Les Bourses encore en hausse après l'accord USA-Mexique

mardi 28 août
Auteur: Rédaction MeilleurPlacement
Il y a 1 an - Le 28/08/2018 à 17h08

Le CAC 40 ainsi que les principaux indices européens ont enchaîné une nouvelle séance de hausse, galvanisé entre autre par la confirmation hier soir de l'accord entre Washington et Mexico sur la révision du pacte de libre-échange nord-américain (Aléna)

CONFIRMATION
Comme pressenti hier, Donald Trump a annoncé dans la soirée que les États-Unis et le Mexique s'étaient entendus sur un nouvel accord de libre-échange. Avec des règles d'importation des voitures provenant du Mexique plus strictes, et pas de droits de douane sur les produits agricoles. Une victoire pour le Donald

5000 POINTS ET APRÈS ?
Grâce à une hausse de plus de 3 % en une semaine, le CAC 40 a franchi aujourd'hui la barre des 5500 points (même s'il a finalement clôturé à 5485 points), qu'il avait brièvement franchis en début de mois. Prochaines étapes, les 5577 points, plus haut depuis 3 mois, puis 5657 points, plus haut depuis 10 ans...

CA ROULE
Boostés par l'accord entre les États-Unis et le Mexique, les secteurs des matériaux de base et automobile poursuivaient leur rebond, après une semaine difficile. Eramet gagne ainsi 6,48 % à 82,95 euros tandis Peugeot gagne 0,92% à 24,12 euros et Valeo 1,81% à 39,99 euros.
Renault (+1,96 % à 74,52 euros) profite du relèvement de recommandation de Credit Suisse, de même que Faurecia (+4,17% à 54,9 euros) recommandé à l'achat par Kepler Cheuvreux.

HARD BREXIT EN VUE ?
Theresa May a affirmé sur la chaîne Sky News qu'un hard brexit "ne serait pas la fin du monde".
Une déclaration loin d'être anodine alors que les négociations avec Bruxelles sont toujours au point mort à deux mois du sommet d'Octobre.
Une déclaration qui pèse toutefois sur la livre sterling, qui a touché un plus bas de près d'un an face à l'euro.

ENCORE L'ITALIE
La Bourse de Milan ne suit toujours pas le mouvement, plombé par les craintes sur l'Italie. Le vice-président du conseil italien, Luigi Di Maio, a déclaré que le déficit public du pays pourrait dépasser la barre de 3% du PIB l'an prochain, le seuil limite fixé par le traité européen de Maastricht - afin de financer les mesures promises par son gouvernement. Ces déclarations ont provoqué de nouvelles tensions sur les taux souverains italiens: le rendement des obligations à dix ans a touché dans la matinée un plus haut depuis la fin mai, 3,211%. L'indice de la Bourse de Milan, le FTSE MIB, perd 0,85 %
A lire également
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos

À découvrir également sur meilleurplacement.com

visuel-morning
JOURNAL DE MONFINANCIER La Chine sans masque
visuel-morning
GESTION ACTIVE Petit vent d’euphorie
visuel-morning
GESTION ACTIVE Axe haussier