Mardi 20 septembre

C'est dans ces moments-là que Luis Mariano me manque. Les Mexicains ont célébré leur fête d’indépendance avec un peso au plus bas contre le dollar. Une chute sans précédent. On s’approche de la barre fatidique des 20 pesos pour un dollar. Le peso mexicain est devenu l'indicateur le plus fiable de la progression de Donald Trump dans les intentions de vote des Américains.

MIEUX QUE LES SONDAGES

Rappelons que le peso mexicain est la 8ème monnaie la plus traitée au monde et était jusqu’à présent une des monnaies les plus utilisées quand un investisseur voulait se couvrir sur les risques sur les pays émergents. Mais depuis quelques semaines, le peso ne réagit plus qu’à un seul indicateur : la progression de Donald Trump dans les sondages. À tel point qu’on le considère même plus fiable que les sondages eux-mêmes. En temps normal, le peso suit les cours du pétrole, et il souffre évidemment quand il y a des anticipations de hausses des taux aux États-Unis. Mais pour l’instant, il est uniquement drivé par les élections américaines.

TRUMP PESO-INCOMPATIBLE ?

Cet impact sur le peso mexicain est à la fois logique puisque Trump a fait de sa confrontation avec le Mexique un de ses thèmes de campagne principaux et à la fois étrange car si Trump devait gagner ces élections, les indices boursiers américains risquent une chute beaucoup plus violente et dramatique que le peso mexicain. Tout ça est très vexant pour les Mexicains même si cela favorise leurs exportations qui représentent un tiers de leur PIB.

LES MARCHÉS N'Y CROIENT PAS VRAIMENT

En dehors du peso mexicain, la progression de Trump dans les sondages a peu d’impact sur les marchés. Rien de perceptible. La volatilité, cet indice de nervosité, sur les actions américaines a certes un peu rebondi mais c’est uniquement dû à la réunion de la FED de cette semaine. Les marchés financiers ne veulent pas envisager le scénario Trump, ils n’y croient pas, un peu comme avant le Brexit. Le poids des élections sur les marchés repose donc entièrement sur le Mexique car les investisseurs se disent que même si Hillary était élue, des mesures protectionnistes populistes pourraient être adoptées et peser sur le Mexique.

LE MASSACRE FISCAL

Le taux des prélèvements obligatoires ne baissera pas en 2017 malgré les "cadeaux" fiscaux. 44.5%. Exactement le même qu'en 2016. Largement au-dessus des 41.3% de 2010 et des 42.6% de 2011, des taux déjà extrêmement élevés. C'est peut-être la seule chose qu'on retiendra de ce quinquennat pathétique.

MEA CULPA

Exercice rare pour un dirigeant en exercice. Hier Angela Merkel a pris l'entière responsabilité de la défiance de la population vis-à-vis de sa politique d'immigration. Si elle pouvait revenir en arrière, dit elle, elle aurait mieux préparé les esprits mais également le pays à un accueil aussi massif. Elle regrette également son slogan sur l'accueil des immigrés "We can do it" qu'elle qualifie de formule vide de sens. Je ne vais pas dire que c'est une belle preuve de courage, car on va encore m'accuser d'Angelabéatitude, ce qui, évidemment, est totalement faux.

LES SUISSES SONT MAL

Résumé des faits. Les Suisses ont voté pour un meilleur contrôle de l'immigration venant de l'Union Européenne. Problème : un tel contrôle serait une violation de son accord de partenariat avec l'UE qui lui permet, entre autres, la libre circulation de ses produits. Elle demande donc un aménagement. Autre problème: l'UE ne peut pas céder car les Anglais en profiteraient pour mieux négocier leur Brexit.

NOUVELLE ALERTE CHINOISE

On avait presque, trop, oublié la Chine. Mais hier la Banque des Règlements Internationaux a tiré la sonnette d'alarme: l'accélération de la dette est très préoccupante et il y a un risque sérieux de crise financière.

LES IRRESPONSABLES DU JOUR

Un garçon de 16 ans est soupçonné d'avoir déclenché l'alerte et la panique au sujet d'une fausse prise d'otages à Paris. Son complice devrait être arrêté prochainement.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Journée "avec". Rebond du CAC proche des 4400 avant la réunion de la FED, rebond du pétrole après une déclaration vénézuélienne sur un gel possible de la production, les indices américains sont à l'arrêt et dans l'attente. En gros, on attend, comme toujours, la FED. Résultat des courses demain soir.

ON S'EN FOUT?

Réunion au sommet chez TF1 des représentants des huit candidats aux primaires de la droite pour les détails du premier débat et chacun y est allé de ses caprices et de ses exigences (on va enfin découvrir qui est Jean Frédéric Poisson); le tabac à rouler représente 16% des ventes de tabac et le gouvernement va augmenter son prix; le suspect des attentats à New York a été arrêté et c'est un Américain d'origine afghan (ça on ne s'en fout pas, c'est sûr); les deux roues électriques vont avoir un bonus écologique, j'attends une Harley électrique...; Barthés a battu Hanouna depuis son démarrage (je vous rappelle que c'est le combat du siècle) mais une pub chez Hanouna coûte encore 28000 euros contre 17000 euros chez Barthés.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    Quel est ce placement qui détrône le Livret A pour la première fois depuis 2016 ?
    05/07/2024
  • visuel-morning
    La question Corporate par Euroland Corporate
    09/07/2024
  • visuel-morning
    La rétroactivité de la loi en période de changement politique
    27/06/2024
  • visuel-morning
    L’immobilier repart ? 3 solutions pour en profiter
    31/05/2024
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt