LA BAISSE DES MARCHES EMERGENTS

mercredi 26 mars
Auteur: Marc Fiorentino
Il y a 11 ans - Le 26/03/2008 à 09h03

Baisse de 30 à 40% des bourses dans les pays émergents en 6 mois et toujours pas de rebond.

C'est vrai que ceux qui ont cru à la fable des pays émergents comme valeurs refuges en temps de crise en sont pour leurs frais. Il y avait une bulle sur les pays émergents et elle est en train d'exploser. Mais le point intéressant à noter c'est qu'on commence à distinguer au sein des marchés émergents des blocs qui vont avoir tendance à évoluer de façon contrastée et qu'on ne va bientôt plus pouvoir parler des marchés émergents comme d'un seul bloc. Ce qu'on observe déjà depuis quelques semaines c'est que les émergents européens, c'est à dire l'europe de l'est et la Russie, sortent petit à petit du bloc émergent pour se rapprocher du bloc européen et affichent des profils de risque et de rentabilité extrêmement favorables.

Même chose pour les marchés d'Amérique du Sud

Certains investisseurs jouent la carte du repli des Etats Unis, avec un isolationnisme qui englobera toute l'Amérique. Si les Etats Unis se replient sur leur continent et améliorent leurs relations avec des pays d'Amérique du Sud peuplés et riches en matières premières, ce sera un deuxième souffle pour les émergents d'Amérique du Sud.

ET pour le reste des pays émergents ?

Il faut distinguer les pays sans ressources naturelles comme la Chine par exemple qui vont traverser de façon certaine une crise profonde et ceux qui ont des ressources naturelles comme les pays du Golfe ou encore certains pays d'Afrique dont l'économie suivra les fluctuations du cours des matières premières. C'est un tournant pour les pays émergents, encore un. On ne pourra bientôt plus parler d'eux comme d'un groupe monolithique.
A lire également
Assurance vie : La fiscalité des successions plus douce?

Michel Sapin devrait abroger dans les prochains jours la réponse ministérielle Bacquet-Auriol. Depuis 2012, cette doctrine compliquait les successions lorsque chaque conjoint avait un contrat d'assurance vie alimenté par des fonds communs. Ce qui était le cas de la majorité des ménages français. Et en plus de compliquer la donne, elle pouvait augmenter les droits de succession à payer. Sa suppression est donc une bonne nouvelle pour l'assurance vie, plus simple et toujours diablement efficace !

Lire la suite
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com