Lundi 02 octobre

La Banque mondiale a publié ses prévisions économiques pour l'Asie.
Avec des révisions à la baisse de la croissance.
On retrouve des taux de croissance qu'on n'avait pas connus depuis...les années 60.
Explications.

L'ASIE A ÉTÉ...

...un des principaux moteurs de la croissance mondiale pendant des décennies.
Grâce à la Chine.
Mais aussi grâce à l'émergence des dragons asiatiques dans le sillage de la Chine.
Une expansion qui s'est nourrie de l'explosion du commerce mondial.
Mais pour la Banque mondiale, la fête est finie.

4.5% SEULEMENT

C'est la nouvelle prévision de croissance pour la région en 2024.
En avril, la prévision était encore de 4.8%.
Et un ralentissement marqué par rapport à une croissance pour 2023 prévue à 5%.
Un taux de croissance au plus bas depuis les années 60.

EN CAUSE

Le ralentissement de la Chine, évidemment.
Le rebond de la croissance après trois ans de Covid a fait pschitt.
La Banque mondiale n'espère plus qu'une croissance chinoise de 4.4% en 2024 alors que le gouvernement chinois maintient sa prévision de croissance à 5%.
Que ce soit 4.4% ou 5%, on est loin des 8 à 10% de croissance qui avaient permis à la Chine de décoller en entraînant la croissance mondiale.

CONTAGION

Le ralentissement de la Chine se répercute naturellement sur toute la région.
Et entraîne une révision à la baisse de la croissance des autres économies.
Mais ce n'est qu'une partie de l'explication de la révision à la baisse de la croissance de la région.

LA RÉGION SOUFFRE...

...de plusieurs maux.
Un endettement massif. Des États, des entreprises et des ménages.
Un endettement dont le poids s'est accentué du fait de la hausse des taux d'intérêt.
Mais aussi de la hausse du dollar.
Une dépendance aux exportations : or la croissance mondiale, et donc la demande, ralentit, et le protectionnisme progresse avec des hausses de droits de douane et des contraintes réglementaires de plus en plus lourdes.
Les exportations de biens sont en baisse de 20% en un an pour l'Indonésie et la Malaisie et de plus de 10% en Chine et au Vietnam.
L'IRA, le plan de relance américain, qui favorise les biens produits aux États-Unis, accentue la tendance.

IL NE FAUDRA DONC...

... pas compter sur les pays d'Asie pour éviter le « grand ralentissement »

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

REVOIR C’EST VOTRE ARGENT

La Bourse : on achète ou on vend ?
Le mot de la semaine : récession.
La question macro : comment la hausse des taux se répercute-t-elle sur l'économie ?
Le chiffre : les 90 milliards de $ de valorisation d'OpenAI.
Quels placements privilégier dans le contexte actuel ?
Quelles actions acheter ou vendre ?
Le Top 3 de nos gérants.
Avec nos Jedi de l'économie et de la finance, Valentine Ainouz de l'Amundi Institute, Hervé Goulletquer d'Accuracy, José Berros de la Financière de l’Échiquier, et Jean-Marc Daniel, professeur d'économie à l'ESCP.
Pour voir le replay de l'émission : cliquez ici

C'EST LA MÊME CHANSON

Encore une fois, le Congrès américain est parvenu à un accord à la dernière minute pour relever le plafond de la dette américaine et pour éviter un blocage de l'administration américaine.
Un accord à court terme pour l'instant.
Jusqu'à la mi-novembre.
Toujours le même cirque qui dure depuis des années.
En revanche, le Sénat a bloqué une partie de l'aide à l'Ukraine sous la pression des Républicains. Et malgré la volonté du gouvernement.

5.8%

C'est le nouveau taux d'usure pour un crédit immobilier à 20 ans.
Quelle hausse spectaculaire en quelques mois !
Rappelons qu'il était en dessous de 3.5% en fin d'année 2022.
La situation sur le marché de l'immobilier reste toujours aussi tendue du fait de la hausse des taux.
De nombreux ménages ne peuvent plus emprunter.
Le plafonnement de l'endettement à 35% des revenus exclut une très large partie des ménages.

UN MAUVAIS MOIS DE SEPTEMBRE

Pour la Bourse.
Avec l'indice mondial MSCI World en baisse de 5%, un S&P 500 en baisse de 5% aussi, un indice européen, l'EuroStoxx 600, en baisse de 2.5% comme le CAC, qui avait déjà perdu 2.4% en août.
En cause, la perception que les taux d'intérêt vont rester élevés beaucoup plus longtemps que prévu.
Je vous rappelle que nous avons abaissé il y a un mois la poche actions de nos allocations de gestion pilotée, disponible dans notre contrat d’assurance-vie Meilleurtaux Liberté Vie et notre plan d’épargne retraite Meilleurtaux Liberté PER, en cohérence avec nos anticipations de « grand ralentissement ».
>> Recevez une information détaillée sur la gestion pilotée Meilleurtaux Placement

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse, Meilleurtaux Placement
Vendredi, la Bourse de Paris a terminé le trimestre sur un petit rebond de 0,26%. L’indice français cède 2,5% sur le mois de septembre et 3,6% sur l’ensemble du trimestre. Les indices américains ont également reculé ces trois derniers mois. Ce sont surtout les dernières données sur l’inflation qui ont provoqué la petite hausse de fin de semaine. En zone euro, elle se tasse plus fortement que prévu, à 4,3% sur un an en septembre, contre 5,2% en août. On est désormais bien loin du pic atteint en octobre dernier, à 10,6%. L’inflation de base aux États-Unis a également ralenti plus fortement que prévu.
Le CAC 40 ouvre en hausse de 0,33% ce matin, à 7 158 points.
En Asie, la Bourse de Tokyo cède 0,31%, à 31 760 points.
Le Brent s'échange à 92,7 $ (-2,72%).
L'once d'or se négocie à 1 845,2 $ (-0,19%).
L'euro/dollar évolue à 1,059 $ (-0,03%).

ON S'EN FOUT ?

28% de baisse en un an sur les opérations de fusions et acquisitions dans le monde ; En proie à la nostalgie ce week-end, j'ai revu quelques épisodes de la série Seinfeld des années 90, ça n'a pas vieilli et c'est toujours aussi drôle ; Antoine Dupont a repris l'entraînement, la France retient son souffle ; Le titre du jour dans le Parisien : "Casinos: le gang des pirates", des hackers d'Europe centrale qui détraquent les algorithmes des machines à sous pour toucher le jackpot à tous les coups ; Wauquiez est prêt pour 2027, on est sauvé... ; L'exode continue pour les Arméniens du Haut-Karabakh, une situation dramatique, aucune réaction de la "communauté internationale" ; C'est reparti pour une nouvelle campagne de vaccination contre le Covid ; À revoir "La Reine Margot" ce soir sur Arte ; Hausse de 14% des demandes d'asile en France depuis le début d'année ; L'autre titre du jour dans le Figaro "Comment la punaise de lit est devenue l'ennemi public n°1", l'ennemi public numéro 1, bigre ! ; Suivez-moi sur X (ex-twitter) et linkedin en cliquant sur les liens.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    Quelle performance pour Pilot ? La gestion pilotée par Marc Fiorentino, conçue pour vous
    16/02/2024
  • visuel-morning
    L'édito de Marc
    16/02/2024
  • visuel-morning
    Vers la fin de l’avantage fiscal des donations démembrées ?
    26/01/2024
  • visuel-morning
    Comment se portent les SCPI de santé ?
    13/10/2023
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt