour les entreprises si elles veulent garder leurs clients.

4 COMPOSANTES...

...de l'inflation qui progressivement se dégonflent.
Progressivement.
Pas brutalement.
Lentement mais sûrement.
Hier, les marchés ont été agréablement surpris d'apprendre que l'inflation américaine en octobre avait chuté à 3.2% alors qu'elle était à 3.7% en septembre.
Nous non.
Nous sommes toujours sur une prévision d'inflation à 2% en 2024 pour les États-Unis, voire moins pour l'Europe.

LE PROBLÈME

Les banques centrales n'auraient pas dû remonter autant leurs taux.
Il suffisait de laisser l'inflation se dégonfler.
Elles n'ont pas eu la patience.
Le problème est que ces hausses de taux brutales, trop, surtout en Europe, vont accélérer le ralentissement de l'économie au-delà du souhaitable.

CONSÉQUENCE LOGIQUE

Les taux à long terme ont chuté.
Là aussi c'est notre anticipation et c'est pour cela que nous vous conseillons depuis plusieurs semaines le fonds obligataire à échéance Meilleurtaux Horizon 2028, qui a été créé pour profiter du point haut (selon nous) des taux, avec un rendement visé de 5%* annuel à maturité 5 ans.
Et la Bourse a rebondi fortement.

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Encore et toujours.
Selon le Financial Times, pour la première fois, un modèle d'intelligence artificielle a battu les méthodes traditionnelles de prévisions météo sur une météo mondiale à 10 jours.
C'est le modèle IA de Google DeepMind.
Le responsable de ce modèle déclare que ce programme a progressé "plus rapidement et de façon plus impressionnante qu'anticipé".
Je suis toujours aussi étonné qu'on ne réagisse pas plus aux progrès fulgurants de l'IA.

À VOTRE BON CŒUR

Pauvres financiers de Wall Street.
Leurs bonus vont baisser de 25% cette année en moyenne.
À cause de la hausse des taux d'intérêt qui a impacté les fusions/acquisitions, les volumes sur les Bourses ou encore les valorisations des entreprises.
Des bonus en baisse.
Et des réductions d'effectifs en bonus.
À votre bon coeur...

JOUE-LA COMME WARREN ?

Le portefeuille de Warren Buffett dans sa célèbre holding d'investissement Berkshire Hathaway est hyper, mais alors vraiment hyper concentré.
Alors qu'on conseille à des novices en Bourse d'avoir des portefeuilles très diversifiés.
Son dernier rapport trimestriel montre que 78% de son portefeuille est concentré sur 5 valeurs : Apple, Bank of America, American Express, Coca-Cola et Chevron avec une part spectaculaire d'actions Apple, plus de 150 milliards de $ sur une capitalisation totale de 770 milliards de $!
Autant que de cash, 157.2 milliards de $, pour faire ses emplettes.
C'est du Warren Buffett mais ce n'est pas forcément recommandé pour les débutants...

ET VOUS, VOUS EN PENSEZ QUOI ?

Nous vous parlions hier du gouffre des déficits publics.
Quand les taux étaient bas ou négatifs, les États ont augmenté significativement leurs dépenses publiques pour soutenir leur économie.
Certains pays ont en contrepartie, par discipline ou sous contrainte, réduit leurs dépenses publiques comme l'Allemagne, les Pays-Bas mais aussi la Grèce ou le Portugal. D'autres comme les États-Unis, la France ou l'Italie ont dépensé sans compter et sans prendre aucune disposition pour réduire les dépenses publiques.
Avec la hausse des taux, pensez-vous que l’endettement public va peser sur l’économie ?
Pensez-vous qu’il va y avoir une « fragmentation » entre les pays disciplinés et les cigales (dont fait partie la France) ?
J’ai hâte de lire vos réponses !
>> Donnez-nous votre avis

DU CÔTÉ DE VOTRE ARGENT

Par MoneyVox, le spécialiste de l'information sur l'argent (banque, crédit, impôt, etc.).
"« Je refuse le sans contact sur ma carte bancaire »... Ces Français qui redoutent la fraude (à tort ?)."
Face aux craintes de fraude ou de vol, environ 5% des Français ont fait le choix de ne pas être équipés d'une carte bancaire avec le sans contact. Pourtant, le risque est très faible et dans presque tous les cas, la banque est obligée de vous rembourser.
>> Lire cet article sur Moneyvox.fr

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Sélina Seremet, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement.
" Nouvelle ouverture en hausse ce matin sur l’indice parisien avec une variation de 0,47% à 7 219 points. Après la forte hausse de la veille principalement liée à l'inflation américaine, les investisseurs ont hautement spéculé sur les futures décisions de la FED concernant la politique monétaire américaine. Les opérateurs Fixed Income estiment qu’il n’y aura désormais plus aucune hausse de taux en 2023 et 56% d’entre eux prévoient une première baisse de taux en juin 2024. Pour cette journée, les opérateurs de marché auront à l'œil les prix à la production américains ainsi que les ventes au détail.
En Asie, la Bourse de Tokyo gagne 2,52%, à 33 519 points.
Le Brent s'échange à 82,57$ (-0,16%).
L'once d'or se négocie à 1 970,4$ (+1,29%).
L'euro/dollar évolue à 1,0873$ (+1,52%)."

ON S'EN FOUT ?

Rencontre Joe Biden et Xi JinPing aujourd'hui à San Francisco pour le sommet des pays d'Asie-Pacifique; Rexecode a publié une excellente étude qui explique que la Chine a réussi sa percée dans la voiture électrique grâce à une politique de subventions massives et une politique industrielle proactive, sans respecter les règles donc mais on a l'habitude ; Plus de 4 millions de Français auraient joué en ligne en 2023 selon l'Autorité nationale des jeux; il y aura peu de monde, aux Graaaaaandes Rencontres de Saint-Denis organisées par Emmanuel Macron, les LR ont dit non après le PS et les LFI, Bardella y va ; Les images de l'attaque du Hamas ont été diffusées hier à l'Assemblée nationale, on attend toujours la libération des otages...; Un grand bravo au syndicat Sud Rail qui envisage de gâcher les fêtes de fin d'année des Français avec une grève à la SNCF ; Le titre du jour dans le Parisien "Livreurs sans papiers, pas sans droits", ou la version 2.0 du lumpenproletariat ; Record de pluies en France depuis 26 jours, pauvre Pas-de-Calais ; Corse Matin met Joaquin Phenix en Napoléon en une ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

* RENDEMENT NON GARANTI, CALCULÉ HORS ÉVÈNEMENT DE CRÉDIT ET SUR LA BASE DES CONDITIONS DE MARCHÉ AU 31/07/2023 POUVANT ÉVOLUER DANS LE TEMPS. RENDEMENT NET DE FRAIS DE GESTION DU SUPPORT, HORS PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX ET HORS FRAIS DE GESTION APPLICABLES AUX UNITÉS DE COMPTES DES CONTRATS. LES PERFORMANCES FUTURES SONT SOUMISES À L’IMPÔT, LEQUEL DÉPEND DE LA SITUATION PERSONNELLE DE CHAQUE INVESTISSEUR ET EST SUSCEPTIBLE DE CHANGER À L’AVENIR. LE RENDEMENT ANNUALISÉ À MATURITÉ PRÉSENTÉ EST UNE ESTIMATION DES PERFORMANCES FUTURES À PARTIR DES DONNÉES DU PASSÉ RELATIVES AUX VARIATIONS DE LA VALEUR DE CET INVESTISSEMENT ET/OU AUX CONDITIONS ACTUELLES ; IL NE CONSTITUE PAS UN INDICATEUR EXACT ET N’EST PAS GARANTI.

A découvrir également

  • visuel-morning
    Investissez facilement sur l’explosion de la Bourse japonaise
    16/02/2024
  • visuel-morning
    Le Top / Flop des valeurs de la semaine par Euroland Corporate
    22/02/2024
  • visuel-morning
    Dernière ligne droite pour réduire votre impôt sur vos revenus de 2023
    22/12/2023
  • visuel-morning
    Immobilier : quel est ce « double avantage fiscal » dans le viseur du gouvernement ?
    20/10/2023
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt