Le grand ralentissement

mercredi 02 octobre
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 8 mois - Le 02/10/2019 à 07h06

Pour ceux qui en doutaient encore, l'économie mondiale ralentit. Et pour ceux qui en doutent encore, le ralentissement n'est pas conjoncturel, il est structurel. Deux points de faiblesse en particulier: le commerce mondial et la production industrielle.

AU PLUS BAS DEPUIS 2009

Une série d'indicateurs économiques sont tombés hier.
Ils portent sur la production industrielle.
L’indice ISM (Institute for Supply Management) pour l'activité manufacturière aux États-Unis est à son niveau le plus bas depuis la crise de 2008.
Du côté de l'Europe, c'est le PMI, l'indice des directeurs d'achat, qui est à son niveau le plus bas depuis 2012.

LE COMMERCE MONDIAL

L'Organisation Mondiale du Commerce a revu à la baisse ses prévisions de croissance des échanges pour l'année.
De 2.6 % à 1.2% seulement.
Du jamais vu depuis 2008.
Et l'OMC envisage la possibilité que cette croissance soit aussi basse que 0.5%.
Évidemment, c'est une conséquence de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis.
Mais pas seulement.
C'est le signe d'une mutation profonde de l'économie.

DECONNEXION

Même si les indices boursiers ont, un peu, baissé hier sur ces nouvelles, les bourses mondiales affichent des performances spectaculaires pour les 9 premiers mois de l'année.
Le paradoxe : on retrouve des chiffres de croissance économique qu'on n'avait pas vus depuis 2009 et les indices boursiers flambent à un rythme qu'on n'avait pas vu depuis 2009, après l'effondrement de 2008.
En Europe, on frise les 20%.

UNE CONSEQUENCE DES TAUX NEGATIFS

Rarement, la valorisation des actifs, en Bourse, dans l'immobilier, ou encore dans le private equity, n'a paru autant déconnectée de l'économie réelle.
La raison est simple et connue: les taux négatifs.
Avec des taux négatifs, on nous explique qu'il n'y a pas d'alternative.

WEWORK, SUITE

Cette histoire me fascine car elle illustre parfaitement les excès de la période actuelle.
Et qu'elle illustre aussi parfaitement le rapport entre la micro-économie et la macro économie.
Le problème de WeWork aujourd'hui n'est plus seulement celui d'une valorisation qui s'est effondrée à l'épreuve de la réalité, de 47 milliards de $ à une fourchette de 10 à 15 milliards de $ au mieux.
Ce n'est pas non plus uniquement le problème d'une introduction reportée.
C'est devenu un problème de financement, voire de survie de la société.
Les financements se font plus difficiles maintenant que la licorne ne fait plus fantasmer.

COWORKING

Et on commence à mesurer l'impact que pourraient avoir des difficultés financières de WeWork sur tout le marché immobilier de bureaux.
WeWork, et de façon générale le coworking, sont des facteurs qui ont enflammé le marché d'immobilier de bureaux.
Mais quand on a un business model qui, de façon durable, n'est pas rentable, on est rattrapé un jour par la réalité.

ALORS, LA DISPARITION DE L’ISF ?

Le comité d'évaluation de l'impact de la suppression de l'ISF et de la mise en place de la flat tax a rendu son rapport.
Il ne se mouille pas trop puisqu'il se contente de dire "qu’il est trop tôt" pour estimer l'impact global.
Mais il note tout de même quelques éléments positifs: la chute du nombre d'exilés fiscaux de 632 en 2016 à 376 en 2017, et la hausse des dividendes, normal avec une taxation à 30%.
Le Président des riches qui veut devenir le Président des gilets jaunes ne devrait donc pas encore rétablir l'ISF.
Tant que les gilets jaunes n'en font pas leur nouveau cheval de bataille...

