La guerre des monnaies

mercredi 07 avril
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 mois - Le 07/04/2021 à 07h15

Les États-Unis et la Chine sont en guerre.
En guerre économique.
Cela ne fait aucun doute.
Les affrontements se multiplient.
Sanctions, taxes, droits de douanes, interdictions.
La Chine rattrape son retard sur les États-Unis et vise la première place économique.
Mais les États-Unis ont encore l'arme absolue: le dollar.
Le Wall Street Journal raconte comment la Chine veut briser cette domination.

LA CHINE...

...voit un obstacle majeur dans sa course à la suprématie économique.
Le dollar.
Le dollar, omniprésent dans les échanges commerciaux.
Le dollar, arme fatale au service des États-Unis.
Quand les États-Unis sanctionnent un pays, comme la Corée du Nord, alliée de la Chine, ils ne se contentent pas d'arrêter tout échange entre une entreprise américaine et le pays visé, ils interdisent également à toute entreprise qui utilise le dollar, quelle que soit sa nationalité, d'échanger avec le pays sanctionné.
Et toutes les entreprises ou les banques utilisent obligatoirement le dollar.

LE YUAN...

...ne représente aujourd'hui qu'une part infime, 4%, des règlements des échanges internationaux.
Par le dollar, les États-Unis règnent sur le monde et peuvent décider du sort économique d'un pays, d'une banque, d'une entreprise ou même d'une personne proche du pouvoir des pays visés.
Même si les échanges de monnaies se font de plus en plus dans le monde virtuel, le dollar reste sous contrôle américain.
Et les États-Unis ne contrôlent pas seulement le circuit des dollars, ils contrôlent tout le circuit financier.
Si des pays ou des entreprises décidaient d'utiliser le yuan pour contourner les sanctions américaines, ils devraient passer par les circuits financiers classiques, notamment pour les virements.
Et du fait de la prépondérance du dollar, ces circuits sont sous contrôle américain.

LA CHINE...

...cherche donc la parade.
Depuis des années.
Et le Wall Street Journal décrit sa nouvelle offensive, dans une histoire digne d'un John Le Carré
Pour échapper au dollar et aux circuits classiques de circulation des monnaies, la Chine a décidé de miser sur les monnaies virtuelles.
Elle a décidé d'accélérer son programme de déploiement d'un cyber yuan.

UN CYBER YUAN...

...peut s'échanger en dehors des circuits classiques financiers.
Comme le bitcoin et les autres monnaies virtuelles.
Et donc échapper au contrôle américain.
Il permettrait à des États sous sanction comme l'Iran et la Corée du Nord de continuer à échanger des biens et des services, notamment avec la Chine.

L'AUTRE AVANTAGE...

...pour la Chine d'un cyber yuan est le fait que la Chine pourra contrôler directement, instantanément, TOUTES les transactions faites par les Chinois.
Pas besoin d'un contrôle a posteriori fastidieux, dès qu'un Chinois effectue un paiement avec un cyber yuan, les autorités sont informées.
Une arme supplémentaire de contrôle, aussi efficace que la reconnaissance faciale.

LA CHINE...

...accélère.
Elle a décidé de passer à la vitesse supérieure quand Facebook a annoncé son projet de création de monnaie virtuelle.
Craignant que les États-Unis dominent les monnaies virtuelles, comme ils dominent les monnaies dans le "monde d'en bas", la Chine veut prendre les devants.
La guerre des monnaies a commencé.

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

DES TRÈS BONNES NOUVELLES

La vaccination progresse dans le monde.
Et plus elle progresse, plus le rebond de la croissance est puissant.
Et elle progresse même, enfin, en Europe et en France.
Le FMI a donc décidé de réviser à la hausse ses prévisions de croissance.
Même pour la France.
Youpi!

YOU'RE FIRED

Le Credit Suisse a viré ses dirigeants.
Et notamment les responsables du "risque".
Il faut dire que le Credit Suisse a tout de même perdu 4.7 milliards de $ sur un seul client.
Le family office Archegos.
En matière de contrôle de risque, on pouvait faire mieux.

L'AUTRE CATA DU JOUR

Deliveroo.
Après avoir baissé de 30% le jour de l'introduction en bourse, l'action se traîne.
Et on apprend même ce matin que Goldman Sachs, une des banques qui a fait l'introduction, a dû acheter des actions dans le marché, massivement, pour soutenir le cours.
Le dumping social ne paie pas toujours...

FASCINANT

Encore un signe du pouvoir des États-Unis, dont on annonce pourtant régulièrement le déclin.
Cela fait des décennies que le monde se livre à un dumping fiscal.
Avec une chute brutale du taux d'impôt sur les sociétés dans le monde.
Avec la bénédiction des États-Unis.
Mais il suffit que les États-Unis se réveillent plus "social" en voulant remonter leur taux d'imposition pour qu'ils cherchent à l'imposer au reste du monde.
Leur motivation est simple: maintenant qu'ils ont décidé de remonter les impôts, ils ne veulent pas de concurrence "déloyale".
Et ils vont finir par réussir à imposer un taux minimum d'imposition.
Comme ils avaient réussi à imposer la levée du secret bancaire.
La Chine n'a pas encore gagné la guerre économique.

J-33

Plus que 33 jours.
Tenez bon.
C'est bientôt terminé !

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse MP
Hier, le CAC40 clôturait en hausse de 0,47%, à 6 131 points. Les investisseurs continuent d'afficher leur optimisme sur les marchés, soutenus par les perspectives de reprise économique. Le FMI a une nouvelle fois relevé ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale, à 6% en 2021 (contre 5,5% dans sa précédente estimation).
Le Nikkei termine la séance de ce mercredi dans le vert (+0,12%), proche des 30 000 points. Le CAC40 est attendu en légère hausse à l’ouverture. Deux temps forts animeront les grands indices mondiaux ce mercredi : les enquêtes Markit sur les services en Europe et le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine.
Le Brent se négocie à 62,80 $.
L'once d'Or se négocie à 1 742 $.
L'euro/dollar est à 1,187 $.

ON S'EN FOUT ?

Je ne comprends toujours pas pourquoi l'action Air France reste cotée, c'est absurde, la société dépend totalement de l'État; ce soir il paraît qu'il y a un match de foot important; bon, vous avez entendu parler ou vécu en direct le bug hier sur les cours à distance, pas la peine d'en rajouter; Lustucru va acheter Panzani, quelle époque; Pascal Pich, ultratriathlète, va parcourir 18 093 kms, soit 786 kms par jour, la distance de Paris à Vera Cruz au Mexique...sur son home-trainer; Catherine Deneuve is back dans une pub pour Le Bon Coin; à revoir sur C8 ce soir "Nous nous sommes tant aimés" d'Ettore Scola; l'affaire des "diners clandestins" est le buzz du jour; j'aime bien cette citation d'Einstein, publiée sur Twitter par Cohérence, "La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre à un résultat différent"; Kim Kardashian a rejoint le club des milliardaires, c'est déprimant.

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com