La santé et l'argent

mardi 19 mai
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 mois - Le 19/05/2020 à 09h03

Les marchés sont finalement assez semblables à beaucoup d'entre nous. Ils sont contents avec la bonne santé et de l'argent. Et ils l'ont prouvé hier. Les indices boursiers ont flambé sur des espoirs de vaccin et sur des espoirs d'un nouveau plan européen de relance.

LA SANTÉ

Une hausse des indices Américains et Européens de 3% à plus de 5% à la suite de la publication par le laboratoire Moderna de résultats positifs de tests d'un vaccin. Même si ces tests sont très loin d'être définitifs, le cours de Moderna s'est envolé de 20% et les investisseurs ont salué l'espoir d'un vaccin.

ET DE L'ARGENT

Un fonds.
Un fonds européen.
Un autre fonds européen de "solidarité".
Mais un fonds qui emprunterait sur les marchés financiers, au nom de l'Europe, 500 milliards d'€ pour la "relance".
C'est le souhait qu'ont exprimé ensemble Macron et Merkel.

PAS DE PRÊT

Mais de l'investissement.
Ce fonds n'aura pas vocation à prêter de l'argent, mais à investir de l'argent en capital pour financer la relance.
Mais ce fonds, et c'est la nouveauté, empruntera de l'argent à travers la Commission Européenne.
Le nom n'a pas été prononcé, mais il s'agit évidemment de "coronabonds", un emprunt européen pour compenser les effets de la coronacrise.
Un sacré changement de doctrine de la part de l'Allemagne.
Reste à convaincre maintenant tous les partenaires de l'Union Européenne et ce ne sera pas simple.

CE QUI M'A FRAPPÉ…

…dans cette crise et ce qui nous a poussés à devenir positifs sur les indices boursiers alors qu'on était en pleine tourmente c'est la rapidité et la puissance de la réaction des banques centrales et des gouvernements.
Et ce fonds de relance en est une illustration supplémentaire.

NO LIMIT...

Whatever it takes.
Les banques centrales et les gouvernements semblent prêts à compenser, à l'euro près, l'évaporation de richesse et de croissance provoquée par la coronacrise.
C'est une grande première.
Jamais jusqu'à cette crise, les banques centrales et les gouvernements n'avaient assumé, intégralement, l'impact d'une crise.

ON N'EST PAS MÉCONTENTS

De vous avoir conseillé d'investir en Bourse en pleine panique des indices boursiers et de conserver une partie de vos positions à la hausse.
De vous avoir conseillé d'acheter du pétrole dès le mois de mars, puis d’avoir conseillé d'en racheter mi-avril, dans la panique. Il a flambé et vaut plus de 30$.
De vous avoir conseillé d'acheter de l'or. Il a flambé et a dépassé largement les 1700$.

NOTRE CONSEIL DU JOUR : 7%* DE GAIN POTENTIEL ANNUEL, RIEN QUE POUR VOUS

Dans la période de volatilité actuelle, nous avons souhaité construire pour vous un placement qui vise un rendement attractif tout en limitant le risque.
Le produit offre un gain de 7%* annuel et une certaine protection du capital.
Le gain de 7%* est versé, en plus du capital initial, dès la première année si l'indice de référence est au-dessus de son niveau initial.
Si ce n'est pas le cas, le processus est répété chaque trimestre, et le capital peut donc être remboursé si l'indice de référence est au-dessus de son niveau initial. Avec un gain de 1.75%* par trimestre.
Un processus qui peut être répété, tant qu'il n'y a pas de remboursement, pendant 10 ans.

AU BOUT DE 10 ANS…

Si le produit n'a pas encore été remboursé, il arrive à échéance.
Si l'indice de référence a perdu plus de 50% : l’investisseur subit une perte égale à celle qu’aurait subie un investisseur ayant investi directement sur l’indice.
Si la baisse de l'indice est comprise entre -40% et -50% : le capital est remboursé.
Si l'indice n'a pas baissé de plus de 40% : le capital est remboursé, plus un gain de 70%* (7% par an).
Vous gagnez donc 70%* même si l'indice a fait -15%, -25% ou -35%...
>> Je demande une information détaillée sur M Rendement 2

ET À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?




LE SCOOP DU JOUR
Trump a fait une annonce hier qui a surpris.
Pour une fois, il ne parlait pas d'Obama (Obamagate!), mais de sa santé.
Il a expliqué qu'il s'était mis sous chloroquine depuis une dizaine de jours.
Par prévention.
Voilà qui va faire plaisir à notre druide Raoult.

LE RETOUR DE LA RENTABILITÉ

C'est une des conséquences majeures de cette crise.
Le retour d'une notion qu'on avait totalement oubliée, ignorée, voire raillée : la rentabilité.
Et toutes les startups qui ont cru que nous étions dans une "nouvelle économie" dans laquelle la mesure du succès se faisait à la taille des levées de fonds et non aux perspectives de rentabilité en font les frais...

...COMME UBER

Par exemple.
En quelques jours UBER doit licencier un quart de ses effectifs.
3000 personnes il y a quelques jours.
3700 personnes hier.
Licenciées immédiatement par visioconférence, à l'Américaine...
Et Uber a aussi annoncé qu'il allait "réévaluer" (traduisez : arrêter) les diversifications comme la voiture autonome.
Et ce n'est que le début.
Le retour à "l'ancien monde".

LE MONDE D'APRÈS, ENCORE

Encore la preuve que notre monde a changé, que nous ne sommes plus les mêmes et que nous nous sommes détachés des plaisirs matériels...l'action HERMES flambe et retrouve ses records historiques.
C'est fou ce monde d'après.

LA PERTE DU JOUR

Le Japonais Softbank.
Le champion de l'investissement dans des startups à forte croissance et à fortes pertes.
Comme WeWork.
Une perte de 12 milliards d'€ sur un an.
Du fait de l'effondrement de la valorisation de ses investissements dans des startups comme WeWork ou Uber.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Comme vu plus haut, l’équation boursière de la séance d’hier a été plutôt simple :
Potentiel vaccin + plan de relance = +5.27 % sur le CAC 40
+3.85 % sur le Dow Jones
+2.44 % sur le Nasdaq
En somme, les pertes de la semaine passée ont été effacées en moins de 24 heures.
Ce matin, le Nikkei à Tokyo a fini en hausse de 1.49 %, clôturant au plus haut depuis le 6 mars.
Le CAC 40, quant à lui, est attendu dans le vert cette matinée.
Le Brent se négocie à 35 $ le baril contre 33.6 $ hier matin, l'once d'Or est à 1 735.20 $ contre 1 763.70 $ précédemment et l’euro/dollar est à 1.09 contre 1.08 hier à la même heure.

ON S'EN FOUT ?

Michel Piccoli est mort, il faut revoir "Les choses de la vie" et "Vincent, François, Paul et les autres"; Trump ne veut plus financer l'Organisation Mondiale de la Santé qu'il juge sous influence chinoise; c'est la course des prétendants, tout le monde veut remplacer Édouard Philippe; Formation d'un nouveau groupe à l'Assemblée, les frondeurs de LREM qui pourrait perdre sa majorité absolue; Les collégiens sont retournés à l'école; Les ventes à découvert ne sont plus interdites sur la Bourse de Paris; C'est le comeback du drive-ine; Redémarrage progressif des transactions immobilières.

* Hors prélèvements fiscaux et sociaux et frais de gestion applicables aux contrats d'assurance vie ou de capitalisation concernés, hors faillite ou défaut de paiement de l'émetteur et de son garant, pour un investissement pendant la période de commercialisation. Une sortie anticipée du support (par suite de rachat, d'arbitrage ou de décès prématuré de l'assuré) se fera à un cours dépendant de l'évolution des paramètres de marché au moment de la sortie (niveau de l'indice sous-jacent, des taux d'intérêt, de la volatilité, des primes de risque de crédit) et pourra donc entrainer un risque sur le capital, non mesurable à priori.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com