La résistance britannique

vendredi 25 octobre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 8 mois - Le 25/10/2019 à 06h58

La série (il ne faut plus dire feuilleton) Brexit continue. On devrait se rapprocher de la fin mais on ne peut pas exclure une nouvelle saison. De nombreux rebondissements sont encore possibles. Mais il y a un élément étonnant, bluffant même : l’économie britannique ne s’est pas effondrée. Malgré plus de 3 ans d’incertitude totale. Elle a ralenti, certes. Mais pas plus que les autres pays européens.

L’INCERTITUDE…

N’est pas seulement politique. Si elle n’était que politique, la résilience de l’économie ne serait pas spectaculaire.
Beaucoup de pays comme l’Espagne ou encore la Belgique ont continué à croître, malgré une incertitude politique totale, amplifiée par une absence de gouvernement.
Ici, il y a incertitude politique mais aussi incertitude économique.
Majeure.
On ne connaît pas, depuis plus de 3 ans, le cadre futur de l’économie britannique.
Tout est possible.
Même le pire.
Et pourtant…

LA MACHINE

Continue à tourner.
L’emploi ralentit un peu mais la Grande-Bretagne est encore en situation de plein-emploi.
Les entreprises investissent moins mais elles investissent encore.
Les industries ralentissent, comme partout, mais les services se tiennent bien.
Les consommateurs continuent à consommer et il ne s’agit pas simplement de stocker par crainte de la pénurie liée à la fermeture de frontière ou l’explosion des droits de douane.
Rien n’est gagné certes mais, pour l’instant, la Grande-Bretagne résiste.
Et c’est impressionnant quand même.

1.2%

C'est la croissance attendue pour 2019 en Grande-Bretagne.
Comme la France, auto-sacrée "locomotive de la croissance de la zone euro".
Mais 3.9% de taux de chômage.
Nous sommes à 8.5%.

NO COMMENT

Macron : "Le port du voile dans l'espace public n'est pas mon affaire".

DES RIRES ET DES PLEURS

Phénoménale amplitude de variations des valeurs avec l'annonce des résultats trimestriels.
Tesla rentable au troisième trimestre et démarrage avancé de la production en Chine : + 20%.
Twitter se loupe encore avec des résultats décevants : -18%.
Idem pour Europcar et c'est une chute de près de 40%.
Pour Nokia ce sera 23% de baisse...
Hier soir, après la clôture, c'est Amazon qui se prenait une claque de 10% et Jeff Bezos qui perd donc sa couronne d'homme le plus riche du monde au profit de Bill Gates, pour l'instant.
Et grosse tempête prévue aujourd'hui pour Ubisoft et Capgemini qui lancent des avertissements.
C'est passionnant, surtout pour ceux qui aiment faire du trading.
Si c'est votre cas, regardez notre vidéo intitulée sur "comment jouer la publication des résultats d'entreprises" : ici.
Et si vous n'êtes pas encore abonné à nos conseils boursiers : testez notre service gratuitement pendant 1 mois

LE BUSINESS CASE DU JOUR

Netflix.
L’actualité : Netflix a levé encore 2 milliards de dettes.
Dette à long terme : 15 milliards de $.
Pour financer la production de contenus.
Pour faire face à la concurrence de Disney, entre autres.
Les chiffres : Netflix est rentable.
Sur 2019, 1.3 milliard $ de bénéfice pour 14.7 milliards de CA (ça change des WeWork, Uber, etc.)
2018 : 1.2 milliard $ de bénéfice, 18.9 milliards de CA
Le cours a chuté de près de 30% depuis son niveau le plus élevé de juillet 2019.
Baisse de plus de 40% depuis son record historique.
Les cours :
Introduction en 2002 autour de …1$
Record, juin 2018 …423 $
Cours actuel ...271 $
Capitalisation : 118 milliards de $
La question : Le ratio capitalisation bénéfice, le PER, est de 85.
On achète ou on vend ?
(Je vous laisse le week-end pour réfléchir…).

LA CONVICTION DU JOUR

Elle vient de Sébastien Lalevée.
Co-fondateur de la société de gestion Financière Arbevel.
« On est à un point d’entrée sur le segment des small caps »
« L’écart de performance entre les grandes et les petites capitalisations boursières françaises est frappant : près de 30% en deux ans, dividendes réinvestis ».
En cause, la course à la liquidité.
Sa conclusion : bons points d’entrée sur les small caps, dans l’absolu, et relativement aux larges caps et au private equity.
Je cite.

LA DATE DU JOUR

12 décembre.
C'est la date que propose Boris Johnson.
Pour des élections anticipées.
En échange, il laissera plus de temps au Parlement pour étudier son plan.
Plus de temps mais pas trop quand même car il veut que le vote sur le plan ait lieu au plus tard le 6 novembre.

C'EST VOTRE ARGENT EXCEPTIONNEL

Pourquoi les Français épargnent-ils tant ?
La France est-elle redevenue compétitive ?
Les taux peuvent-ils remonter en Europe ?
La Chine va-t-elle ralentir l'économie mondiale ?
Faut-il acheter encore la Bourse ?
Sur quelles valeurs miser ?
Vous le saurez avec nos Jedi de l'économie et de la finance, un plateau de choc : Pascale Seivy, responsable d’équipe chez ODDO BHF Banque Privée; Romain Burnand, directeur général de Moneta AM; Pierre Schang, gérant actions chez Tocqueville Finance; Michel Ruimy, professeur à l’ESCP Europe et Sciences-Po Paris; et Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique chez Saxo Bank
A ne pas manquer.
Ce soir à 20h sur BFM Business.
Rediffusion samedi à 11h et dimanche à 19h.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Sans avoir eu de réaction à la dernière conférence de presse de Mario Draghi, le CAC 40 a terminé la séance du jour en hausse de 0.56 % à 5 684 points. Le futur ex-président de la BCE a annoncé que la Banque Centrale allait laisser ses taux inchangés.
Outre-Atlantique, le Dow Jones (-0.11 %) et le Nasdaq (+0.81 %) ont terminé en ordre dispersé en raison de résultats d'entreprises mitigés. Par exemple, 3M a abaissé ses objectifs annuels, mais d'autres publications ont été bien accueillies, dont celles de Microsoft et de Tesla.
Le Nikkei a fini en hausse de 0.22 % grâce entre autres à la progression des valeurs des semi-conducteurs, soutenues par le relèvement des prévisions de l'américain Intel.
Le CAC 40 est attendu à l'équilibre ce matin, après que Boris Johnson a plaidé hier en faveur de l'organisation d'élections législatives anticipées.
Le Brent se négocie à 61.47 $ contre 60.98 $ le baril hier matin. L'once d'Or est à 1 504.50 $ contre 1 489.70 $ précédemment et la parité euro/dollar est à 1.111 contre 1.1157 hier dans la matinée.

ON S'EN FOUT ?

Après Sylvie Goulard, recalée, Macron propose la candidature de Thierry Breton, le patron d'Atos, pour le poste de Commissaire Européen, je suis curieux de savoir s'il va passer le cap des auditions; Sortie du 38ème album Astérix: "La fille de Vercingétorix" avec un tirage de 5 millions dont 2 millions pour la France et 1.6 million pour l'Allemagne (!!!) (Les Échos); La dépouille du dictateur Franco a été déplacée; Record mondial battu pour une place de parking: 1 million de $, à Hong Kong (Figaro); Un décret a été publié aujourd'hui pour les EDPM (engins de déplacement personnel motorisés), les trottinettes donc, ils n'ont plus le droit de rouler sur les trottoirs, vous pouvez donc leur hurler dessus si vous en croisez une sur un trottoir, mais le port du casque n'est toujours pas obligatoire; Danielle Simonet, candidate LFI à la Mairie de Paris, veut annuler les JO de Paris; Record pour une vente aux enchères de Whisky, un Macallan scotch de 60 ans à Sotheby's: 1.7 million d'euros.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com