Mardi 26 septembre

Il y a un mouvement de fond aux États-Unis et en Grande-Bretagne.
Un retour de balancier.
Un reflux du "green" que The Economist qualifie même d'"anti-green".
Pour des raisons politiques, pour des raisons financières. Mais pas seulement.
Explications.

RISHI SUNAK

La dernière offensive "anti-green" vient de Grande-Bretagne.
Du Premier ministre en personne Rishi Sunak.
Un tournant qu'il qualifie de "nouvelle approche" sur le climat.
Un euphémisme.
Il s'agit tout simplement d'un coup d'arrêt, voire d'un retour en arrière sur la transition écologique.
L'interdiction de vendre des véhicules à essence est repoussée.
De même que les interdictions concernant l'industrie fossile.

LA "NET ZERO STRATEGY"...

...est sérieusement remise en question.
Le "zéro émission" en Grande-Bretagne n'est pas pour demain.
Ni pour après-demain.

LES RAISONS DE CE RETOURNEMENT ?

Elles sont purement politiques.
Les Conservateurs sont loin derrière les Travaillistes dans les sondages.
Une débâcle annoncée.
Mais Sunak ne veut pas jeter l'éponge et se rappelle que les sondages ont souvent eu tort, surtout en Grande-Bretagne.
Et par ce revirement "populiste", il espère probablement regagner les votes de tous ceux qui pensent que cette transition écologique qu'on leur impose va plomber leur pouvoir d'achat.
Un calcul politique qui reflète cependant une véritable interrogation.

CAR UNE VASTE QUESTION SE POSE

Comment va-t-on résoudre une équation qui paraît insoluble ?
Comment accélérer la transition écologique et atteindre les objectifs fixés, des objectifs qui sont d'ailleurs déjà considérés comme trop timides face à la dégradation de la situation, sans faire exploser les prix et faire exploser les dettes des États ?

CE N'EST TOUT SIMPLEMENT PAS POSSIBLE

Mais les gouvernements ont du mal à accepter et encore plus à dire la vérité sur le sujet et on les comprend.
Une "véritable" transition écologique va demander des investissements phénoménaux, privés mais surtout publics compte tenu d'une "rentabilité" incertaine à court et moyen terme.
Or, la dette mondiale est déjà à un niveau record.
Elle va demander également un sacrifice majeur en matière de prix et de pouvoir d'achat, un sacrifice nécessaire certes, mais un sacrifice tout de même : quel ménage ou quelle entreprise est prêt, par exemple, à payer aujourd'hui le "juste" prix de l'électricité ?

ON VOIT BIEN QU'ON EST FACE À UN MUR

Un mur vert.
Et que chacun y va de son hypocrisie (ceux qui font croire qu'on peut atteindre le net zéro sans choc brutal), de son manque de courage (ceux qui savent mais n'osent pas dire la vérité) ou de son populisme (ceux qui préfèrent dire qu'on peut attendre).

AUX ÉTATS-UNIS

De nombreux états mènent une campagne anti-verte qui s'est élargie à une campagne anti-woke.
Le pays est coupé en deux.
Et cette "sécession" est de plus en plus apparente dans les élections régionales mais également dans les projections de l'élection présidentielle.
Il faut choisir son camp.
Vert ou anti-vert.
Woke ou anti-woke.

DANS LE DOMAINE DE L'INVESTISSEMENT

On voit par exemple de nombreuses sociétés de gestion faire machine arrière sur les fonds dits ESG (critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) ou les investissements dits socialement responsables devant la pression de certains états.
On note par exemple, le reflux des souscriptions aux ETF, les fonds indiciels, ESG.

LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE...

...est un choix politique majeur qui aura des conséquences économiques majeures.
Il faut être réaliste.
Les plans, comme celui présenté lundi par le gouvernement français et qui vise à réduire les émissions de CO2 de 55% d'ici 2030, sont irréalistes.

À PART ÇA ? QUOI DE NEUF ?

PAS CRÉDIBLE

On le savait tous.
Mais le Haut Conseil des finances publiques l'a dit tout haut.
Le plan d'économies budgétaires présenté en grandes pompes par le gouvernement pour rassurer l'Europe et l'Allemagne est totalement bidon.
Il s'appuie sur des hypothèses qui vont au-delà de l'optimisme : elles sont irréalistes.
Voilà, c'est dit.
Mais l'Europe et l'Allemagne n'auront pas d'autres choix que de faire semblant d'y croire.

STEFANOS KASSELAKIS

Goldman Sachs mène à tout.
On le savait déjà avec la multitude de responsables politiques ou d'instances monétaires issus de la banque d'affaires.
Mais là c'est un peu plus surprenant.
Un ex-Goldman, Stefanos Kasselakis est devenu le dirigeant de Syriza, le parti d'opposition de gauche en Grèce.
Il a mené une campagne agressive sur les réseaux sociaux qui lui a permis de sortir d'un total anonymat.
Sa tâche ne va pas être facile avec une gauche radicale qui a déjà déclaré qu'il n'était pas de gauche.
Bonne ambiance.

QU'EST-CE QUI ALIMENTE...

...la consommation des ménages aux États-Unis ?
On peut s'interroger.
Comment la consommation résiste-t-elle alors que l'épargne des ménages a été totalement dilapidée et que les taux freinent un endettement des ménages déjà à des niveaux records ?
Un rapport de la FED avance deux raisons :
1. La progression des salaires.
2. L'épargne des 20% des ménages les plus riches est encore au-dessus de son niveau pré-Covid.
Deux bonnes raisons.

REVOIR

Si vous aimez la Bourse et notamment les petites valeurs, je vous conseille vivement de regarder mon interview de jeudi dernier de Laurent Fiard, Président de Visiativ, petite valeur cotée en Bourse spécialisée dans l'intégration de logiciels collaboratifs pour les entreprises.
Une vraie « pépite » qui ambitionne de doubler de taille pour porter son chiffre d’affaires à 500 millions d’€ à horizon 2028, avec une accélération à l’international.
Je l’ai interrogé sur ce plan stratégique particulièrement ambitieux.
>> Découvrez l’interview du dirigeant de Visiativ

DU CÔTÉ DES PLACEMENTS

Par Olivia Boulay, chargée de contenu patrimonial, Meilleurtaux Placement
La bonne nouvelle du jour : le remboursement de notre produit M Rendement 8. Lancé en 2022, ce produit permettait de viser un rendement attractif de 8,04 %* par an avec une barrière de protection jusqu’à 50 % de baisse de son indice de référence à échéance 10 ans.
Mais les investisseurs n’ont pas eu à attendre 2032. Le produit prévoyait un remboursement en anticipé au bout de 14 mois (puis tous les mois), dès lors que l’indice dépassait son niveau initial.
Les investisseurs vont donc obtenir dans les prochains jours le remboursement du capital investi majoré d’un gain 9,38 %*.
Pour profiter d’un produit structuré avec des caractéristiques similaires, une barrière de même niveau, et un objectif de gain (sous conditions) plus élevé, vous pouvez investir aujourd’hui sur notre dernière opportunité lancée il y a quelques jours
>> Je souhaite découvrir la nouvelle opportunité meilleurtaux Placement

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement
Les grandes places poursuivent leur correction baissière. Le CAC40 a cédé 0,85% hier soir, et perd 0,65% à l’ouverture ce matin (à 7 078 points). Les marchés continuent d’être plombés par la hausse des taux obligataires : le rendement des emprunts d'État américains à 10 ans atteint 4,55%, son niveau le plus élevé en 16 ans. En France, il faut remonter à janvier 2012 pour retrouver le niveau actuel de l’OAT 10 ans : 3,37%.
Le calendrier économique est assez léger ce mardi. Côté américain, on attend surtout un indice de confiance des consommateurs et les ventes de logements neufs réalisées en août. Surtout, les investisseurs surveilleront si les taux obligataires continuent de monter...
En Asie, la Bourse de Tokyo perd 1,11% ce matin, à 32 315 points.
Le Brent s'échange à 92,4 $ (-1,6% sur 24h).
L'once d'or se négocie à 1 911,1 $ (-0,75%).
L'euro/dollar évolue à 1,058 $ (-0,18%).

ON S'EN FOUT ?

Le titre du jour dans les Echos : "L'inexorable déclin des foires aux vins, abandonnées par les grands crus", un drame ; L'autre titre du jour dans Le Parisien : "Face à la crise du logement, la peur d'une "bombe sociale" avec la chute des constructions, la hausse des taux et les "passoires" interdites à la location" ; Selon Nature Geoscience, l'Amérique, l'Europe, l'Asie et l'Afrique vont se rapprocher et ne former qu'un seul continent...dans 250 millions d'années : on a le temps de voir ; Le sujet qui préoccupe la France : le retour d'Antoine Dupont ; Canal+ ne participera pas à l'appel d'offres de la L1 et accuse la Ligue de Football de favoriser Amazon ; Il n'y a que deux clubs de Sumo en France, l'un à Paris, l'autre à Perpignan ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    Le compte à terme, toujours attractif en 2024 ?
    23/02/2024
  • visuel-morning
    L'édito de Marc
    23/02/2024
  • visuel-morning
    Calendrier défiscalisation : les dates et nos événements
    08/12/2023
  • visuel-morning
    Comment se portent les SCPI de santé ?
    13/10/2023
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt