mardi 16 août

L'économie chinoise n'est pas du tout dans la même situation que l'économie américaine ou européenne.
Alors que la Fed et la BCE viennent d'augmenter leurs taux pour combattre l'inflation, la Banque Populaire de Chine a décidé de les abaisser, pour combattre la récession.
La Chine est à l'arrêt, mais est-ce vraiment une mauvaise nouvelle ?

Par Gauthier MAES
Responsable média
Meilleurtaux Placement

À L'ARRÊT

La Chine est confrontée à une situation inédite.
Un ralentissement brutal de la croissance.
En juillet, les ventes de détail et la production industrielle en Chine ont connu un ralentissement inattendu.
Les ventes de détail ont progressé de 2,7% sur un an, contre 3,1% en juin, et surtout loin des 5% attendus par les analystes.
De son côté, la production industrielle s'est affichée en hausse de 3,8% sur un an, contre 3,9% en juin et 4,6% attendu.
Pour la première fois depuis 1990, la croissance chinoise sera peut-être inférieure à celle des États-Unis.

LES CAUSES

Il y a bien sûr la politique du zéro Covid et le confinement qui a touché plus de 200 millions de personnes et des villes principales.
Mais ce n’est pas la seule raison.
Xi Jinping avait lancé auparavant une campagne pour une prospérité plus égalitaire.
Il s’était attaqué à des pans entiers de l’économie.
En détruisant certains comme l’éducation privée, en réduisant d’autres comme les jeux vidéo, ou encore en s’attaquant à de grosses entreprises dont les dirigeants avaient pris quelques libertés avec le pouvoir central comme Jack Ma.

RELANCE

La Chine n'a pas voulu se lancer dans la surenchère de mesures comme l’ont fait les gouvernements et les banques centrales des puissances occidentales pendant la crise du Covid.
Par conséquent le pays n'a pas connu de fort rebond en 2021 comme en Europe et aux États-Unis, mais il n'a pas non plus vu une envolée de l'inflation.
En s'affichant en juillet à 2,7% sur un an, l'inflation est au plus haut depuis 2 ans mais reste relativement contrôlée.
Mais cette fois, la Banque populaire de Chine (PBoC) a décidé d'agir : elle a abaissé ce lundi deux de ses principaux taux directeurs.
Une réduction de dix points de base, à 2,75 %, pour le taux de sa facilité de prêt à moyen terme, et à 2 % pour celui de ses prises en pension inversées à sept jours.
C'est une baisse surprise mais qui reste néanmoins limitée et risque de s'avérer insuffisante. D'autres actions sont donc à attendre.

UNE MAUVAISE NOUVELLE ?

La Chine a été la principale source de croissance mondiale sur les 20 dernières années. Elle a contribué à hauteur de 25% de la croissance mondiale.
Les difficultés chinoises vont donc affecter les économies du monde entier, émergentes et développées.
Mais paradoxalement, c'est peut-être une bonne nouvelle, car le ralentissement atténue la demande chinoise pour les matières premières, notamment énergétiques, et évite une pression supplémentaire à la hausse sur l’inflation.
Avec un monde en surchauffe inflationniste, nous n’avons pas besoin en plus d’une Chine qui tourne à plein régime.

À PART ÇA ?

QUOI DE NEUF ?

UN AN DÉJÀ

Un an que les talibans sont revenus au pouvoir en Afghanistan.
Il n'y a pas eu de cérémonie particulière, juste une conférence de presse vantant les vertus de l’Émirat islamique d’Afghanistan, comme la stabilité et la sécurité dans le pays.
Depuis l'arrivée au pouvoir des talibans, l’économie afghane s’est contractée de 20 % à 30 %.
Selon la Banque mondiale, 70% de la population afghane est aujourd’hui incapable de se procurer de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.
L'Afghanistan est plus pauvre et plus fermé que jamais (sans oublier le soutien au terrorisme et la fin des libertés de femmes)

LE SYMBOLE DE LA BULLE

Si l'histoire retient un nom symbolique de la période de bulles que nous venons de traverser, et qui n'est d'ailleurs pas terminée, c'est celui de SoftBank, ce fonds qui a investi massivement dans la tech depuis plus de 10 ans.
Mais depuis plusieurs mois, le fonds enchaîne les pertes sur des investissements dans la tech à des valorisations délirantes qui se sont crashées (ex : WeWork).
Nouveau coup dur ce matin : le hedge fund Elliott a vendu la plupart de ses positions dans Softbank.
Le fonds activiste était entré il y deux ans et demi avec une participation de 2,5 milliards de dollars, une de ses plus grosses positions.

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR ?

