Jeudi 05 octobre

C'est la dernière poche de résistance.
L'inflation et les hausses de taux d'intérêt commencent à freiner, un à un, tous les moteurs de la croissance.
Mais les banques centrales ne veulent pas baisser la garde.
La raison invoquée ?
La (trop) bonne résistance de l'emploi.
Tous les regards se porteront demain encore sur les chiffres du chômage aux États-Unis.
Explications.

LE PARADOXE DE L'EMPLOI

Pour l'instant, dans tous les pays développés l'emploi résiste.
Aux États-Unis il a même fait mieux que résister avec des tensions encore perceptibles entre l'offre et la demande.
On est encore proche du plein-emploi aux États-Unis, en Allemagne, en Grande-Bretagne ou encore au Japon.
Un paradoxe.
Comment peut-on être encore au plus bas du chômage alors que l'économie ralentit ?

UN PARADOXE EN APPARENCE SEULEMENT

L'explication est simple pourtant.
Très simple.
Et on revient, encore et toujours, à l'après-Covid.
Après le Covid, forts de leur épargne forcée qui leur a donné des moyens de tenir, grisés aussi (surtout aux États-Unis) par l'expérience d'avoir été payés sans travailler, les salariés ont provoqué ce qu'on a appelé "La Grande Démission".

LA GRANDE DÉMISSION

Les salariés ont quitté massivement leurs jobs.
Ils se sont aperçus pendant le Covid qu'ils étaient mal payés, pour certains, ou que leurs jobs ne leur plaisaient plus ou étaient trop difficiles pour d'autres.
Ils ont démissionné et ils ont attendu pour trouver le bon job.
Entre temps, l'économie post-Covid réclamait encore plus de bras que d'habitude.
Et on a donc eu ce goulet d'étranglement majeur entre une masse d'offres d'emploi non pourvues et une faible demande d'emploi.

CE DÉSÉQUILIBRE...

...a provoqué, notamment, une forte hausse des salaires.
Sujet d'inquiétude pour les banques centrales.
Or depuis quelques mois, l'économie ralentit et les salariés, surtout aux États-Unis, ont dilapidé leur matelas de sécurité.
Ils reviennent donc massivement sur le marché du travail.
Cela ne provoque pas encore de hausse du chômage parce que nous sommes encore en train de résorber le goulet d'étranglement.
Paradoxe encore, plus il y a de salariés qui reviennent sur le marché et PLUS il y a d'embauches puisqu’il y avait encore des millions de postes à pourvoir.

MAIS NOUS SOMMES EN FIN DE CYCLE

Les offres non pourvues commencent à se pourvoir massivement.
Et il y aura bientôt, à nouveau, plus de demandes sans offre adaptée et donc une stagnation de l'emploi et une remontée progressive, mais pas spectaculaire dans un premier temps, du chômage.
Cela se fera ce mois-ci ou dans deux ou trois mois mais la force de l'emploi va elle aussi commencer à faiblir.

À PART ÇA ? QUOI DE NEUF ?

LE P'TIT DÉJ'...

...va vous coûter de plus en plus cher.
Comme le souligne "Les Échos", les cours du sucre, du jus d'orange et du cacao flambent.
Le Cacao est même à son plus haut niveau depuis les années 80.
En cause, la météo et les aléas climatiques.
Vous allez devoir changer d'habitude alimentaire.
Reportez-vous sur les céréales et sur l'arabica (pas le robusta) dont les cours sont à la baisse.

LA COP 28...

...risque d'être étonnante.
Elle se tiendra d'abord à Dubaï, au centre des royaumes de l'énergie fossile.
De nombreux pays vont, à leur habitude, faire des promesses la main sur le coeur, qu'ils ne vont pas tenir.
D'autres ne vont même plus faire semblant.
C'est le cas de la Russie qui a déjà annoncé qu'elle s'opposerait à tout accord de réduction d'utilisation d'énergies fossiles, aujourd'hui, demain, et après-demain.
Pas d'inquiétude donc pour vos vacances au soleil : il va faire de plus en plus chaud.

AIRBNB : LE PIVOT ?

C'est son patron qui l'a annoncé.
Brian Chesky.
"Il faut qu'on aille au-delà de notre cœur de business".
Airbnb veut développer les services, les expériences mais également les locations de plus longues durées et même les locations de voitures.
Ils vont concurrencer donc tous ceux qui se présentent comme les "Airbnb de quelque chose".
Logique.

LE NOUVEAU BARÈME

On connait désormais le barème de l’IR 2024, celui qui va s’appliquer à vos revenus 2023.
N’excédant pas 11 294 € : 0 %
De 11 294 € à 28 797 € : 11 %
De 28 797 € à 82 341 € : 30 %
De 82 341 € à 177 106 € : 41 %
Supérieure à 177 106 € : 45 %
Du fait de l’inflation, les tranches ont été rehaussées de 4,8%... et c’est une bonne nouvelle.
Vous serez imposé à partir de 11 294 € contre 10 777 € cette année.
Si par exemple votre revenu imposable est de 80 000 €, vous serez imposé au taux marginal de 30% (pour vos revenus entre 28 797€ et 82 341€) , alors que cette année, vous auriez subi un impôt de 41% sur vos revenus entre 78 571 € et 80 000 €.
Bon, si vous avez bénéficié en 2023 d’une augmentation de plus de 4,8%, vous payerez quand même plus d’impôt…

L’AUTRE NOUVEAUTÉ

Depuis cette année, votre taux marginal d’imposition (11%, 30%, 41% ou 45%) figure dans votre avis d’imposition.
Vous connaissez donc le taux maximum, auquel vous êtes imposé, sur votre dernière tranche d’imposition.
Cela permet, notamment, de connaître la réduction que vous obtiendrez avec une déduction d’impôt.
Par exemple, si vous versez 1000 € dans un PER, ces 1000 € viennent en déduction de votre revenu imposable.
Vous « économisez » donc 1000 € de revenus imposables.
Si votre taux marginal est de 30%, votre économie d’impôt est donc de 300 € (un peu moins si la déduction vous fait basculer dans la tranche inférieure).
Si votre taux est de 41% ou 45%, votre économie d’impôt est de 410 € ou 450 €…
>> Obtenez une réduction d’impôt grâce au PER

DU CÔTÉ DE TTSO

Par Time To Sign Off, l’excellente newsletter du soir qui résume le must de l’actu du jour
"L'autre solution.
L’intelligence artificielle, pardi, c’est le remède à tout ! La semaine dernière c’est la BCE qui annonçait qu’elle allait utiliser l’IA pour mieux comprendre l’inflation (!!). Aujourd’hui, c’est le Canard Enchaîné qui relate qu’un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur a utilisé Bard (l’IA de Google) pour justifier son refus de visa à une réfugiée afghane. Et demain, Stanislas Guérini (Min. Fonction Publique) annoncera le déploiement d’un ChatGPT du service public pour aider les fonctionnaires à répondre aux questions des usagers.
La techno utilisée pour cette IA du service public (dans l’attente d’une solution "souveraine") ? Celle d’Anthropic, une société US dans lequel Amazon vient d’investir 4Mds$. Quelle bonne solution ! ".
N'hésitez pas à vous abonner à la newsletter du soir de TTSO. C'est très simple et c'est ici

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement
La hausse des taux accentue les craintes sur la croissance mondiale, pour les prochains mois. Dans ce contexte, le pétrole Brent est passé hier sous le niveau symbolique des 90$ le baril et se dirige vers les 85$, en perte d’environ 10% en une semaine seulement. Dans son sillage, il entraîne les majors pétrolières, dont Total qui a cédé 2% hier, à 60€ l’action, lanterne rouge du CAC 40. Ce matin, le titre perd 1% à l’ouverture, alors que le CAC 40 tente de rebondir au-dessus des 7 000 points dans les premiers échanges (+0,11% à 9h).
Aujourd’hui, la prudence devrait être de mise sur les marchés, avant la publication du très attendu rapport mensuel sur l’emploi américain, prévue demain à 14h30.
En Asie, la Bourse de Tokyo rebondit d’1,80%, à 31 075 points.
Le Brent s'échange à 86,4 $ (-4,53% sur 24h).
L'once d'or se négocie à 1 821,8 $ (-0,07%).
L'euro/dollar évolue à 1,051 $ (+0,06%).

ON S'EN FOUT ?

Spotify s'attaque à Audible (Amazon) et va proposer des livres audios dans ses abonnements ; Le sujet passionne peu les foules en France mais l'éjection du Président de la Chambre des Représentants aux États-Unis a ouvert une crise politique majeure et a mis en lumière la puissance des extrêmes ; Chouette, on va avoir des referendums dans lesquels on va pouvoir donner son avis, c'est Macron qui l'a dit ; Le titre du jour dans Le Parisien : "Marion Maréchal s'essaie au "cul des vaches", elle s'est rendue au Sommet de l'élevage de Cournon-d'Auvergne ; Dingue hier, le site de la SNCF a été complètement bloqué pendant quelques heures car c'était l'ouverture des réservations pour Noël, ce pays a vraiment un rapport étonnant aux vacances ; Newcastle-PSG: 4-1, no comment ; Je ne regarderai pas la saison 3 de Lupin qui sort aujourd'hui ; Je finis la saison 3 de Top Boy, excellente, et la saison 5 de Yellowstone, un peu répétitive et j'ai laissé tomber 66-5 sur Canal ; J'hésite à tester "sous contrôle" la série française sur Arte avec Léa Drucker, série encensée par la critique ; Vous pouvez passer votre chemin sur le thriller de Netflix avec Benicio del Toro et Justin Timberlake "Le reptile", une énorme banane, je viens de vous faire gagner 2h30 ; Spécial "Animaux" dans le Parisien aujourd'hui, les suppléments "animaux" vont remplacer progressivement les suppléments "enfants", il va falloir s'y habituer ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    Le compte à terme, toujours attractif en 2024 ?
    23/02/2024
  • visuel-morning
    Le point sectoriel par Euroland Corporate
    28/02/2024
  • visuel-morning
    Quels produits d’épargne pour réduire ses impôts à moindre risque ?
    07/12/2023
  • visuel-morning
    Sofidynamic, l’immobilier à haut rendement et 0 % de frais de souscription
    16/02/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt