Après le rebond des marchés boursiers, comment viser plus de 5% par an pour les prochaines années ?

vendredi 09 avril
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 2 mois - Le 09/04/2021 à 16h04

Pas simple aujourd’hui de se lancer dans un investissement corrélé aux actions. Après le krach de 2020 qui a rappelé à quel point l'investissement boursier peut être risqué, et le rebond puissant qui a surpris plus d'un observateur, les particuliers ne savent plus si le moment est opportun pour miser sur la hausse des indices. Quelles solutions existent pour ceux qui sont prêts à prendre une part contrôlée de risque, sans tout miser sur la poursuite du rebond des marchés financiers ?

Investissement en actions mais protection supplémentaire

L’intérêt d’un investissement en actions est que le rendement espéré est bien plus élevé que toutes les autres classes d’actifs. Mais plus l’action peut rapporter, plus les risques sont élevés. Demandez aux investisseurs qui ont acheté des fonds actions début 2020, en PEA ou unités de compte dans leur assurance-vie.

Aujourd’hui, après un beau rebond des indices boursiers au deuxième semestre 2020, beaucoup d’épargnants sont tentés d’investir sur des produits d’actions, en espérant qu'avec les vaccins, le plus dur est derrière nous, que la situation sanitaire va s'améliorer et permettre une reprise économique, et que l’investissement sera gagnant sur quelques mois ou même quelques années.

Pas facile pourtant de se lancer alors qu'il y a encore beaucoup d'incertitudes et que les indices boursiers paraissent finalement assez chers après leur rebond au second semestre. Qui peut prédire aujourd’hui que nous n’aurons pas une nouvelle vague, un nouveau confinement, des faillites d'entreprises et une baisse de 10 voire 20% par rapport aux cours d’aujourd’hui ? Alors oui, investir en actions aujourd’hui est très tentant, mais ce n’est, comme souvent, réservé qu’aux profils dynamiques.

En investissant plutôt dans un produit structuré, on rajoute à son investissement une protection bienvenue en cette période complexe. Il s’agit d’un filet de sécurité qui offre une protection partielle du capital : tant que le sous-jacent ne passe pas sous une barrière définie (25%, 35%, 50%... selon les produits), le capital est protégé à l’échéance.

À titre d’exemple, pour schématiser, si vous achetiez aujourd’hui un produit structuré dont le sous-jacent est à 6 000 points, avec un filet de protection à 50%, votre capital est garanti* à l’échéance si, à ce moment, le sous-jacent n’est pas sous les 3 000 points (et même si le sous-jacent a franchi cette barre en cours de vie du produit). De quoi se lancer en gardant un bon niveau de protection. Mais ce n’est pas tout…

>> Pour en savoir plus sur les produits structurés et découvrir l'opportunité du moment, demandez à être rappelé(e) par un conseiller



Limiter l’importance du point d’entrée

Pour tout achat d’un fonds actions, le timing d’entrée est important. Par exemple, début 2020, lorsque les indices boursiers étaient au plus haut, de nombreux particuliers commençaient à s’intéresser à un investissement en actions, alléchés par les performances passées attractives. Comme souvent dans les périodes euphoriques, c’était sans doute le pire moment pour investir. Bien sûr, c’est aussi très difficile d’investir au moment où les marchés baissent, par crainte du krach. Aujourd’hui, la période parait plus propice à un investissement sur les marchés actions, mais en gardant une certaine sécurité…

Les produits structurés permettent de viser justement un objectif de rendement nettement plus élevé que le fonds en euros sans pour autant assumer pleinement le risque d'un investissement pur en actions.

L’investissement en produits structurés permet en plus de limiter l’effet du point d’entrée. En cas de mauvais timing sur un investissement boursier, vous pourriez vite vous retrouver en moins-value de 10% voire plus. Et même en cas de rebond des marchés, vous pourriez mettre plusieurs mois ou plusieurs semaines à retrouver votre niveau d’achat.
Avec certains produits structurés, le coupon servi (4%, 5%, 7%* selon les produits) est "gardé en mémoire", en cas de mauvais timing.
Mais tous les ans, lors de la date de constatation annuelle, si le sous-jacent est au-dessus de son niveau d’origine, alors le produit est remboursé* par anticipation, et surtout, tous les coupons des années précédentes, gardés en mémoire, sont servis. Le rendement est donc fixe et stable, même en cas de baisse limitée de l'indice de référence.

Prenons là encore un exemple : vous achetez aujourd’hui un produit structuré dont le sous-jacent est à 6 000 points, avec un filet de protection à 50%. Admettons que le sous-jacent baisse et n’est plus qu’à 5 000 points un an plus tard. Il remonte l’année suivante à 5 500 points. Puis la troisième année, il repasse au-dessus des 6 000 points. Alors, votre produit structuré est remboursé* et surtout, les trois coupons vous sont versés. 18 %* sur 3 ans si on prend l’hypothèse d’un coupon à 6%. Contre 0% si vous aviez investi directement en actions. La performance sur 3 ans sur le produit est donc attractive alors même qu'elle a été nulle sur l'indice. Le temps d'attente a été rémunéré. On a utilisé les actions au service d'un rendement patrimonial de long terme.

Prenons maintenant l’hypothèse que le sous-jacent ne remonte pas au-dessus de 6 000 points et que, à l’échéance, il est à 4 500 points (baisse de 25%). Dans ce cas le produit est remboursé à 100%* (puisqu’il a un filet de protection à 50%). Mais certains produits ont également un effet coussin. C’est-à-dire qu’à l’échéance, même en cas de baisse modérée du sous-jacent (25%, 30% ou 40% selon les produits), il verse, en plus du capital, l’ensemble des coupons gardés en mémoire. Et dans ce cas, alors que le sous-jacent a perdu 25%, la performance du produit est égale à 6%* (niveau du coupon) multiplié par le nombre d’années écoulées jusqu’à l’échéance.

>> Inscrivez-vous sur la liste d’attente pour le lancement de notre nouveau produit structuré



Un résultat connu d'avance

Au niveau de l'espérance de gain d'un investissement en actions, il y a un autre facteur qui rentre en jeu : la qualité du gestionnaire, qui rajoute un aléa supplémentaire pour votre investissement en actions, que vous gériez vous-même ou que vous déléguiez la gestion :

• Si c’est vous le gestionnaire, vous savez bien que vous n’êtes pas à l’abri de sélectionner les actions qui feraient moins bien que les indices boursiers…
• Mais c’est la même chose avec un gérant professionnel : vous ne pouvez pas être sûr que votre gérant parviendra à faire de la performance, même dans des marchés haussiers. Combien d’épargnants se sont déjà retrouvés face à leur gérant qui leur explique pourquoi il n’a pas réussi à reproduire les performances attendues (mais qui prend quand même ses frais de gestion) ? N’oubliez pas que les gérants n’ont pas d’obligations de performance…

Avec les produits structurés, il y a une obligation de performance : c’est-à-dire que votre performance sera forcément égale à la performance attendue selon le scénario avéré. C’est MATHÉMATIQUE. Dès la souscription du produit, vous savez dès le départ combien vous pouvez gagner (le coupon), l’horizon maximum, et les différents scénarios, qui ne sont pas nombreux, sur les marchés :

• Votre capital est garanti* si le sous-jacent n’est pas sous la barrière de protection à l’échéance (s'il est sous la barrière de protection, la perte équivaut à celle du sous-jacent);
• Vous touchez les coupons si le sous-jacent ne baisse pas sous le niveau défini dès le départ ;
• Le produit peut être rappelé chaque année selon certaines conditions, dans ce cas vous récupérez le capital et vous touchez les coupons*.

Il n’y a pas d’autres scénarios.
Il n’y aura pas de gérant qui va venir vous expliquer pourquoi ça ne s’est pas passé comme prévu.
C’est mathématique.
Et c’est très rassurant pour les épargnants.

>> Pour en savoir plus sur les produits structurés et découvrir l'opportunité du moment, demandez à être rappelé(e) par un conseiller



Un cadre est optimisé

Les produits structurés n’ont pas la réputation d’être rassurants pour les épargnants.
« Produit structuré ». Le nom fait peur et fait ressurgir les fantasmes de la crise bancaire et rappellent certains articles grand public à charge. Pour un investisseur au profil équilibré ou prudent, cette solution ne semble pas adaptée, plutôt destinée aux investisseurs aguerris et spéculateurs.
Cette méfiance n’est pas infondée : elle ressort de plusieurs dizaines d’années de pratiques où la rentabilité pour le client passait après celle de la banque émettrice. La complexité et les risques liés à ces produits initialement créés pour des institutions financières ou des grandes fortunes n'étaient pas adaptés au grand public.

C’est à partir des années 2000 que ces produits se sont démocratisés. Pendant quelques années, ces produits ont profité des marchés haussiers : les fonds étaient donc rappelés chaque année et le banquier proposait un nouveau produit à son client qui, puisqu’il avait gagné de l'argent, était de plus en plus confiant. Jusqu’au jour où les marchés se sont retournés et que les épargnants qui n’étaient pas bien informés des risques de leurs investissements, ont subi de lourdes pertes.

Aujourd’hui, ce marché s’est assaini. Les autorités de tutelles (AMF et ACPR) ont imposé un cahier des charges en matière de communication financière très précis obligeant les émetteurs à limiter la complexité des mécanismes et permettant au particulier d’être parfaitement informé sur les risques inhérents à ce type de prise de position. Aujourd’hui les produits sont beaucoup plus simples, les scénarios moins nombreux, les sous-jacents limités (finis les indices exotiques type indice immobilier espagnol), et les plaquettes commerciales validées par l’AMF.

Le produit structuré est donc un bon compromis pour se familiariser avec la Bourse. Idéal pour commencer en douceur avec souvent un ticket minimum faible, un objectif de gain annuel compris entre 5% et 7%* et la possibilité de bénéficier de la fiscalité attractive et souple de l’assurance-vie si vous y logez votre produit.

Le cadre est donc idéal :

- Pas de frais d'entrée : votre première performance, c’est l’absence de frais ou de commission de souscription. Tous les produits structurés proposés par MeilleurPlacement sont exonérés de frais d'entrée, contrairement à ce qui est proposé par les réseaux bancaires traditionnels. Les seuls frais à payer sont les frais de gestion du contrat d'assurance vie (les frais de gestion des contrats d'assurance vie proposés par MeilleurPlacement sont parmi les plus bas du marché de l'assurance vie en France).

- Des produits sélectionnés rigoureusement par les experts de MeilleurPlacement de manière totalement indépendante et objective, afin de proposer des produits adaptés à différents profils d'investisseurs et avec un couple rendement/risque optimisé.

- La fiscalité douce : En investissant dans le cadre de l'assurance-vie, vous bénéficiez de la fiscalité avantageuse de ce placement :
Pas d'impôt tant que vous ne faites pas de retrait.
Seule la part de gains comprise dans le retrait est imposée.
• Lorsque votre contrat a plus de 8 ans, un taux d'IR qui peut être réduit (7,5 % au lieu de 12,8%) et surtout des abattements annuels sur les gains (4600 euros pour un célibataire, 9200 euros pour un couple.

MeilleurPlacement proposera très prochainement un produit structuré avec un filet de sécurité, un coupon et un effet coussin à l'échéance. Une opportunité rare qu’il ne faudra surtout pas manquer.

>> Inscrivez-vous sur la liste d’attente pour le lancement de notre nouveau produit structuré



Communication non contractuelle à but publicitaire

* Hors prélèvements fiscaux et sociaux et frais de gestion applicables aux contrats d'assurance vie ou de capitalisation concernés, hors faillite ou défaut de paiement de l'émetteur et de son garant, pour un investissement pendant la période de commercialisation. Une sortie anticipée du support (par suite de rachat, d'arbitrage ou de décès prématuré de l'assuré) se fera à un cours dépendant de l'évolution des paramètres de marché au moment de la sortie (niveau de l'indice sous-jacent, des taux d'intérêt, de la volatilité, des primes de risque de crédit) et pourra donc entrainer un risque sur le capital, non mesurable à priori.

Les produits structurés présentent un risque de perte en capital. Cet investissement s’adresse à des investisseurs disposant des connaissances et de l’expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques inhérents au support proposé. Il est recommandé à tout souscripteur intéressé, d’apprécier, au regard des risques encourus et sur la base de son propre jugement ou des recommandations des conseillers qu’il aura estimé utile de consulter, l’adéquation du support à ses besoins et à sa situation patrimoniale et fiscale.

A lire également
On achète ou on vend Groupe Flo et Air Liquide ?

Christian Cambier de Swiss Life Gestion Privée et Christian Bito de CBT Gestion, ont donné leurs tuyaux d'investissement dans l'émission C’est votre argent, du vendredi 20 novembre 2015, présenté par Marc Fiorentino, sur BFM Business.

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com

visuel-morning
JOURNAL DE MONFINANCIER La nouvelle idolâtrie