LE VAINQUEUR DU JOUR

L'Iran.
Prenons un peu de recul.
L'Iran a provoqué les États-Unis et l'Arabie Saoudite.
Dans le détroit d'Ormuz.
Et sur les champs pétroliers Saoudiens.
Trump a aboyé mais il s'est dégonflé et ne veut absolument rien faire.
Et les Saoudiens ont dû se coucher, du fait de l'absence de soutien des États-Unis, avec MBS qui dit qu'il ne veut absolument pas d'affrontement.
L'Iran devrait donc aller encore plus loin pour tester ce rapport de force qui lui est plus favorable.
Pas très rassurant.

JE SUIS TON PER

Hier, pour ceux qui l'ont raté, j'ai consacré la newsletter à votre retraite.
Et surtout aux nouveaux produits d'épargne retraite, PER individuel en tête.

Voici le texte d'hier.


Voici le programme des rencontres que nous organisons pour parler de votre retraite:
- Inscrivez-vous à nos journées portes ouvertes spécial retraite dans une de nos agences du patrimoine le 15 octobre.


- Inscrivez-vous à nos conférences sur l'Épargne Retraite du 13 novembre.


Et voici le premier PER individuel sans frais d'entrée du marché.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Plombé par la publication d'indices PMI manufacturiers décevants pour la zone euro, le CAC 40 a perdu 1.41 % à 5 597 points hier. Dans le détail, l'indice PMI manufacturier d'IHS/Markit est ressorti en septembre à 45,7 après 47 en août. Il est donc au plus bas depuis octobre 2012 et s'est éloigné du seuil des 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité en zone euro.
Outre-Atlantique, de la même manière, dans le sillage d'un repli surprise de l'ISM manufacturier de septembre aux US, le Dow Jones et le Nasdaq ont reculé de respectivement 1.28 % et 1.13 %.
A Tokyo, le Nikkei a fini en baisse de 0.49 % ce matin, pénalisé par le regain de tensions à Hong Kong.
Le CAC 40 est attendu en baisse cette matinée face aux craintes persistantes sur le front commercial, au lendemain de nouvelles preuves de la dégradation de l'économie mondiale. Le Brent s'échange à 59.40 $ le baril contre 59.52 $ hier matin. L'once d'Or se négocie à 1 478.10 $ contre 1 462.90 $ précédemment et la parité eurodollar, quant à elle, est à 1.092 contre 1.088 hier au matin.

UN DÉBAT PASSIONNANT

vendredi dernier dans C'est Votre Argent.
Sur l'impact du réchauffement climatique sur l'économie et les marchés.
Impact direct.
Mais surtout impact indirect avec le changement des mentalités des nouvelles générations : je défendais la thèse de la déconsommation et donc de la décroissance.
Une thèse que les autres intervenants ont récusée.
Passionnant.
On en reparlera. Souvent.
Vous ne l'avez toujours pas vu ? C'est ici .

ON S'EN FOUT ?

Les hommages à Jacques Chirac sont finis, un petit break après ce grand vent d'hypocrisie; Sarkozy est renvoyé en correctionnelle, il va donc se taper deux procès: un procès pour l'affaire des écoutes et un procès pour l'affaire Bygmalion; Balladur et Léotard vont être jugés dans l'affaire Karachi pour un possible financement occulte de la campagne de 1995; les policiers sont en colère et ils ont bien raison; la durée de vie des lave-linges est passée de 10 ans à 7 ans entre 2010 et 2018, un scandale (Aujourd'hui); la Mairie de Paris lâche la rénovation de la Gare du Nord; 108 stars lancent un appel pour "sauver l'hôpital"; le jackpot de 190 millions d'€ de l'EuroMillions n'a toujours pas été gagné; déception: si Carla Bruni a pris son air étonné (quel talent de comédienne), ce n'est pas parce que Hollande lui a proposé un tour en scooter mais parce qu'il lui a dit que Bernadette ne pouvait pas assister aux hommages du fait de son état de santé.

Le Morning Zapping de
Marc Fiorentino
Miniture Morning

Décryptez l’actualité tous les matins. 180 000 personnes se lèvent du bon pied grâce au Morning Zapping de Marc Fiorentino

À découvrir également sur meilleurplacement.com