Le fonds euros de l'assurance-vie.
Leur rémunération pourrait remonter en 2022.
C'est en tout cas l'avis de Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du prescripteur indépendant d’assurances Good Value for Money.
Les fonds euros devrait profiter de la hausse des taux des obligations d’État et de l’utilisation des réserves des assureurs voulant répondre à la hausse du taux du Livret A pour
“Le rendement moyen des fonds euros pourrait doubler en 2022” a-t-il déclaré dans une interview à capital.
Un rendement multiplié par deux en 2022, soit 2,6% net de frais (hors prélèvements sociaux), c'est quand même très optimiste...

IL FAUT ARRÊTER DE CONFONDRE

Le fonds euro et l'assurance-vie.
Le fonds euro est UN support de l’assurance vie, il a rapporté entre 1 et 2% l’an dernier, selon les contrats, ce qui n’est pas mal pour un placement garanti, même s’il sera peut-être moins rentable que le livret A en 2022.
Mais surtout, l’assurance-vie, ce n’est pas un livret A. Elle ne garantit pas un taux fixe contrairement aux livrets règlementés. C'est en fait une enveloppe de placements, qui peut accueillir différents types de placements. Le rendement dépend donc des supports choisis par l’épargnant : fonds euro mais aussi fonds actions, fonds diversifiés ou encore immobilier en Pierre Papier. Ça peut donc rapporter beaucoup plus que le livret A (à condition d'investir dans des placements comme les actions ou l'immobilier qui comportent un risque), et même vous couvrir contre l’inflation. Et en plus vous avez des avantages fiscaux et successoraux.
>> Découvrez les avantages de l’assurance-vie

DEUX VIDÉOS

Si vous ne comprenez pas bien l'assurance-vie (C'est un placement ? C'est une assurance ? Ça rapporte combien ?, etc.), nous vous invitons à découvrir les deux derniers épisodes de notre série "Les placements, un jeu d'enfant !" qui vous expliquent tout grâce à des jouets d'enfants (les Playmobil et les blocs de constructions en bois).
Voir les vidéos "Les placements, un jeu d'enfant !"
En attendant un prochain épisode dans quelques semaines sur la fiscalité... avec de la pâte à modeler.

DU CÔTÉ DES MARCHÉS

Par Dorian Abadie, Analyste Bourse
La saison de publication des résultats trimestriels touche à son terme. Les investisseurs doivent désormais se contenter des publications économiques et de l’actualité plus traditionnelle. En la matière, l’indice Zew du climat des affaires en Allemagne sera le principal événement de la matinée, à 11h. Il permet de faire la jonction entre l’impact de la guerre en Ukraine sur la première économie européenne, l’inflation et les spéculations autour de la croissance mondiale. Cet après-midi, ce sont les indicateurs immobiliers américains qui animeront la cote, à 14h30.
Le CAC40 ouvre en hausse de 0,15% ce matin, à 6 580 points. Les volumes investis cette semaine devraient rester encore très faibles.
La Bourse de Tokyo clôture en territoire neutre à 28 869 points.
Le baril de pétrole Brent s'échange à 94,0 $ (+0,58%).
L'once d'or se négocie à 1 779,9 $ (-1,25%).
L'euro/dollar évolue à 1,016 $ (-0,05%).

ON S'EN FOUT ?

Selon le classement de Shanghai 2022 : les universités françaises sont en perte de vitesse ; L’ex-dirigeante birmane, Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, renversée par un coup d’État militaire en février 2021 par la junte birmane, a été condamnée à une peine supplémentaire de six ans de détention ; Salman Rushdie a survécu à l'affreux attentat de vendredi, les ventes des « Versets sataniques » s'envolent ; Après neuf ans de présence militaire, les derniers soldats français ont quitté le Mali ; Boris Johnson, qui avait promis de rester aux affaires jusqu'à la désignation de son successeur, a prolongé ses vacances en Grèce ; Le coût de la rentrée étudiante en hausse de 7,38% ; Les procureurs américains s'opposent à la publication des raisons de la perquisition chez Trump, car de nombreux documents seraient classés «top secret» ; L'ancien vice-président du Kenya William Ruto a été élu président, dans une élection controversée qui a provoqué des manifestations violentes ; La tension serait à son comble au PSG entre Neymar et Mbappé.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE

MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • visuel-morning
    Cas pratique : comment viser 10% net sur 4 ans, à risque limité
    02/09/2022
  • visuel-morning
    La pépite de la semaine par EuroLand Corporate
    06/09/2022
  • visuel-morning
    Incendies de forêts : les parts de groupements forestiers sont-elles impactées ?
    09/09/2022
  • visuel-morning
    Les idées reçues sur les placements : Il faut absolument choisir la durée d’emprunt la plus courte
    02/09/2022
Nos placements
PER Plus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vie Découvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPI Accédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
Defiscalisation Investissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt